Budo no Nayami

Entretien avec Tamura senseï (1): la marche d'Osenseï

2 Juillet 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Comment marchait Osenseï?
En apparence il marchait comme tout le monde. Mais il pratiquait toujours en tabis sur des tatamis traditionnels. C'est extrèmement difficile car cela glisse énormément. C'est ainsi qu'il a développé une technique extraordinaire.
Avec d'autres uchi-deshis j'avais aussi remarqué que les tabis d'Osenseï blanchissaient sous l'usure au niveau de l'articulation entre le pied et le gros orteil. C'est un endroit qui ne s'use généralement pas chez les gens qui marchent en tabis.



Ueshiba Kisshomaru et Ueshiba Moriheï en tabis


J'avais déjà demandé à Tamura senseï si Osenseï utilisait la marche namba. Il m'avait dit que non et cela est d'autant plus logique que, d'une part à l'époque de sa naissance c'est une marche qui devait déjà être rare, d'autre part il avait passé plusieurs années dans l'armée dans sa jeunesse où l'on enseignait aux recrues la marche militaire.

Ce qu'il est intéressant de noter est le fait que l'utilisation de tabis ne pouvait permettre à Osenseï de "pousser" dans le sol et mettre de la force dans ses appuis. Malgré (grâce à?) cela il développa une technique extraordinaire. Et il est vrai qu'à regarder les vidéos de lui qui nous sont parvenues on le voit presque sautiller légèrement. Sautillements qu'utilisaient aussi notamment deux de ses élèves les plus célèbres, Shioda Gozo et Toheï Koichi qu'il désigna comme son successeur technique.


Kono Yoshinori pratique généralement en tabis


Je me suis plusieurs fois posé la question de savoir pourquoi l'utilisation de
tabis ne s'était pas développée. Manque de moyens après la guerre qui freina leur utilisation comme celle du hakama? Une autre question que je n'ai pas pensé à poser.
Aujourd'hui il existe des écoles où les tabis sont encore utilisés mais elles sont rares. Kono Yoshinori en porte toujours et ses déplacements sont extrèmements légers et rapides.

Quand à l'usure à la jointure du gros orteil on peut en déduire qu'Osensei utilisait toute l'étendue de la mobilité de ses pieds comme probablement pour le reste de son corps. L'usure à cet endroit particulier pouvait à mon sens provenir de deux choses. Soit il gardait généralement le talon légèrement soulevé et se tenait sur l'avant du pied comme dans certaines écoles traditionnelles, soit il déroulait complètement son pas du talon aux orteils. Je pencherai pour la première interprétation.


Note:
Je n'ai pas enregistré ces entretiens et les écris de mémoire. Il est donc possible que des erreurs se soient glissées dans ces retranscriptions mais j'ai pensé que l'intérêt des réponses dépassait le risque de mes erreurs. Je prie toutefois les lecteurs de ne prendre cela que comme une conversation rapportée qui pourrait nourrir des réflexions et non comme paroles d'évangiles.


Partager cet article

Commenter cet article

Thibault 25/08/2011 09:11



Bonjour Léo


Je viens de relire cet article, et ça me fait penser à mes propre tabi, peut-être que O sensei avait tout simplement les pieds creux. Ce qui a tendance à faire porter un peu plus le poid du corps
sur la partie interieur du pied, donc le gros orteil.


 


Amicalement 


Thibault



Léo Tamaki 25/08/2011 09:39



Bonjour Thibault,


 


Difficile à dire mais possible :D


 


Amicalement,


 


Léo


 



Farouk BENOUALI 23/07/2008 16:45

Re-salut Léo !C'est Farouk le lyonnais.Je voudrai rebondir sur le sujet si tu le permets :Comment marchait Osenseï?En apparence il marchait comme tout le monde. Mais il pratiquait toujours en tabis sur des tatamis traditionnels. C'est extrèmement difficile car cela glisse énormément. C'est ainsi qu'il a développé une technique extraordinaire.Avec d'autres uchi-deshis j'avais aussi remarqué que les tabis d'Osenseï blanchissaient sous l'usure au niveau de l'articulation entre le pied et le gros orteil. C'est un endroit qui ne s'use généralement pas chez les gens qui marchent en tabis.Dans son Shizentaî sankaku, il intégrait le principe SEICHUSEN (principe décrit dans le livre de PAscal Krieger - Ten Jin Chi). C'est la correction de la ligne centrale du corps.En imaginant qu'un fil à plomb partant de la voûte cranienne et descendant le long du buste jusqu'au seka-tanden. De ce seka-tanden on imagine concrètement un bille de plomb de rapprochant du ventre sans le coller et suffisamant éloigné de la colonne vertébrale. Du coup on passe le poids du corps au niveau des plantes des pieds tout en dévérouillant les genoux (sans se pencher bien entendu). Les talons vont se décoller légèrement de quoi faire passer une feuille de cigarette (Dixit Tiki-Daniel Leclerc...).En fait on a cette impression d'être toujours porté sur l'avant (tout en ayant son encrage au sol) et dans la pratique cela permet d'être prêt à se déplacer sans rechercher son appui. C'est extraordinaire cette sensation, on est encré au sol avec cette sensation de légèreté. Pour ma part cela me permet d'avoir les jambes souples, le centre fort et le haut du corps libéré. (Très souvent les gens tu remarqueras changent physiquement et inconsciemment d'appui- observe bien ce détail). Chercher son appui au moment d'une attaque c'est un temps de trop, un temps ou l'on perd la vie.Et à mon humble avis, je pense que ça peut être une des raisons de l'usure des tabis à l'endroit indiqué de notre cher O sensei.A très bientôt LéoFarouk

Léo Tamaki 16/08/2008 03:33



Bonjour Farouk,

Merci pour ton message.

Ta description correspond parfaitement à une des façons de se déplacer. Elle a pour résultat probable comme tu le décris une mobilité associée à un ancrage. Il y a d'autres façons de se déplacer
qui par exemple ne repposent sur aucun ancrage. Loin de moi l'idée de mettre en avant ou critiquer l'une ou l'autre!

De même le seïchusen ne recouvre pas la même chose selon les écoles...

Quand à savoir comment marcher Osenseï nous en resterons malheureusement à des conjectures ;-)

Amicalement,

Léo




patrice 16/07/2008 08:02

Merci Léo de cet article, remarquablement intéressant !!

Léo Tamaki 18/07/2008 09:04



Merci Patrice,

Léo




Hassan Moukhsil 07/07/2008 23:58

Salut Leo,merci bc pour tes explications ... Hassan

Léo Tamaki 18/07/2008 07:51


C'est un plaisir, j'espère que nous aurons l'occasion d'en parler sur un tatami un de ces jours.

Léo


Hassan Moukhsil 04/07/2008 23:27

Salut Leo,J ai une question sur la façon de marcher et bouger sur le Tatami. Doit on garder toujours le talon legerement soulever et se tenir sur l avant du pied en fesant les techniques d Aikido pour avoir un bon travail? si c est oui. comment peut on garder l equilibre?merci Hassan d Agadir

Léo Tamaki 07/07/2008 18:22



Bonjour Hassan,

C'est une question très difficile ;-)

Il n'y a pas, comme pour la plupart des choses en arts martiaux et ailleurs, UNE vérité. Il y a plusieurs choix possibles que l'on doit faire en fonction d'une vision globale de sa pratique.

Si évidemment tout pratiquant cherche à développer simultanément vitesse, puissance, etc... la réalité fait qu'il est nécessaire de privilégier souvent l'un par rapport à l'autre, stabilité ou
mobilité, puissance ou rapidité, etc...
En privilégier un par rapport à l'autre n'est pas une erreur mais un choix. Et c'est avec ces choix qu'il faut être cohérent.

En règle générale la puissance et la stabilité s'appuient sur un contact le plus large possible avec le sol, alors que la rapidité et la mobilité s'accompagnent souvent d'un contact plus
restreint.

Mais attention, dans la pratique martiale équilibre ne signifie pas obligatoirement stabilité. L'équilibre utile est plutôt un contrôle de son corps dans le mouvement. Dans ce cas les talons
soulevés ne sont pas du tout ne contre indication...

Il est aussi possible d'utiliser les deux façons de faire. Je te conseille d'essayer le maximum de méthodes et si possible d'en parler avec ton maître.

Enfin tu dis "façon de marcher et bouger sur le Tatami". Mais marcher étant une des principales occupations peut-être peux-tu en profiter pour tester tout au long de la journée. Commence par
observer ta marche naturelle. Vois ce qui est améliorable. A quels moments tu es figé, quand perdrais-tu un temps pour te déplacer si tu étais pris par surprise, essaie de faire le moins
d'efforts possibles, etc...

Amicalement,

Léo




jean luc durandau 04/07/2008 15:29

Bonjour Leomerci pour ton explication Jean Luc

Léo Tamaki 07/07/2008 18:06


Oh ce n'est pas grand chose. On en reparlera à La Rochelle ;-)

Léo


jean luc 03/07/2008 14:26

Bonjour ou bonsoir léo ....Pourrais tu me dire ce qu'est la marche namba? il n'y as pas d'urgence a tres bientotmerci par avance Jean Luc

Léo Tamaki 03/07/2008 15:57



Très brièvement il s'agit d'une marche où le corps ne se vrille pas. Ce qui se produit lorsqu'on avance bras et jambes opposés dans la marche qui est commune aujourd'hui.
Il y a un exemple dans cette vidéo:
http://jp.youtube.com/watch?v=DC66NZj8pJ4
Les exemples sont visibles surtout au début et à la fin.

J'approfondirai le sujet dans les mois à venir car Kono senseï en parle dans son interview qui paraîtra fin août ;-)

Amicalement,

Léo




Shotokan 03/07/2008 11:21

Re-bonjourUn article très intéressant sur un point technique qui reste effectivement à être approfondie: " La démarche des grandes personnalités du Budo". Toutes ces personnalités d'exception qui ont fait l'histoire des arts martiaux avait certainement leur méthode de déplacement différente de la notre et de leurs contemporains; fruits de leur pratique et de leur recherche ininterrompue de la technique ultime.Merci Leo

Léo Tamaki 03/07/2008 15:39



Oui, observer les maîtres au quotidien est source d'enseignements inestimables...

Léo