Budo no Nayami

Pascal Guillemin, la vocation de l'Aïkido

20 Mars 2015 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #NAMT et Aïki Taïkaï

J'invite à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels des experts dont j'apprécie et respecte la pratique. Ce sont parfois des gens dont je suis proche, parfois des personnes dont j'ai simplement aperçu le travail. Lorsque j'arrive au moment de les présenter sur le blog, je vais alors à la découverte de leur parcours. Et cela me réserve parfois de très intéressantes découvertes. C'est le cas avec Pascal Guillemin.

 

Pascal Guillemin, la vocation de l'Aïkido

Parcours d'un uchi-deshi

J'ai eu l'occasion de rencontrer Pascal lors de démonstrations que nous avons données à la Maison de la Culture et du Japon ou à Bercy. Si nous avons échangés quelques banalités, chacun de nous était concentré et nous n'avons pas échangé profondément. Je le regrette aujourd'hui, car son parcours est impressionnant.

 

Pascal a débuté l'Aïkido en 1987, à l'âge de 15 ans. Ses débuts se feront sous la direction de Christian Tissier, et il sera dès lors l'un de ses plus proches et fidèles élèves. Il est aujourd'hui l'un des instructeurs principaux du Cercle Tissier où il a débuté il y a bientôt trois décennies.

 

Le terme uchi-deshi est souvent galvaudé. Certains donnent une extension telle à son sens que chacun est alors uchi-deshi. C'est le cas des "stages uchi-deshis" où l'on attire des élèves payants, et qui n'ont pour seule particularité que de résider au dojo. C'est à mes yeux bien maigre pour qualifier l'expérience d'un uchi-deshi… D'autres vont disputer sans vergogne la qualité d'uchi-deshi à des élèves d'Osenseï sous prétextes qu'ils ne vivaient pas au dojo, ou ne recevaient pas de salaires, quand bien même ils étaient proches du maître, le voyaient quotidiennement et l'accompagnaient dans ses périples. Un moyen déplorable de légitimer son maître et discréditer un autre.

 

A mon sens le statut d'uchi-deshi est le fruit d'une relation entre un professeur et son élève. Une relation où l'élève s'investit totalement dans la pratique, et se dévoue à son enseignant. Une relation où le maître accepte la responsabilité du développement de l'adepte qui vient chercher son enseignement. C'est une relation rare, exigeante, mais qui peut donner des résultats exceptionnels. Christian Tissier est l'un des très rares adeptes contemporains qui ait, sans jamais s'en vanter, su créer ce type de relations avec des pratiquants. Et Pascal est indéniablement l'un de ceux-là.

 

Pascal Guillemin, la vocation de l'Aïkido

Du cinéma à la prison

Pascal Guillemin est l'un des principaux instructeurs du Cercle Tissier. Mais il œuvre aussi dans milieux improbables. Collaborant avec le milieu artistique, par ses cours à l'Alcazar, ou ses participations à divers longs-métrages tels que "Le dernier samouraï", ou s'investissant dans l'enseignement en milieu carcéral.

 

Le voici ici enseignant le sabre de Kashima à Kery James.

 

Un professionnel

Les arts martiaux font rêver. Et je reçois presque chaque semaine des mails enthousiastes de pratiquants qui souhaitent devenir professionnels. Oui l'Aïkido manque de professionnels. Oui j'aimerai qu'il y en ait un plus grand nombre pour le plus grand bien de la discipline. Mais combien sont réellement prêts à faire les sacrifices et les efforts ?

Dans l'interview de Pascal que je vous recommande de lire, j'ai découvert qu'il avait décidé de devenir professionnel dès ses débuts, à l'âge de 15 ans. Mais si ce rêve est courant, il est très rare que ceux qui le font aient la force de le réaliser. Pascal a pratiqué, encore et encore. Et encore. Et il n'est pas difficile de lire en filigrane dans ses paroles les difficultés qu'il a rencontrés. Devenir professionnel nécessite de se dépasser, de s'engager corps et âme, et de sortir de sa zone de confort. Oui il faut pratiquer quotidiennement trois à six heures… pendant des années ! Ce n'est qu'à ce prix que l'on peut espérer atteindre l'excellence.

Pascal l'a fait.

 

Pascal Guillemin à la 9ème Nuit des Arts Martiaux Traditionnels

Pascal Guillemin sera à la NAMT le samedi 23 mai.

 

Pascal Guillemin, la vocation de l'Aïkido

Les disciplines et experts de la NAMT2015

 

Aïkibudo

Xavier Fleury

 

Aïkido

Farouk Benouali

Jean-Marc Chamot

Pascal Guillemin

 

Daïto ryu Takumakaï

Jean Gonzalez

 

Goshinkaï

Simon Pujol

 

Haidong Gumdo

Jean-François Capozzi

 

Hapkido

Jérôme Dussottier

 

Hino Budo

Hino Akira

 

Karaté Gembukan

Pierre Portocarrero

 

Karaté Shotokan JKA

Marc Feldis

 

Kinomichi

Noro Takeharu

 

Kokodo Jujutsu

Eric Anfrui

 

Tatsumi ryu et Toda ha Buko ryu

Pierre Simon, Claire Seïka et les élèves du dojo Oshinkan

 

Kudo

Shinya Tsuchida

 

Méthode Lafond

Olivier Coulon et Fabien Hamon

 

Mugaï ryu

Masayoshi Sato

 

Sonmudo

Frédéric Foubert

 

Systema

Benoît Hauray

 

Taijiquan et Hsing-I

Erwan Cloarec

 

Wadaïko

Paris Taïko Ensemble

 

 

Les places sont disponibles chez les revendeurs habituels et en direct sur la page Facebook.

 

Partager cet article

Commenter cet article

G. 15/05/2015 18:21

Pascal Guillemin... Il fait partie des (jeunes) experts que j'apprécie le plus, et que je regrette de ne pas pouvoir suivre plus souvent. Un bon pédagogue, indéniablement, en plus d'être un bon technicien. La relève est assurée :)

Léo Tamaki 15/05/2015 18:35

Chaque école aimerait avoir une telle relève ;-)

Léo