Budo no Nayami

De l’ombre à la lumière… au fronton d’une salle municipale

2 Septembre 2019 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #STAGES, #Budo - Bujutsu

Mon article précédent évoquait les bénévoles, oubliés de l’Aïkido. Mais sans perspective de gloire, ces passionnés de pratique martiale n’ont d’attentes déçues. À l’inverse, je pense parfois à l’amertume de ces champions qui sacrifient tout à leur passion, et ne connaissent qu’un quart d’heure de gloire avant des décennies d’indifférence.

 

Clarisse qui ?

Je serai le dimanche 6 à Lisses pour un stage inaugurant le nouveau dojo du Club Lissois d’Aïkido, au complexe sportif Clarisse Agbegnenou. Clarisse qui ? Clarisse Agbagnenou est simplement… la judokate française la plus titrée de l’histoire ! Et même si les compétitions et titres sportifs ne m’intéressent plus depuis bien longtemps, j’aurai dû avoir vu ou entendu son nom.

Oh en faisant une recherche après l’avoir lu sur l’affiche du stage, j’ai bien entendu trouvé pléthore d’informations sur cette championne d’exception dont je vous invite à admirer les faits d’armes lors de sa dernière compétition. Sa médiatisation souffre toutefois d’être championne en même temps que le très populaire Teddy Riner.

 

L’école française du Budo

Les écoles françaises du Judo et du Karaté n’ont, depuis bien longtemps, plus à faire leurs preuves en termes de titres. Mais si elles rivalisent en termes de résultats sportifs avec le Japon, j’ai le sentiment qu’elles pêchent parfois dans la transmission de l’esprit du Budo. Cela se voit dans l’attitude indifférente ou faussement fraternelle des compétiteurs envers leurs adversaires vaincus, mais aussi et surtout dans leur abandon de la pratique après leurs années d’activité. Quelle étrange expression d’ailleurs, « années d’activités », pour désigner quelques saisons de pratique alors qu’un Do ne révèle sa profondeur qu’au prix de décennies d’efforts… C’est ainsi qu’alors que beaucoup d’anciens champions français reconvertis en responsables administratifs fédéraux ne pratiquent même plus, nombre de leurs alter-egos de l’archipel continuent leur cheminement et deviennent enseignants. Je souhaite à Clarisse d’égaler et même dépasser le palmarès de Ryoko Tamura Tani, mais plus que tout, de vivre le Judo sous toutes ses facettes, même loin du feu des projecteurs. Et il restera toujours à Lisses une salle à son nom pour rappeler son épopée…

 

 

Léo Tamaki à Lisses, 6 octobre

 

Horaires

Dimanche 6 octobre, de 10h00 à 12h30, et de 15h00 à 17h00

 

Lieu

Complexe sportif Clarisse Agbegnenou

24 rue des Malines

91090 Lisses

 

Tarifs

Stage complet 35€

Demi-journée 20€

 

Contact

Tel 06 18 21 15 88

komakai77@hotmail.fr

 

Stage ouvert à tous les pratiquants d'arts martiaux, tous groupes, et tous niveaux.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article