Budo no Nayami

Tesshinkan, la maison de la volonté de fer

1 Octobre 2015 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Le Tesshinkan est le dojo fondé par Nicolas Delalondre. Tesshinkan est composé de trois caractères, tetsu : fer, et kokoro : cœur, esprit, et yakata : maison. Nicolas explique avoir choisi ce nom car "Tesshin, la volonté de fer, est le reflet d’une passion qui nécessite un esprit déterminé et un engagement continu dans le temps. C’est un engagement qui n’attend pas de récompense immédiate, ni Dan, ni médaille, mais issu d’une volonté d’apprendre une tradition martiale et la transmettre d’une génération à l’autre.".

 

Tesshinkan, la maison de la volonté de fer

Ayant longtemps pratiqué l'Aïkido, Nicolas a rencontré Tobin Threadgill, kaicho du Takamura ha Shindo Yoshin ryu en 2011. Très rapidement il s'engage dans l'école, jusqu'à obtenir l'autorisation d'ouvrir un groupe d'étude officiel en 2014.

 

Le Tesshinkan est l'un des rares lieux en France où l'on peut étudier directement un koryu, une tradition martiale japonaise. S'il est concevable et probable que quelques uns soient dubitatifs à l'idée qu'un occidental soit à la tête d'un koryu, je tiens à leur assurer que Toby Threadgill est un expert reconnu et respecté. L'antithèse d'un shidoshi Jordan. S'il ne peut rivaliser en termes d'exotisme avec les japonais, ce que j'ai pu observer de lui et les commentaires que m'ont fait des adeptes de haut niveau pour qui j'ai le plus grand respect me font dire sans craindre de me tromper qu'il n'a rien à leur envier en termes de pratique.

 

Sur les pas de mars

Nicolas Delalondre est un pratiquant très actif mais discret. Il est l'auteur du blog "Sur les pas de Mars" où il partage ses réflexions, ainsi que celles d'adeptes qu'il estime. Il vient notamment d'écrire un article très intéressant sur l'inconfort et la douleur. N'hésitez pas à creuser sur son site et, mieux encore à lui rendre visite.

 

Partager cet article

Commenter cet article