Budo no Nayami

Retour sur le stage avec Brahim Si Guesmi

21 Juin 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Juin 2008

Le temps me glisse entre les doigts et j'ai parfois peine à mener de front mes entraînements, l'écriture, les stages que je donne, ceux que j'organise…

A peine descendu de l'avion vendredi soir la semaine dernière j'ai donné un stage avec
Brahim le lendemain matin. Si le Tokyo/Paris ne m'a pas fatigué en soi car j'ai dormi pendant la majeure partie du vol, les nuits blanches qui l'avaient précédé ont fait leur effet à l'arrivée.
Mais après la course contre la montre pour rendre mes articles pour le nouveau Dragon, le stage fut un grand moment de détente et de plaisir. Retrouver les élèves d'Herblay, ceux de Brahim, ceux qui viennent régulièrement d'autres dojos et rencontrer de nouveaux pratiquants fit passer les heures à une rapidité déconcertante.


Brahim Si Guesmi (photo Pierre Sivisay)


Sempaï
Si j'avais déjà eu l'occasion d'animer un stage avec Brahim pour une préparation aux passages de grades, c'était la première fois que nous en animions un ensemble réellement axé sur la pratique. Que dire? Tout s'enchaînait simplement et j'eu pendant tout le week-end l'impression de pratiquer en famille. Brahim est un sempaï pour moi dans le sens le plus riche du terme. J'apprécie son travail, j'admire son engagement et son attitude m'inspire. Je crois que nous partageons les mêmes conceptions de la pratique, de son esprit, du combat, de la plupart des choses enfin qui sont liées à notre voie.
Nous avons suivi des chemins différents mais qui nous ont amenés aujourd'hui autour des enseignements de
Tamura senseï et Kuroda senseï. Bien sûr la façon dont nous exprimons ce que nous comprenons est différente comme le sont nos caractères, nos physiques et nos passés. Mais derrière ce voile de différences je retrouve exactement le même esprit et la même recherche. Et je crois que cela permet aux élèves intéressés par la pratique de l'un de mieux la comprendre au regard de l'autre. Personnellement j'ai encore appris beaucoup durant ses cours, en particulier sur ses magnifiques shiho nage que je vais essayer de voler…


Brahim et moi chez Shimizu senseï lors du "Masters tour" (photo Sébastien Chaventon)


Dés élèves qui viennent de loin

Herblay se trouve à 25km de Paris. Compte tenu du nombre d'experts qui viennent donner des stages dans la capitale, voir des élèves se déplacer en banlieue lointaine est toujours quelque chose qui me touche. Le week-end dernier ceux qui firent le chemin pour venir pratiquer avec nous durent en plus affronter les grèves de transport. Malgré cela et la fête des pères le dimanche nous nous sommes retrouvés un peu plus d'une cinquantaine et je remercie tous les participants de leur venue. Un salut particulier à Raffaella qui vint seule de Turin suite à un empêchement de dernière minute de ses deux compagnons d'entraînements. Après avoir conduit seule toute la nuit pour arriver à l'aube à Herblay elle enchaîna un week-end de pratique avec un sourire communicatif. ;-)


Brahim et moi chez Shimizu senseï lors du "Masters tour" (photo Sébastien Chaventon)


Partager cet article

Commenter cet article

Raffaella 24/06/2008 14:13

Bonjour Léo,
Merci pour le salut particulier.
J’ai aimé beaucoup vivre cette expérience. Encore une fois j’ai au la confirmation que sans trop d’énergie physique, enlevé par le sommeil, on redécouvre celle plus profonde qui anime l’esprit et qui, quelques fois pour moi, est caché dans des endroits difficiles à rejoindre.          
Prendre courage, se détendre, savourer la pratique et se fier des enseignants, des élèves et des partenaires n’est pas facile, mais, quand un group des gens comme vous cherche à travailler dans cette direction, respirer l’harmonie est possible. Aussi le dojo et sa position ont quelques choses de particulier.  
Si tu, Léo, a eu l’impression de travailler en famille, personnellement  j’ai eu l’impression d’avoir été adoptée pour un week-end! ;- )
Pour ce qui concerne mes voyages, dans leur signification plus grande, et cet en particulier, je peut dire qu’avant de partir tout me semble toujours plus effrayante de quand je les vivent : «  désormais … ! » je me dit et l’adrénaline fait le reste en jouent son rôle, donc pas des lourds efforts.
Mon sourire ? J’espère d’avoir communiqué mon aise d’avoir pratiquer ensemble plutôt que ma fatigue !
Seulement un aspect négatif : c’est passée trop vite (je suis de ton avis)… je doit retourner !
Un salut a toi Léo et, je profite, a Brahim, Issei et tout les autres, que je ne nomme pas pour ne pas ajouter trop d’erreurs en langue français :-)  
Amicalement,
Raffaella
P.S : Partager mes pensées ici m’a fait plaisir !

Léo Tamaki 26/06/2008 19:50


Ah Raffaella,

Merci pour ton message.

C'est vrai que la pratique fatigué ou blessé nous amène à ne pas nous reposer sur le physique ;-)

Tu étais plus qu'adoptée bien sûr :D

Amicalement,

Léo


Bekkay 22/06/2008 18:17

Merci pour le stage ! et désolé de ne pas avoir pu rester plus longtemps !En tout les cas ce fut vraiment interessant de travailler l'aikido lors d'un stage, en abordant des principes aussi captivants que difficiles à percevoir, tel que le "relachement ou effacement" musculaire lors de la réalisation du mouvement.Merci encore à Brahim et à toi !!!

Léo Tamaki 26/06/2008 19:46


Merci pour ton passage et à bientôt ;-)

Léo


Antoine 22/06/2008 14:39

Helas même si je n'ai pu venir que le dimanche, j'ai beaucoup aimé. Stage vraiment très intéressant comme je te l'ai déjà dis.Je reviendrai à coup sûr!

Léo Tamaki 26/06/2008 19:45


Merci et à bientôt alors ;-)

Léo