Budo no Nayami

Les 24h du samouraï, 24 heures pour une vie

2 Février 2020 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #STAGES, #Budo - Bujutsu

Depuis la nuit des temps l’homme se mesure aux autres hommes, aux éléments, et aux créatures qui peuplent la planète. Ce faisant il néglige souvent le seul défi qui l’élève réellement, celui qui l’oppose à lui-même…

 

Le véritable défi du budoka

Issues d’époques variées, les traditions martiales sont nées dans des contextes différents pour répondre à des objectifs spécifiques. Et qu’il s’agisse de combat rituel, de survie ou de self-défense, un but objectivable est toujours défini. Mais les cibles à atteindre pourront toujours être éloignées et les adversaires plus forts. Ainsi, les victoires apparentes ne portent que peu de leçons profondes et sont toujours transitoires.

 

Le véritable combat est contre son égo dit-on alors parfois. C’est une interprétation intéressante. Même si vouloir trancher l’égo souligne trop souvent que l’on veut surtout devenir meilleur que les autres. Et lorsque je considère Ueshiba Moriheï, je ne pense pas à quelqu’un qui a détruit son égo, mais à un homme qui s’est uni à l’univers. Si l’on ne distingue alors plus l’égo ce n’est pas parce qu’il a été détruit, mais parce qu’il s’est dissous dans le tout. Détail sémantique ? Sans doute.

J’aime l’image de l’égo comme un sabre. Un sabre dont la place au quotidien est dans le fourreau, mais qui, en cas de nécessité peut être brandi et utilisé pour agir. Sa tâche accomplie, il retournera alors dans l’obscurité… Les quelques véritables maîtres que j’ai eu l’honneur de côtoyer ne brillaient d’ailleurs pas tant par leur absence d’égo, mais par la connaissance profonde de leur nature. Ainsi quelle que soit la voie qu’il a choisie, le véritable objectif de l’adepte est la connaissance de soi, et ses seules victoires véritables sont celles sur lui-même.

 

 

Fujiwara Hironobu par Stéphane Remael,

pour Yashima

 

 

Se connaître, se dépasser

Les pratiques martiales ne manquent pas de compétitions diverses qui permettent de se mesurer à tout un chacun. Si leurs bénéfices sont réels, elles ont aussi souvent l’inconvénient de créer de l’amertume, de généralement ne s’adresser qu’à une frange de la population, et de diriger l’attention hors de nous. Avec les 24h du Samouraï, j’ai souhaité créer un événement où les pratiquants pourraient, tous ensemble, chercher à repousser leurs propres limites.

 

Les 24h du Samouraï auront lieu les 9 et 10 mai au Palais des Sports de Nantes. 16 experts de 16 disciplines viendront y présenter leur tradition durant 24h non-stop (programme complet sur 24h-samourai.com). Les participants viendront découvrir de nouveaux arts, et relever un challenge de 12, 18 ou 24h, en solitaire ou en équipe.

 

Des experts à votre service

De l’Aïkido au MMA en passant par le Systema, le Kali et le Taichi, ce sont 16 disciplines issues des quatre coins du monde qui vous seront exposées par 16 experts. C’est avec enthousiasme que chacun a répondu présent, et viendra relever le défi d’initier des pratiquants de tous horizons et tous niveaux à son art.

Nombre d’entre eux profiteront d’ailleurs des 24h pour découvrir d’autres disciplines à vos côtés. L’occasion de voir que les plus grands ne sont arrivés là où ils sont que grâce à leur soif d’apprendre, et que l’on est toujours débutant quelque part.

 

 

 

 

 

 

 

In / Yo

Durant l’événement, chaque session verra simultanément un cours In et un cours Yo (pendants du Yin/Yang chinois). Chacun pourra ainsi, selon son état, ses envies, choisir entre une discipline interne ou une externe, des cours au travail axé sur la souplesse ou sur l’intensité.

 

Le repos du guerrier

Si seuls quelques vaillants adeptes sauront passer 24h sur les tatamis, tout le monde peut relever le défi de partager 24h ensemble autour du Budo. Pour cela nous avons tout prévu :

  • Un village où il sera possible de se restaurer nonstop et de passer des moments privilégiés avec les experts et autres pratiquants. Au menu, thé vert ou RedBull, bento ou Snickers. Là encore, chacun son chemin !

La salle, spacieuse et confortable, offre une vue panoramique sur l’espace de pratique pour profiter des cours même en dehors du tatami.

 

  • Un dojo de 300m2 sera en outre mis à disposition afin que les plus fatigués puissent dormir quelques heures dans leur sac de couchage s’ils le souhaitent.

 

  • Cerise sur le gâteau, des thérapeutes de l’École Normande de Thérapie Shiatsu traiteront bénévolement les pratiquants qui le désirent durant tout l’événement. Un sacré défi qu’ont décidé de relever ces shiatsushi.

 

Un chemin unique

Au 24h du Samouraï, chacun est libre et responsable du défi qu’il souhaite relever, et de la façon dont il le fera. Durant 24h se succèderont 16 cours d’1h15, espacés d’un quart d’heure pour changer de tatami, se restaurer brièvement, etc.

Les participants pourront relever le défi de pratiquer 12, 18 ou 24h en solo, ou 24h en relai. Chaque session sera disponible en In et en Yo, afin que chaque participant puisse vivre une expérience unique en fonction de ses envies.

 

 

Shinya Tsuchida par Stéphane Remael,

pour Yashima

 

 

Sansedai kyōshū kyōdō

« Sansedai kyōshū kyōdō » signifie « trois générations apprenant et enseignant ensemble ». Les 24h du Samouraï ont été conçus pour que tout le monde puisse, à sa mesure et sa façon, relever un challenge personnel. Si je suis impatient de voir les exploits des plus endurants, j’ai surtout hâte de voir les moments de partage et entraide qui naîtront lors de l’événement. Car si c’est à soi que l’on fait face, c’est grâce aux enseignements et soutien des autres que l’on se surpasse.

 

 

Les 24h du Samouraï

 

9 et 10 mai à Nantes

Inscriptions avant le 15 avril

 

Ouverture des portes à 11h30

Cérémonie d’ouverture à 12h40

Début des cours à 13h00 le samedi 9

Fin de cours à 13h00 le dimanche 10

 

Tarifs

Solo, 85€

Duo, 75€/personne

Groupe de 5, 65€/personne

 

24h-samourai.com

 

 

ATTENTION, seulement 200 places disponibles !

 

Clôture des inscriptions 15 avril.

 

 

 

 

24h-samourai.com

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian.jongbloed 28/02/2020 22:13

On apprend plus par la défaite que par la victoire...Le plus dure combat est face à soi même, face à nos doutes .. J'aime bien ce proverbe japonais dont je ne me rappelle plus trop la phrase; souris quand c'est grave et soit grave quand c'est anodin..

Léo Tamaki 05/04/2020 17:00

Intéressant proverbe, merci :-)

Léo