Budo no Nayami

"Se libérer de tout conditionnement", réflexions de Daniel Toutain

11 Mai 2016 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Daniel Toutain m'a toujours accueilli chaleureusement et sans compter son temps, comme un sempaï bienveillant le fait avec un kohaï. Si les hasards de la vie n'en avaient pas décidé autrement, c'est pourtant son élève et non son kohaï que j'aurai été. Simplement lorsque j'ai rencontré Tamura senseï, Daniel suivait l'enseignement de maître Saïto.

 

"Se libérer de tout conditionnement", réflexions de Daniel Toutain

Depuis notre rencontre Daniel a donc toujours été généreux de sont temps, tant en public qu'en privé, et j'apprécie beaucoup ce qu'il partage avec moi. Il y a quelques mois, j'ai évoqué avec lui l'importance majeure que revêtait aujourd'hui dans mon cheminement d'assister à des concerts ou pièces de théâtre de géants tels que Keith Jarrett, Forest Whitaker ou Al Pacino.

 

"En fait je t’écris même de New York où je suis parti trois jours pour assister à un concert de Keith Jarrett, et une pièce de théâtre avec Forest Whitaker.

Je t’avoue que si la pratique martiale me passionne toujours autant, j’y trouve bien trop rarement des instants de vérité, et une sincérité qui m’inspire. Je me ressource donc dès que possible auprès de géants, notamment dans le domaine des arts. Cela me remotive toujours à ne pas choisir la facilité dans le chemin que j’ai choisi."

 

Keith Jarrett

Keith Jarrett

Voici, avec son autorisation, la réponse que me fit Daniel. Une source de réflexion profonde, fruit d'une vie de pratique intensive auprès de géants de l'Aïkido. Merci Daniel.

 

"Bonjour Léo,

 

Keith Jarrett ! Je l'ai découvert en 1978 avec un premier 33 tours vinyle que j'ai donné récemment à mon fils aîné musicien :-)

Je suis d'accord avec toi, tous les grands, quel que soit le domaine, sont une grande source de motivation, d'inspiration et d'énergie. Et les vrais, en général, font preuve d'une grande humilité, humilité qui est tant mise en avant dans les arts martiaux...mais... :-)

Plus les années passent et plus je pense qu'en tant que pratiquant d'Aikido nous devons vraiment essayer de comprendre en profondeur le message du Fondateur et se référer à lui pour construire chacun notre propre Aikido. Pas seulement se référer à sa technique, bien qu'elle nous transmette beaucoup, mais à cet esprit de liberté qui l'animait. Parce ce que ce n'est qu'en étant en connaissance et en accord avec son être profond que l'on peut sortir le meilleur de soi et être créatif. C'est à mon sens le but à atteindre, chacun doit vivre son propre Aikido et on s'apercevra que les principes, eux, sont universels. On peut imiter un temps, c'est sans doute nécessaire pour l'apprentissage, comme les musiciens peuvent être inspirés par leurs aînés, mais il faut ensuite se libérer de tout conditionnement, voire même de tout ce qui a été appris. La véritable création ne peut surgir que d'une liberté totale. En cela, je suis d'accord avec toi, les artistes peuvent nous inspirer pour réfléchir et repenser parfois notre propre art. C'est en tout cas ce sur quoi je médite beaucoup en ce moment :-) Rien ne doit rester figé.

Je te souhaite un bon séjour à New York et un bon concert. :-)

 

Amicalement,

 

Daniel"

 

"Se libérer de tout conditionnement", réflexions de Daniel Toutain

Partager cet article

Commenter cet article

Fabien 02/06/2016 21:27

Très belle lettre qui décrit à merveille les trois étapes essentielles à la maitrise de son art, shu ha ri.