Budo no Nayami

Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?

18 Février 2015 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Parmi les stages que je donne durant l'année, un certain nombre sont médiatisés par les organisateurs. Par des articles publiés en amont et/ou en aval dans la presse locale et régionale, et/ou par le passage de télévisions. Bien sûr ces actions peuvent avoir un effet pour les clubs hôtes en faisant connaître leur présence et leur pratique. Mais au-delà de cela, il y a surtout un effet bénéfique pour la discipline dans sa globalité.

 

Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?

Des bénéfices de la médiatisation

Je me suis toujours prêté de bonne grâce aux interviews et aux reportages. Je me souviens encore des premières fois où, ému, j'étais interviewé. Je collectionnais alors les coupures de presse avec une fierté un peu puérile. Si aujourd'hui le fait n'est plus rare et l'égo rassasié, c'est un exercice que non seulement je ne dédaigne pas, mais auquel j'estime important de se prêter.

 

Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?

Il y a en Aïkido des amateurs, des semi-professionnels, et quelques professionnels. Si je souhaiterai parfois que les proportions de ces différentes catégories changent, elles n'en sont pas moins toutes les trois indissociables et essentielles. Et quelle que soit la catégorie à laquelle on appartient, je crois qu'il est important d'agir en professionnel lorsque, d'une façon ou d'une autre, on représente la discipline.

 

Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?

Présentation du stage de Poitiers

 

Si l'on regarde les choses objectivement, répondre à des sollicitations médiatiques lors d'un stage n'a aucun impact pour l'intervenant. En effet, il est hautement improbable qu'un lecteur ou spectateur se mette à vous suivre, et encore moins à aller pratiquer à des lieues de chez lui à l'endroit où vous donnez cours en semaine. En revanche il peut s'intéresser au dojo local, mais surtout à la discipline. Séduit par la beauté et/ou l'efficacité de la pratique, les bénéfices exposés, il se peut qu'il devienne un jour pratiquant, ou qu'il en parle autour de lui.

Oui, là aussi le retour pour l'expert sollicité ne sera qu'à la marge. Mais je crois que tout adepte investi agit autant qu'il le peut pour la discipline, bien au-delà des bénéfices personnels potentiels.

 

Christian Tissier, le meilleur porte drapeau de l'Aïkido

Je n'ai jamais été élève de Christian Tissier, et mes premiers pas en Aïkido ont été faits dans un environnement qui lui était résolument hostile. "Le businessman de l'Aïkido", murmurait-on avec dédain lorsqu'un malheureux avait le tort de prononcer son nom.

Oh il est indéniable que Tissier senseï a toujours agi en professionnel, et il en récolte naturellement les fruits. Mais il n'a jamais rien fait d'autre que faire connaître son travail. Son activité dans ce domaine ne s'est jamais basée sur la vente d'illusions, et j'ai la certitude absolue qu'elle n'a jamais empiétée sur sa pratique. En outre, il s'est prêté avec élégance et professionnalisme à toutes les sollicitations, même celles dont il savait pertinemment qu'elles ne lui apporteraient aucun retour direct.

Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?

Photo issue d'une excellente interview à lire ici.

 

Répondre à une interview n'est pas chose aisée. Il faut savoir être clair et pertinent, tout en n'ayant pas peur de faire des raccourcis simplificateurs lorsque cela est nécessaire en fonction du public et du média. Dans la vidéo prise lors du stage de Barbezieux, je me suis retrouvé un peu pris au dépourvu par certaines questions, et j'ai regretté de ne pas être mieux préparé. J'en ai d'autant mieux pris la mesure du travail de quelqu'un comme Christian Tissier. Je crois qu'il est, comme Shioda Gozo dans le passé au Japon, la personnalité la plus médiatisée de l'Aïkido, et e pense que son influence positive sur le développement de la discipline est loin d'être appréciée à sa juste valeur.

Quoi qu'il en soit, si toutes les personnes sollicitées se prêtaient au jeu avec autant de bonne grâce et de talent que lui, nul doute que l'Aïkido dans sa globalité en profiterait. De mon côté je ferai de mon mieux pour être à la hauteur lorsque les occasions se présenteront ;-)

 

Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?
Pourquoi médiatiser un stage d'Aïkido ?

Partager cet article

Commenter cet article

Laméti 01/04/2015 22:03

Bonjour,

Le grand classique, Artiste/Artisan. Le dernier étant celui qui en plus de faire vivre son art, vit de ces fruits.
Je ne sais si c'est typiquement français mais il y a toujours cette sous façon de ,pointer du doigt les "artistes" qui décident de vivre de leur pratique. Et si la notoriété arrive c'est scandaleux.

Bien des raisons pourrait-on donner aux chuchoteurs et aux crieurs de scandale, qui selon ce que j'attend et lis parfois se rapproche carrément de l'hérésie. Une d'entre elles est que si la forme et le fond de la pratique changent dans l'unique sens des affaires cela serait d'un trés mauvais gout. Et perso je rejoindrai les crieurs. Mais je doute que ça soit votre cas, Léo, comme celui de C.Tissier.

Toujours est il que pour vivre de son art il faut savoir gérer les affaires comme une entreprise. Surtout ci ce dernier est importé d'un lointain pays. Et si on est fréquemment à l'affiche, c'est que ça fonctionne pour tous (enseignants, pratiquants, familles). Et si ça fonctionne le publique profane en est éclairé.
Peut être aussi pour cela que certains chuchotent et crient. Se voir accueillir plusieurs "rônins" inexpérimentés et ne faisant pas partie du cercle des Dojo est rabaissant ;)

Mon avis, comme cela.

En souhaitant vous rencontrer et votre pratique dans le sud de la de la France prochainement.
A bientôt

Xavier 28/03/2015 16:14

Bonjour Léo,

Assez d'accord sur le fond de cet article (de l'utilité ou nécessité de médiatiser notre discipline) donc je n'apporterai pas de commentaires supplémentaires.
Par contre sur les "formes" de la médiatisation je suis parfois un peu mal à l'aise avec la retranscription et vulgarisation faite par les journalistes. Certes il n'est pas facile de s'adresser à un maximum de personnes sans tomber dans un discours trop technique et incompréhensible du moindre quidam... mais..... ayant été malheureusement interviewé par France 3 lors de ce stage, le seul passage retenu pour la diffusion à l'écran ne reflète pas du tout le message souhaité.
Bon.... au final je dis tout ça parce que je me suis trouvé mauvais, même très mauvais, mon ego en a pris un coup et les autres interviewés ont été meilleurs :)
Comme tu le dis, il faut savoir être clair et pertinent pour s'exprimer envers le plus grand nombre au travers des médias populaires, donc si l'occasion se représente, je saurai passer mon tour.
Quoiqu'il en soit j'ai pris du plaisir sur le tatami.....jusqu'à mon visionnage sur l'écran ;)
Amicalement
Xavier

Léo Tamaki 01/04/2015 18:11

Bonjour Xavier,

En effet les interventions de chacun sont toujours passées à la moulinette, et il est souvent surprenant de voir ce qui en ressort ! Merci en tout cas pour ta participation au stage et au reportage ;-)

Amicalement,

Léo

Phil 28/03/2015 10:53

Une émission de radio avec G. Blaise et C. Tisser est surement à la source de mes débuts en Aikido. Pourtant je n'ai jamais étudié auprès de ces deux professeurs :)

Léo Tamaki 01/04/2015 18:09

Ah je me souviens de cette émission aussi. Elle circulait sous forme de K7 audio :D

Léo