Budo no Nayami

La valeur d’un dan; grades et arts martiaux traditionnels

4 Janvier 2020 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu, #STAGES

La valeur d’un dan

 

Que représente un dan en Aïkido ?

Dans les années soixante une ceinture noire était considéré avec effroi dans l’imagerie populaire. Le temps passant on prit du recul, et ce fut le 4ème dan qui devint symbole d’efficacité. Soixante ans plus tard, il faut bien un 7ème ou 8ème dan pour espérer faire son effet. Et encore.

 

La complexité vient du fait que les dan n’ont pas de valeur absolue. Dans certaines écoles il faut faire x combats, dans d’autres connaître tel répertoire technique, quand ailleurs il faut avoir été présent pendant x temps. N’oublions pas non plus celles où il suffit de s’acquitter d’un montant forfaitaire, et celles où il faut être dans les petits papiers du maître…

Aujourd’hui, force est de constater que nul ne peut avec précision définir ce que représente un dan dans une discipline aussi riche et complexe que l’Aïkido.

 

 

Passage de yodan devant Tamura senseï,

photo Sébastien Chaventon

 

 

Justice pour tous

Certains organismes ont essayé de mettre en place un système objectif et anonyme pour éviter les possibles dérives. Ils se sont essentiellement heurtés à deux problèmes. Le premier est le fait que le jury connaît souvent l’examiné, ou son professeur, particulièrement dès que l’on a passé le 1er dan. Le second est que, bien que sous-tendu par une intention louable, cette façon de faire privilégie les jeunes, les sportifs, et les personnes en bonne santé.

Compte tenu du fait que la population en Aïkido est de plus en plus âgée, que la discipline est de plus en plus pratiquée comme une gymnastique douce, et qu’elle attire des personnes se recyclant après s’être blessées des années en Judo, Karaté ou autre… les pratiquants pouvant répondre aux attentes ne sont plus qu’une poignée. Avec pour conséquence la baisse constante des critères de mesure sportifs. Et c’est malheureusement un mal que l’on retrouve dans la plupart des arts martiaux traditionnels. Les requis étant plus bas pour un grade similaire, le niveau devient objectivement plus faible, et la sagesse populaire ne se trompe finalement pas lorsqu’elle considère qu’un 4ème ou 5ème dan aujourd’hui n’a rien d’impressionnant.

 

 

Examen sandan Kishinkai Aikido,

Nathan Augeard avec Adrien Crovato,

photo Laurent Sikirdji

 

 

Un examen varié

Comme dans tout problème complexe, aucune formule simpliste ne peut apporter de solution efficace. Voici les choix qui ont été retenus dans l’école Kishinkaï. Si l’école compte plus de 600 pratiquants dans trente dojos et dix pays, elle reste toutefois jeune. Ainsi nous ne pouvons nous prévaloir d’avoir des décennies d’expérience avec notre système. Toutefois elle compte suffisamment de membres pour se baser sur un panel large. Jusqu’à présent les choix qui ont été faits sont appréciés des pratiquants et des enseignants, dont certains ont des décennies d’expérience, et ont connu plusieurs façons de décerner les grades.

 

J’ai tout d’abord considéré que décerner un grade uniquement sur l’évaluation de performances objectives n’était d’une part pas possible compte tenu de la complexité de l’Aïkido, d’autre part pas juste au regard de la grande variété des pratiquants. Pour autant, je pense aussi que distribuer des dan sur la simple base de l’ancienneté leur enlève toute valeur. J’ai donc voulu mettre en place un système avec des exigences de pratique, mais qui prennent en compte les situations individuelles. Cela complique évidemment les choses…

 

 

Examen shodan Kishinkai Aikido,

Clément Zhang avec Julien Meille,

photo Laurent Sikirdji

 

 

Au Kishinkaï les examens de dan comportent 5 étapes pour les shodan et nidan, puis 4 pour les grades suivants.

  • La première étape est un examen technique classique. L’examiné et son uke réalisent les attaques et techniques demandées. Cette étape n’est plus présente à partir du sandan.
  • La seconde étape, (première à partir de 3ème dan) est une présentation libre. Le candidat démontre les techniques qu’ils souhaite sur des attaques qu’il a déterminées avec son uke.
  • L’étape suivante voit l’examiné faire face aux attaques libres d’un uke.
  • Dans la partie suivante, le candidat devient uke et attaque librement un autre pratiquant. Si une opportunité se présente, il retourne la technique qui lui est appliqué.
  • Enfin, dans l’exercice final, l’examiné fait face à trois uke qui attaquent librement.

 

Naturellement chaque élément de l’examen est important à tous les niveaux. Toutefois à chaque grade un accent est mis sur une partie particulière :

 

  • Pour le shodan l’accent est mis sur la compréhension des divers éléments constitutifs de la pratique. Le candidat doit pouvoir démontrer des capacités dans chaque étapes de l’examen, gage de compréhension et assurance de progrès dans la durée.
  • Pour le nidan l’examen technique doit être impeccable et ne souffre quasiment aucune erreur. En effet, à ce stade le catalogue technique doit être parfaitement intégré. S’il y a des lacunes le candidat ne peut être reçu car il n’y a plus d’interrogation technique par la suite, de la même façon que l’on ne récite pas ses tables de multiplication au baccalauréat.
  • Pour le sandan le candidat doit être capable de faire vivre les techniques dans sa présentation libre. Cela signifie notamment qu’il peut faire fonctionner des mouvements choisis sur un partenaire de son choix et des attaques établies.
  • Pour le yodan, c’est lorsqu’il fait face à un uke qu’il n’a pas choisi et qui l’attaque librement que le candidat doit démontrer son efficacité.

 

 

Passage de yodan devant Tamura senseï,

photo Sébastien Chaventon

 

 

La mesure d’un investissement

Les connaissances requises fixées, tant sur le fond que sur la forme, il faut ensuite prendre en compte le cheminement individuel. Car chacun arrive à l’Aïkido à un âge différent, avec des capacités physiques et mentales variées, après un parcours de vie unique.

En ce sens, il me semble par exemple inapproprié de demander à un sexagénaire qui n’a plus de cartilage aux genoux de travailler en suwari waza. Cela ne doit pas pour autant le priver de l’expérience et l’exigence précieux d’un examen de dan.

 

Il arrive que certaines personnes se présentant ou assistant à un examen que je dirige soient surprises des résultats. Que tel pratiquant au travail qui lui semble quelconque soit reçu, tandis qu’un autre candidat brillant soit recalé. Et cela est normal. Car il faut pour pouvoir comprendre la décision, connaître le parcours de chacun.

Il m’arrive ainsi de recaler de jeunes pratiquants habiles, car je sais qu’ils se sont présentés en considérant avoir « le » niveau, et n’ont pas fait d’efforts particuliers, ou se sont même économisés durant l’année. Dans le même temps je peux décerner avec joie un grade à des pratiquants faisant une présentation sobre à un rythme posé, car je sais les efforts qu’ils ont dû déployer pour la réaliser.

 

Reconnaissance d’un parcours

Pour pouvoir évaluer le cheminement d’un pratiquant il faut vouloir le connaître. Et c’est naturellement une tâche ardue. Mais un élève faisant l’effort de suivre notre enseignement, investissant temps, argent et énergie mérite à tout le moins d’être reconnu et considéré individuellement. Si l’on réalise ces efforts, c’est avec joie que les pratiquants viendront présenter leur travail, voir leur parcours reconnu, et recueillir des conseils pour continuer à avancer.

 

 

Remise de dan Aïkido Kishinkaï,

Clément Martin à Bruxelles

 

 

Léo Tamaki à Bergame, 25 et 26 janvier

 

Je serai fin janvier à Bergame près de Milan, à l’invitation d’ASAI, l’Associazione Sportiva Aikido Italia. Cette école dynamique dont les leaders suivirent entre autres l’enseignement de Tamura senseï, a aussi fait le choix de l’indépendance, notamment au niveau des grades. Un passage de grades est prévu, et j’aurai plaisir à voir reconnu le cheminement de ces aïkidokas transalpins.

 

 

Horaires

Samedi 25, de 14h30 à 17h45

Dimanche 26, de 9h30 à 12h30

 

Lieu

Palazetto dello Sport

Piazza del Bersagliere

24020 Torre Boldone

 

Informations

Tel 347 4193 824

Mail info@aikidoitalia.eu

 

 

Stage ouvert aux pratiquants de tous niveaux, tous groupes, et toutes disciplines.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe RAMOS 05/02/2020 14:54

Bonjour, merci pour ce post. Je trouve que c'est important de mettre en valeur l'investissement du pratiquant ainsi que son développement à travers la discipline. Apprendre à connaître le pratiquant c'est reconnaître son individualité, son parcours, la construction de son armure corporelle et émotionnelle. Ce que j'apprécie en ayant fait 2 stages avec toi, c'est l'humilité, le respect de l'autre quel que soit son âge ou son niveau de pratique. Accompagné de la bienveillance et de la fermeté, le passage de grade devient plaisir et non plus objet de tractations. Merci Léo

Léo Tamaki 06/04/2020 16:33

Bonjour Philippe,

Merci pour la lecture.

Merci aussi pour les retours sur les stages auxquels tu as participé. C'est encourageant de lire comment tu les as vécus :-)

Léo

Matisse sylvain 22/01/2020 12:56

Bon article. Les dilemmes pour délivrer un grade sont évidents, comment statuer entre un excellent technicien " suffisant" et un pratiquant limité dans les performances , exigences techniques et à l'état d'esprit des pratiquants? Les deux critères doivent compter je pense. Votre analyse est assez juste je pense. L’Important pour moi c'est le plaisir de pratiquer sans prise de tête. L'efficacité a toujours ses limites à un moment ou à un autre. Si le pratiquant veut tester la réalité lui reviendra tel un miroir et le réveil peut s'avérer douloureux . Pratiquons de notre mieux avec enthousiasme.

Léo Tamaki 05/04/2020 17:06

Merci pour la lecture et votre retour.
En effet la réalité peut se rappeler brutalement à nous...

Pratiquons avec enthousiasme !

Léo

jongbloed christian 17/01/2020 09:33

Tout à fait..

jongbloed christian 16/01/2020 22:27

La valeur d'un Budoka se voit au combat, au vrai combat dixit un ancien de la légion étrangère...

Léo Tamaki 16/01/2020 22:39

Tout à fait.

Toutefois les grades sont des paliers qui peuvent être intéressants, si on ne les prend pas pour ce qu'ils ne sont pas.

Léo