Budo no Nayami

Difficile de juger sans savoir...

12 Mai 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Mai 2008

En allant courir je suis tombé plusieurs fois vers six heures du matin sur un homme d'une cinquantaine d'années qui pratiquait seul. L'un des exercices qu'il travaille et qui m'a le plus impressionné est une sorte de ritsuzen debout sur une mince barrière.

Le ritsuzen est un exercice de Taïkiken très proche de la "posture de l'arbre" pratiquée dans les arts internes chinois. Il consiste à se tenir debout, jambes légèrement fléchies, talons à peine soulevés, les bras formant une sorte de cercle à hauteur des épaules.
Pour corser la difficulté l'inconnu du matin le pratique donc en équilibre sur une barrière d'environ deux centimètres de diamètre...


Taikiken ritsuzen


En dehors de cela je l'ai vu pratiquer des coupes au sabre avec un shinaï très rare. Comme les
shinaïs classiques il est en bambou, mais il a la particularité est d'être courbé et d'avoir la même forme que le katana.

Je pense qu'il ne s'agit pas d'un pratiquant d'arts martiaux à mains nues faisant juste quelques coupes car ses postures et son shinaï sont très spécifiques,
mais pour être sincère sa pratique du sabre ne m'a pas du tout impressionné. Je trouve entre autre ses mouvements très "visibles".

Cela dit je suis toujours réservé sur un jugement extérieur sans avoir la connaissance de ce qui est recherché. Ne connaissant pas le but de ses exercices je ne peux que les rapprocher de ce que je connaîs et évidemment cela peut être très éloigné de leur objectif réel. Il travaille sans doute l'amplitude du mouvement ou le relâchement, et les coupes de son école peuvent parfaitement être "invisibles" dans leur forme classique.
Si je le croise pendant qu'il fait une pause j'essaierai d'en savoir un peu plus sur son style.

En pensant aux jugement extérieurs je ne peux m'empêcher de faire un parallèle avec les gens qui viennent dans une salle de musculation, regardent les gens s'entraîner et rigolent entre eux. Moquant celui-ci parce qu'il travaille avec une charge légère, celui-là parce qu'il fait un exercice inorthodoxe alors que le premier finit sans doute une séance où il a déplacé des charges monumentales et que le second développe un travail spécifique.
Cela dit je dois avouer qu'il y a quelques années j'étais le premier à observer les autres pratiquants et à les juger non sur leur technique mais sur les poids qu'ils déplaçaient. Avec le recul je me rends compte que j'étais souvent impressionné par des gens sans savoir-faire qui détruisaient leur corps. Et j'en faisais évidemment partie...


Partager cet article

Commenter cet article

Isa 27/05/2008 22:08

hello!!ben ce n'est pas une honte d'écouter du métal. Plus âgée que toi Léo je suis, j'écoute toujours.hihi c'est pour travailler mon zazen dans le RER A ou éviter de foncer dans le tas en cas d'agressivité de la part de mes collègues (à défaut de pouvoir pratiquer sur le tatami pour l'instant!)Amicalementusagi chan

Léo Tamaki 27/05/2008 22:21


Ce n'est pas une honte mais je conçois mal comment ça peut aider à se calmer :D

Amicalement,

Léo 


Matthieu 26/05/2008 23:56

Incroyable, tu as pris le temps de répondre à tout le monde (et même deux fois !!)j'admire l'attention que tu porte à tes lecteurs.Merci de ta réponse, c'est toujours un plaisir de recevoir ton avis (que j'attendais avec attention!)Et en plus avec ça tu écoute rage!!! décidément... étonnant!!encore merci pour tout ce que tu fais, à bientotamicalement Matthieu

Léo Tamaki 27/05/2008 09:26


Oh c'était la moindre des choses.

Plus jeune j'avais les cheuveux jusqu'aux coudes, un long imper noir, des bagues cloutées et j'écoutais du hard rock ;-)

Léo
 


Matthieu 19/05/2008 12:41

@Emmanuelle
oups, désolé, j'illustre
encore une fois quand voulant faire vite on fait des erreurs. Je
m'excuse je me suis très mal exprimé en voulant
abréger. Il n'est nullement question de folie mais d'une
interprétation éventuelle de tes agresseurs contenue
dans le « elle n'est pas normale » car c'est
souvent ce qu'inspire une personne restant étrangement stoïque
face aux injures voir aux coups. J'ai aussi utilisé
« essayer » dans le sens de « éprouver »,
faire « l'expérience de ». Je m'excuse
mais j'ai de grosse difficulté à communiquer.
Bonne pratique à toi aussi.(Léo reste bien silencieux ces dernier jours....boulo? )

Léo Tamaki 26/05/2008 20:34



Désolé pour le long silence, Master tour et stage avec Kuroda senseï m'ont éloigné du clavier ;-)


 


J'ai été voir ce dont tu parlais sur ton site. La première chose, mais note qu'il est facile de parler avec le recul derrière un écran ;-), est
que vous auriez dû partir aux premiers bruits de dérapages même s'ils étaient assez éloignés.


 


Pour la suite je ne suis pas certain que ton absence de réaction et avoir posé les armes ait été une bonne idée mais le calme par contre me
semble évidemment essentiel. Tu as sans doute eu de la chance que les vingt autres personnes soient arrivées car j'ai déjà vu quelqu'un qui s'est pris un coup de tesson dans le visage…


Une autre réflexion que je me fais est que si vingt personnes sont arrivées aussi rapidement à pied elles étaient probablement proches. Il y a
des chances que vous ayez déjà dû les voir ou les entendre. Continuer à pratiquer dans un endroit public la nuit, de type parking désaffecté de surcroît me semble un peu imprudent…


Je me suis très souvent entraîné en extérieur. Il vaut mieux privilégier les parcs très fréquentés en y cherchant un endroit à l'écart. Tu auras
toujours quelques importuns mais jamais de véritables incidents. Sinon si tu peux te déplacer la forêt, mais ce n'est bien sûr pas aussi évident.


 


En tout cas je suis content que toi et tes amis vous en soyez sortis sans véritables dégâts. Je suis certain que vous aurez appris beaucoup de
cette expérience.


 


Sinon ça m'a fait plaisir de réentendre un peu de Rage ;-)


 


Léo



Emmanuelle 19/05/2008 10:36

Rebonjour Matthieu,en effet, ne nous étendons sur le blog de ce pauve Léo qui va finir par perdre son calme au bout d'un moment:-DLa folie n'a rien à voir là dedans. Je n'ai pas "essayé" cela, ni quoi que ce soit d'autre, je relatais des propos et ce qu'intérieurement j'avais modestement resenti.Mais ce n'est pas bien grave, sans doute me suis je très mal exprimé et je m'en excuse.Bonne continuation dans ta pratique.Emmanuelle

Matthieu 19/05/2008 07:53

Bonjour EmmanuelleComme je ne veux pas m'étaler sur le blog de Léo je vais faire bref. Comme la question du parking revient, souvent ,je vais faire un petit post sur mon blog, mais en gros la réponse est simple, Où pourrai-je aller d'autre?Pour la musique, c'est juste une ambience ici, et j'ai choisi ce groupe après le premier commentaire (rage against the machine, car je suis jeune et un peu en différent avec le système, qui me revient pas mal par les trou de nez en se moment).Ta petite histoire est interressante, j'ai des amis qui ont aussi essayer le coups de "attention je suis fou" ça marche, des fois...Enfin bref:rdv sur niten no yume pour plus de précision.bonne journée a toi (et aux autres!)

Emmanuelle 19/05/2008 06:53

Bonjour Matthieu,moi, la question que je me pose dans ton post, je suis allée voir ton site dans lequel tu relates la mésaventure qu'il t'est arrivée dans le parking, est la suivante: aller s'entrainer au Ken dans un parking désaffecté n'est tout de même pas anodin, et m'est avis que si ton attente était de prendre toute la puissance positive de la Lumière, tu as dû être déçu.Maintenant, peut être désiriez vous, en toute conscience, confronter les techniques armées et aikidokesques au réel d'une agression...ça arrive ce type de démarches, même chez certains grands professionnels, pas maitres hein, professionnels, qui aiment aller titillerles forces obscures pour "voir", "tester"...D'où la grnde question dérivée , à savoir, "est ce que l'aikido est efficace dans tel type d'agression"??Petite anecdote, très facheuse et qui me fait autant frémir encore de peur tout comme elle continue de m'en apprendre:un soir, je sortais d'un cours d'Aikido avec Jacques (Bardet) et j'étais dans le métro pour rentrer chez moi, il était tard, et très franchement, le cours avait été assez intese aux armes, donc nulle envie de continuer en situation dite "réelle". La confrontation au réel était simple: un bain et mon lit!!! C'était là les seulesintentionalités. Un groupe de ptits chahuteurs en avait visiblement décidé autrement et bref, la joie et la lumière se sont abattues sur mon âme....MAis...J'était très très sereine, grandie par toutes les ondes positives de mon cours...Je respirais avec une limpidité hallucinante, je n'imaginais rien, n'anticipais rien, je visualisais ma respiration, je ne bougeais quasi pas...aprèsuelques tentatives, insultes, menaces de me faire subir toute la brochette des délices réservées auxvictimes, l'un d'entre eux a dit, "putain on se casse, elle est bizare la moeuf...on dirait qu'elle est pas normale"...Ils se sont "cassés", voilà. Ce que je veux dire est que un, on ne me fuit pas "systématiquement":-D, deux, j'avais je pense acquis assez de force positive dans la Lumière des cours de Jacques pour ne pas avoir l'envie de confrontezr mes acquis au soi disant "réel", et trois, c'est cette non-intentionalité, cette vacuité, cette certitude que le bon est plus fort que le mauvais qui m'a sauvée ce jour là. En un mot, pourquoi aler dans un parking désaffecté pour s'entrainer au Ken, s ce n'est effectivement, pour "rechercher" inconsciemment sans doute, ce type de personnes en errance et empli de tellement de peurs qu'ils ne peuvent que vouloir le mal chez les autres???? en général, c'est dans ce type d'endroits qu'ils vont, non? en changeant nos esprits, on change les actions, même celles des autres...Ton site est très bien, mais je n'ai pas compris le rapport entre la vidéo et le sujet:-DBonne journéeEmmanuelleps: désolée, je crois que c'était à Léo que tu t'adressais, mais bon, j'ai mis mon modeste grain de sel tout de même:-D

ksiazkiewicz 15/05/2008 10:06

Salut Léo,Espérant que ton séjour se passebien...Sinon, le ritsuzen sur une barrière de 2 cm de large!?! c'est tout de même pas commun! Si t'en sait plus, fais nous signe ;-)

Léo Tamaki 26/05/2008 20:33



Pendant les prochains jours je vais être plus que débordé avec les articles du prochain numéro de Dragon mais si je revois la personne promis je
vais l'importuner ;-)


 


Léo



Matthieu 15/05/2008 00:31

Salut Léo,pense tu que les grands maitres peuvent juger d'un coup d'oeil et de façon relativement précise la capacité de quelqu'un? Y-t-il des trompeur? (genre je suis capable mais cela ne se voit pas, styl ninja lol).Comment ce fait-il que "le commun des mortels" soit incapable de dicerner un grand maitre d'un banal touriste? je pense notament aux blaireaux capable d'attaquer Tamura sensei ou le grand père de Kuroda T..Que penser si même des gens d'une telle capacité ne peuvent pas être tranquille?Cache t-il volontairement leurs présence?Autre interrogation, (peu etre sans rapport) comment stopper un groupe de drogué? (sachant, qu'il ne peuvent ni avoir peur, difficilement mal,sont très exité, et aucun sens de la logique)Mis a part le K.O.j'espère que tout vas bien pour toi et que ton "master tours"(mon rêve!!) se passe bien.Amicalement Matthieu

Léo Tamaki 26/05/2008 20:32



Hmm, c'est un sujet difficile. Je dirai en tout cas qu'ils sont capables de voir au premier coup d'œil ce qu'ils cherchent, à savoir ce qu'ils
travaillent. Akuzawa senseï est capable de voir si le "centre" et la "structure" sont présents, Hino senseï si le corps est lié, etc… Je crois aussi qu'ils ont la capacité de "deviner" le niveau
d'une personne.


 


Après il y a une question de niveau. Plus un maître est avancé moins son niveau et sa force sont évidents. Il faut être proche de son niveau
pour le voir si il a décidé de rester "invisible".


 


Que des gens les attaquent n'est pas étonnant. Les gens de bas niveau ne sont pas capables de voir la valeur réelle d'une personne et ils
s'exposent ainsi à une douloureuse déception s'ils s'attaquent à un maître. Ils ne sont impressionnés que par les attribus extérieurs de la force qui sont totalement superficiels tels que la
masse musculaire ou l'attitude hargneuse. Heureusement pour eux les maîtres font généralement preuve de compassion ou de désintérêt…


Dans un de ses ouvrages, celui sur Miyamoto Musashi il me semble, Tokitsu senseï parlait du combat de Ki. Il expliquait qu'un adepte de bas
niveau recevrait simplement un coup là où un maître aurait reculé ou esquivé si je me souviens bien.


 


Concernant le groupe de drogués la question est compliquée… Le rapport est évidemment qu'ils ne seront pas capables de voir le niveau de la
personne qu'ils attaquent.


Disons que les drogués (tout dépend de ce qu'ils ont pris et en quelle quantité) sont effectivement souvent moins conscients des risques, plus
résistants à la douleur et incohérents. Le K.O. dont tu parles est aussi parfois impossible selon ce qu'ils ont pris (voir certains combats de free-fight type Pride…).


La première solution si possible est évidemment la fuite. Dans le cas contraire il faut considérer leurs demandes. Si elles ne vont pas trop
loin et qu'elles semblent suffire à les satisfaire, autant y accéder (peu importe l'argent ou un MP3 si on considère les risques d'une altercation). Enfin, si il est impossible de fuir et que
leurs intentions sont dangereuses il faut les mettre hors d'état de nuire le plus rapidement possible. Pour cela il faut avoir appris à le faire et malheureusement l'Aïkido ne donne pas ces
compétences à moins d'avoir vu au-delà des techniques et d'avoir pratiqué longtemps et souvent…


 


Le Master tour fut plus qu'un plaisir.


 


Léo