Budo no Nayami

André Cognard, budoka no kokoro

10 Juin 2016 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #NAMT et Aïki Taïkaï

Au service de l'Aïkido

J'ai déjà à plusieurs reprises exprimé le respect et l'estime que j'ai pour maître Cognard. Transmettant inlassablement l'enseignement de son maître à travers le monde, Cognard senseï par la qualité de son travail et son professionnalisme, œuvre en réalité au bien de l'Aïkido dans sa totalité. Généreux, ouvert et bienveillant, il offre au monde un magnifique exemple de budoka.

 

André Cognard, budoka no kokoro

Honorer son maître

Maître Cognard est connu du monde de l'Aïkido pour la cohérence de sa pratique, le partage de ses réflexions, en un mot pour ses qualités d'adepte. Mais il est un aspect que peu doivent connaître et qui est tout autant digne d'estime. Il s'agit de son professionnalisme.

L'Aïkido attire beaucoup d'individus idéalistes, et c'est indéniablement une marque de l'éthique que véhicule la discipline. La contrepartie est que le professionnalisme y est considéré avec suspicion, comme s'il s'agissait d'une dérive. C'est oublier bien vite que les plus grands adeptes, de Musashi à Ueshiba en passant par ses disciples les plus célèbres étaient professionnels. Qu'aussi louable soit l'investissement d'un passionné, son niveau ne sera comparable à celui de quelqu'un consacrant sa vie à une discipline que dans des cas rarissimes. Mais les différences vont au-delà, et témoignent de quelque chose de bien plus important, le respect.

 

Cognard senseï est quelqu'un d'extrêmement sollicité. Probablement au point que je rougirai de comparer mon emploi du temps au sien ! Pourtant lors de nos échanges réguliers, il me répond toujours, sauf circonstances exceptionnelles, dans les 24h. Il a tenu chacun des nombreux engagements qu'il avait pris avec moi, alors que tant d'autres experts se dédisent sans le moindre scrupule. Ce faisant André Cognard prouve non seulement qu'il est un homme droit, mais il honore aussi l'engagement de son maître. Car comment pourrait-il le représenter sans rougir en ayant un investissement qui ne soit pas à la hauteur du sien ?

S'il est indispensable, un haut niveau de pratique n'est qu'un prérequis pour que l'on puisse considérer un adepte comme un véritable budoka. Dans toutes les circonstances où j'ai eu l'occasion d'être en relation avec lui, comme Christian Tissier ou Alain Floquet, maître Cognard s'est révélé un gentleman et un professionnel sans failles. Leurs succès ne sont pas l'œuvre du hasard, mais le simple résultat d'un engagement total et sans faille. Kobayashi senseï ne s'était pas mépris en confiant à André Cognard ce qu'il avait de plus précieux.

 

André Cognard, budoka no kokoro
André Cognard, budoka no kokoro

Partager cet article

Commenter cet article