Budo no Nayami

Pratiques martiales internes et externes, bâton, fouet et bambou

7 Mars 2017 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #NAMT et Aïki Taïkaï, #Budo - Bujutsu

Les mots ne sont qu'une tentative de décrypter la réalité, et ne peuvent en aucun cas lui rendre justice. Particulièrement lorsqu'il s'agit d'activités aussi complexe que les pratiques martiales. Ils sont toutefois utiles pour donner des pistes, servir d'aide-mémoire, et éventuellement échanger (ils sont d'autant plus à prendre avec du recul que l'on est étranger au monde de leur auteur).

L'une des classifications les plus polémiques est celle des pratiques martiales internes et externes, issue des traditions martiales chinoises. Adoptées par de grands adeptes, elle a été réfutée par d'autres. La définition qui suit a le mérite d'être claire, et ses images simples permettent au lecteur d'avoir l'intuition de ce que les méthodologies qui emploient ces classifications recouvrent : 

Styles Externes et/ou Styles Internes (styles durs et/ou styles doux) ?

Les arts martiaux chinois sont divisés en deux grands familles : Les styles externes (Wai Jia) et les styles internes (Nei Jia).  De manière succincte, alors que les "arts externes" mettent l’accent sur un travail physique à travers des mouvements rapides, puissants et durs ; les arts internes visent la décontraction du corps et le travail énergétique (le Qi).

Au fur et à mesure des entraînements les styles externes s’adoucissent en s’orientant vers un travail plus souple tandis que les styles internes inversent leur méthode pour aller vers des mouvements de plus en plus rapides. Les textes classiques indiquent que : "Les styles externes débutent par le dur pour aller vers le doux tandis que les styles internes commencent pour le doux par arriver au travail dur". "Styles externes, commencent par Li  (Force Musculaire) et ensuite Qi, alors que les styles internes débutent par Qi et ensuite Li ."

Les styles sont donc classifiés par la manière dont ils émettent ou manifestent le Jin (Combinaison de Li et Qi) que l’on peut traduire par "manière dont les muscles sont stimulés par l’énergie (Qi) pour qu’ils puissent émettre la puissance (Li)". Ce qui peut s’exprimer ainsi :

Les styles internes sont doux et souples comme un fouet ;

les styles externes sont durs comme un bâton ;

les styles Internes-Externes (Doux-Dur) sont comme un bambou.

 

Pratiques martiales internes et externes, bâton, fouet et bambou

L'Aïkido, interne ou externe ?

Dans quelle catégorie de la classification ci-dessous se rangerait l'Aïkido ? Toutes ! Que l'on se souvienne des pratiques de géants de la discipline tels que Shioda Gozo, Yamaguchi Seïgo ou Saïto Morihiro, et l'on comprend immédiatement que l'Aïkido dans sa variété ne peut rentrer dans une case. En revanche, les styles fondés par ces célèbres experts ont une identité claire, et pourraient aisément être classifiés.

 

Ueshiba Kisshomaru, Toheï Koichi, Shioda Gozo, et Tomiki Kenji. Interne ? Externe ? Interne/externe ? Les appréciations sont fonction de nos expériences et nos connaissances...

Ueshiba Kisshomaru, Toheï Koichi, Shioda Gozo, et Tomiki Kenji. Interne ? Externe ? Interne/externe ? Les appréciations sont fonction de nos expériences et nos connaissances...

Ordonner, théoriser, populariser

Les pratiques martiales chinoises d'où sont issues la classification interne/externe, ont une riche tradition de conceptualisation. Des nombreux textes des adeptes du passé jusqu'à notre époque, à chaque génération des experts ont eu à cœur de synthétiser et enrichir la littérature martiale. A ce titre, le Dr Yang Jwing Ming est sans doute le plus célèbre de notre temps. Auteur d'une quantité phénoménale de livres et films, il n'a eu de cesse d'ordonner, théoriser et populariser son savoir. Outre ses compétences techniques, la clarté de son enseignement a fait de lui l'un des experts en arts martiaux chinois les plus réputés du monde.

 

Chin na du Shaolin du Dr Yang Jwing Ming. Un ouvrage au succès retentissant.

Chin na du Shaolin du Dr Yang Jwing Ming. Un ouvrage au succès retentissant.

Victor Marques, passeur de savoir

A la tête d'une école présente dans le monde entier, maître Yang Jwing Ming s'est entouré d'une équipe de disciples fidèles et efficaces pour transmettre son savoir. En France c'est Victor Marques qui assume brillamment la lourde tâche de le représenter et de diffuser son enseignement.

Enseignant et pratiquant de Karaté depuis son adolescence, Victor devient l'assistant de Pascal Plée au légendaire dojo de la Montagne Sainte Geneviève. C'est grâce à ce dernier qu'il rencontre maître Yang Jwing Ming en 1990. Il ne cessera dès lors de pratiquer sous sa direction, et l'assiste régulièrement dans ses stages dans le monde entier. Aujourd'hui Victor est le plus haut gradé et le directeur technique de l'école de maître Yang en France, la YMAA. Il viendra cette année présenter le travail de la YMAA, Yang Martial Arts Association à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels et à l'AïkiTaïkaï. L'occasion d'observer, admirer et pratiquer de l'interne et de l'externe !

Les quatre disciplines enseignées par Victor :

Long poing de Shaolin

Grue blanche de Shaolin

Taijiquan

Qigong

 

Externe ?

Externe ?

Les styles internes sont doux et souples comme un fouet ;
les styles externes sont durs comme un bâton ;
les styles Internes-Externes (Doux-Dur) sont comme un bambou.

Interne ?

Interne ?

Pratiques martiales internes et externes, bâton, fouet et bambou
Pratiques martiales internes et externes, bâton, fouet et bambou

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article