Budo no Nayami

Entretien avec Shimizu senseï (13): Qu'est-ce qu'un bon pratiquant ?

1 Mars 2018 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens, #Budo - Bujutsu

Qu'est-ce qu'un bon pratiquant ?

Quelqu'un qui pratique. Qui a compris l'esprit de l'Aïkido et poursuit la voie des Budos dans le but de devenir un meilleur individu. Bien entendu le niveau technique et la compétence atteints viennent compléter cela. Mais ce n'est pas un point essentiel.

Chacun pense toujours à devenir meilleur. Mais pourquoi se renforce-t-on ?

Il y a beaucoup d'étapes. D'abord les gens pensent à eux-mêmes, ils veulent devenir plus fort. Puis quand leur corps est devenu plus puissant, ils commencent alors à penser à développer leur esprit. Enfin, ils prennent conscience des gens qui les entourent, et de ce qu'ils peuvent apporter aux autres. Ils cherchent à devenir utiles. Ce sont ces personnes que je considère être de bons pratiquants.

 

Shimizu Kenji Tendokan Tendo ryu Aikido uchi deshi
Shimizu Kenji, le dernier disciple d'Osenseï

 

Quelqu'un qui pratique

Cela semble évident, et pourtant. A l'heure d'internet combien s'expriment aux quatre coins de la toile en s'appuyant… sur une pratique passée, arrêtée pour les raisons les plus diverses, mais qu'ils prolongent en pérorant aux dépens des lecteurs qui tombent par hasard sur leur production.

 

Qui a compris l'esprit de l'Aïkido et poursuit la voie des Budos dans le but de devenir un meilleur individu.

De devenir meilleur. Pas "le" meilleur. J'ai longtemps entretenu le désir puéril de devenir "le" plus fort. Cela m'a servi, permis de persévérer et me dépasser dans les moments difficiles. Mais c'est aussi un objectif qui divise, qui entretient un esprit de confrontation, et qu'il est important de dépasser.

 

Bien entendu le niveau technique et la compétence atteints viennent compléter cela. Mais ce n'est pas un point essentiel. 

C'est une piètre rationalisation que de justifier une pratique tiède, par le fait que l'excellence technique n'est pas une fin en soi. Il est nécessaire de vouloir devenir compétent, de désirer exceller. Mais le temps passant la virtuosité n'est plus l'objectif, simplement la manifestation d'un cheminement correct.

 

Chacun pense toujours à devenir meilleur. Mais pourquoi se renforce-t-on ?

Qu'est-ce qu'être fort ? Quel vide cherche-t-on à combler ? Quelles peurs essaie-t-on de surmonter par la pratique ? Ce sont les réponses à ces questions qui, seules, permettent à l'adepte de se libérer et devenir maître de son cheminement.

 

Il y a beaucoup d'étapes. D'abord les gens pensent à eux-mêmes, ils veulent devenir plus fort. Puis quand leur corps est devenu plus puissant, ils commencent alors à penser à développer leur esprit. Enfin, ils prennent conscience des gens qui les entourent, et de ce qu'ils peuvent apporter aux autres. Ils cherchent à devenir utiles. Ce sont ces personnes que je considère être de bons pratiquants.

Elève impulsif, pratiquant combattif, adepte indépendant puis enseignant attentif, et enfin, guide bienveillant. Avec une vie de pratique derrière lui, Shimizu senseï a non seulement vu, mais vécu, chaque étape de ce chemin initiatique qui a fait de lui ce maître au sourire rayonnant.

 

Shimizu Kenji "Budoka no Kokoro" Aikido Budo
Shimizu Kenji, shooting du livre "Budoka no Kokoro"

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article