Budo no Nayami

Budo et force de conviction

13 Janvier 2016 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

La plupart des lecteurs de ce blog et moi-même, vivons dans une société où la pratique martiale est un loisir. A tout le moins, nous n'avons pas besoin de l'employer pour défendre notre vie. Cela a toutefois pour conséquence le fait qu'il nous est possible de nous accrocher à des théories même bancales ou erronées, sans conséquences autres que de limiter notre développement personnel.

J'ai toujours considéré que le Budo devait être au-dessus des dogmes. A une époque où la pratique martiale était un outil de survie, il est évident que seul le résultat comptait et que tout ce qui pouvait améliorer nos capacités était le bienvenu. Quand bien même cela était différent de ce que l'on appliquait jusqu'à lors, quand bien même cela allait à l'encontre de l'enseignement de nos maîtres. C'est ainsi que, forgés par des générations de bushi qui craignaient plus d'être vaincus que de se remettre en question, les Bujutsu ont atteint des sommets de sophistication.

 

Minamoto Yoshitsune et Sojobo, par Yoshitoshi Tsukioka

Minamoto Yoshitsune et Sojobo, par Yoshitoshi Tsukioka

Aujourd'hui malheureusement les pratiquants de divisent souvent en deux catégories. L'une érige en parangon de vertu le fait de perpétuer une forme figée à un instant T. Une forme respectable sans aucun doute, probablement efficace à l'époque de son développement, mais vraisemblablement datée au vu de l'évolution de la pratique et des connaissances. La seconde catégorie, plus dangereuse encore, rassemble les pratiquants qui créent sur la base de réflexions erronées et de connaissances limitées.

 

Je crois personnellement qu'il est essentiel que les pratiques martiales restent vivantes. Il faut pour cela étudier encore et toujours, s'informer, travailler, réfléchir, et prendre le risque enfin, d'apporter des évolutions. Sans jamais craindre de se remettre en question, et de confronter ses recherches aux pratiques et opinions d'autres adeptes. Il faut pour cela se baser sur des théories, mais ne jamais en être prisonnier. Avoir la force de reconnaître ses erreurs, ou les limitations de nos pratiques. Aussi attachés soit-on à leur histoire et à ceux qui nous les ont transmis. Ce n'est qu'à ce prix que nous ferons réellement honneur à la longue lignée de ceux qui nous ont précédés.

 

"N'avons nous pas remarqué que moins talentueuse est la personne, plus tôt elle forme ses convictions, et plus longtemps elle s'y accroche avec ténacité ?"

Michael Tchekhov

 

Partager cet article

Commenter cet article

CARRE 14/02/2016 11:29

j'ai 61 ANS ,en étant moyen physiquement j'ai toujours pratiqué en externe le physique au quotidien tout au long de ma vie : judo, tennis, natation, karaté shotokan,boxe américaine, marathon....véritable échapatoire,......... depuis l'age de 15 ans Cela aide à passer les anxiétés ,donne l'impression d'exister vis à vis de soi meme et des autres
on se croit performant ,mais cela ne résoud pas véritablement , la question et les problémes ....
surtout en combat de survie
et n'aide pas forcément a maitriser son temps de vie ......
à voir le sens caché des choses certainement plus vaste qu'on ne le pense .....Ayant vécu certaines expériences dans ma vie j'en suis convaincu ! oui il faut confronter ses recherches aux pratiques et opinions d'autres adeptes , mais reconnaître les limites de nos pratiques
mais continuer à pratiquer toujours et encore !

Léo Tamaki 29/03/2016 20:10

Merci pour le témoignage Jean-Fabrice :-)
Oui confronter encore et encore ses recherches et... pratiquer encore et encore !

Léo

JanNeymar 16/01/2016 09:18

S'informer travailler réfléchir...j'aime cette philosophie...

Marc Senzier 15/01/2016 12:33

Oui, continuer à pratiquer et aller de l'avant... ;-)

Fabien 14/01/2016 12:49

La lecture de cet article m'a fait penser à Bruce Lee. Pas l'acteur, mais le créateur du Jeet Kune Do. Il n'a pas hésité à pratiquer d'autre styles (boxe anglaise, ..) pour enrichir sa pratique car il a su se remettre en question.
De plus, certaine technique peuvent être très efficace pour une personne et moins adapté à une autre. Nous avons tous des capacités différentes dû à notre poids, taille, souplesse, ...
J'ai pensé également à une vidéo récente de Bernard Bordas, où il explique comment les arts martiaux ont évolués vers un sport pour les occidentaux. Que la pratique actuelle n'a plus grand chose de martial, puisque nous n'allons pas sur un champ de bataille.

Be water my friend

Léo Tamaki 03/02/2016 17:57

Ah Bruce Lee :-) Quel qu'ait pu être son niveau réel, il reste une source d'inspiration intarissable.