Budo no Nayami

Le secret des médias d'arts martiaux

13 Avril 2021 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Comment paraître dans un magazine d'arts martiaux ? Quels sont les véritables chiffres de diffusion ? Comment sont choisis les sujets ? Les publications martiales vont-elles disparaître ?

 

Live "Secrets des médias d'arts martiaux"

Samedi 17 avril à 15h00

 

Karaté Bushido, Arts Martiaux Traditionnels d'Asie et autres Arts et Combats ont nourri la passion de l'adolescent que j'étais. À l'époque où internet n'était qu'un fantasme de fans de science-fiction, ces titres m'informaient sur l'actualité et diffusaient un savoir mystérieux qui nourrissait mes rêves.

Le temps a passé, et internet a littéralement révolutionné le milieu. Les cahiers techniques de photos figées ont fait place aux vidéos YouTube, et les sites professionnels livrent les résultats des compétitions en direct. Les heures glorieuses de tirages à 50 000 exemplaires sont donc révolues...

 

... ces titres m'informaient sur l'actualité et diffusaient un savoir mystérieux qui nourrissait mes rêves.

 

Les magazines d'arts martiaux ont-ils un avenir ?

Au royaume du gratuit que fait miroiter internet, il devient de plus en plus difficile de faire vivre un magazine papier. Quelle est d'ailleurs sa plus-value ? La question n'est pas simple. Voici quelques éléments de réponse :

  • Les algorithmes des réseaux sociaux nous fournissent toujours plus de la même chose. Si vous avez regardé deux vidéos de l'école Tagada ryu de Karaté, vous verrez au mieux d'autres clips de Karaté, mais surtout encore plus de Tagada ryu. Un magazine vous expose à une variété, dans une discipline pour une revue centrée sur un art, sur d'autres pratiques dans un magazine généraliste.
  • Sur internet tout le monde est un expert. Pour peu qu'il sache faire quelques recherches, et amalgamer les informations, "Kévin la science" pourra passer pour un expert en parlant des origines de l'école Damédamé ryu, du fait que son premier dojo était rue Madamada et non pas avenue Yameyame, etc. Pour autant, son savoir-faire peut fortement laisser à désirer. Un comité de rédaction sérieux fait un tri préalable pour donner accès à des adeptes de qualité.
  • À une époque où chaque possesseur d'un téléphone portable devient un photographe, nous n'avons jamais été autant inondés d'images de pratique. Mais tandis que la quantité augmentait de façon exponentielle, la qualité devenait un lointain souvenir. Un magazine peut investir des moyens pour offrir des clichés forts, marquants, qui subliment la pratique et révèlent l'adepte.

 

Kenyu Chinen

(Julie Glassberg pour Yashima)

 

Hiroo Mochizuki

(Julie Glassberg pour Yashima)

 

Pour les autres questions… rendez-vous en live samedi 17 à 15h

Ce samedi 17 avril, Lionel Froidure réuni autour de lui Xavier Duval, rédacteur en chef de Yashima; Germain Chamot, rédacteur en chef de Dragon Spécial Aïkido; Alexandre Grzegorczyck, responsable du thème central de Yashima; et moi-même qui ai contribué à la création de ces magazines et y participe régulièrement.

Nous répondrons aux questions de Lionel, et évidemment à celles des internautes. N'hésitez donc pas si vous voulez connaître les secrets de fabrication des revues martiales !

Lien de connection au live "Secrets des médias d'arts martiaux", samedi 17 avril, 15h00

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Dans le royaume des aveugles le Borgne est roi. Combien de soi disant Maître on déjà utilisé leur soi disant art en combat réel sans fioritures et flonflons. Internet nous entoure d'images sans fond ni forme.. je ne suis pas un expert mais au moins je le reconnaîs.je fais suivant mon
ressenti et je le mets en application..i
Répondre