Budo no Nayami

"Don't let me be misunderstood", Nina Simone

29 Septembre 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Septembre 2008

Un clip de la chanson de Nina Simone "Don't let me be misunderstood" sur des images de la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-unis.


"Don't let me be isunderstood"


Mes cours d'histoire sont de plus en plus lointains maintenant et j'avais oublié que la ségrégation raciale avait encore lieu hier. Certains me diront d'ailleurs sans doute qu'elle continue encore.
50 ans plus tôt... Des millions de gens vivants ont connu cette époque. Rosa Parks, Martin Luther King...
Je ne crois pas qu'aujourd'hui le monde soit meilleur mais je ne vois plus personne se lever. Et je reste assis comme les autres........................


Martin Luther King


Rosa Parks


Partager cet article

Commenter cet article

Benoit Bertin 04/10/2008 02:31


Bonjour tout le monde,
 
Je ne vois rien à ajouter: le caractère notoire des diverses formes de ségrégation et notre "silence" ayant été soulignés.
Ce problème sévit un peu partout et sous diverses formes, c’est vrai... ah j'oubliais:  peut être que l'égo est a l'origine de ce rejet de l'autre...  
 
Je me lance dans un hors sujet,  mais pour l’éternel problème du hakama et des grades (rencontrable en bien des endroits) je me permets de proposer un truc :
 
Si jamais la liste d’attente n’est pas trop longue, pourquoi donc ne pas essayer de lancer des invites a ses partenaires  la veille par flyer, mail ou sms ? -)
 Bon sur ce je me tais….

Léo Tamaki 04/10/2008 12:04


Cela dit le choix des pratiquants en stage est un réel problème...

Léo


rose 01/10/2008 20:49

...

Léo Tamaki 02/10/2008 10:17


...

Léo


ヤニック 01/10/2008 20:28

"A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis."Martin Luther Kingnous oublions parfois trop vite les conseils du passé...

Léo Tamaki 02/10/2008 10:17


Oui...

Léo


Isa 01/10/2008 16:57

Rere!Merci pour les commentaires sieur Léo!Je n'étais point choquée par la différence de ce hakama; au contraire je le trouvais magnifique! Et il le portait parce que son maître lui avait offert!!Enfin...Bonne continuation à tous!AmicalementIsa

Léo Tamaki 01/10/2008 17:03


:D

Pour être très franc je n'ai pas bien compris ce qui s'était exactement passé ;-)

Je comprends que l'on veuille porter un cadeau bien sûr. Mais s'il est particulièrement notable, et il semble que ce fut le cas puisqu'il a été remarqué, personnellement j'éviterai de le porter
dans certaines circonstances dans un souci d'humilité.
Imaginons qu'un maître m'offre une magnifique ceinture rouge. Ou même, moins voyant, une belle soie sombre. Eh bien je me vois mal la mettre, même sous un hakama, lors d'un stage que je ne donne
pas...

Bonne fin de journée ;-)

Léo


WiMadiana 01/10/2008 16:26

Merci pour votre réponse Léo en ce qui concerne la perception à l'Akikai :D.

Léo Tamaki 01/10/2008 16:30



Pas de soucis.

Amicalement,

Léo



WiMadiana 01/10/2008 13:18

Oupsssss.... dsl pour l'incomprehension :s

Isa 01/10/2008 12:50

Re!!Je précise; je ne parlais point du port de hakama. Le dit hakama de ce pratiquant venait du Japon, vraiment très traditionnel, dans la même texture que certaines robes de moines. Introuvable en France! Le port du hakama et les grades sont une autre histoire auquelle je ne prête plus attention tant je trouve cela idiot! Je parlais de ségrégation d'école, vestimentaire et d'origine ethnique voire de religion! Comme je dis souvent "ça craint des patates!!"...surtout sur les tatami!AmicalementIsa

Léo Tamaki 01/10/2008 15:56



La ségrégation quelle qu'elle soit est intolérable.
Cela dit il convient aussi de faire "à Rome comme les romains".
Un simple tissu différent ne devrait aucunement choqué. Un vêtement de forme ou couleur différente est moins anodin. Personnellement lorsque je vais quelque part en terrain inconnu j'essaie
toujours de rentrer dans le rang autant que possible et d'éviter tout signe distinctif.

Amicalement,

Léo



WiMadiana 01/10/2008 12:24

C'est clair qu'en stage cette segragation dû au port de l'hakama est flagrante, quand on sait que celui-ci n'a aucune valeur...En venant à l'aikido, je pensais trouver un autre état d'esprit dû à l'absence  de competition mais cela n'en est rien, surtout en stage.

Léo Tamaki 01/10/2008 15:53



Ah mais l'Aïkido n'est finalement qu'une société miniature et l'on y retrouve tous les travers que l'on rencontre dans la vie quotidienne...

Léo



Isa 01/10/2008 11:26

HelloJe comprends! Léo-Hakuba sera plus apte à te répondre.Quant à la dite ségrégation je ne l'ai point connu de cette façon mais bien en France sur les tatamis, aux stages de Endo senseï et Tissier Shihan. J'ai été choquée de constater le comportement du Français type égocentrique, qui n'accepte pas la différence de pratique, ou de hakama. Oui vraiment scandalisée moi la débutante!! Et pourtant le pratiquant était noble de coeur et d'esprit, très doué, avait pratiqué auprès de senseï reconnus!! J'ai rarement rencontré quelqu'un avec une telle aura!AmicalementIsa (usagi)

Léo Tamaki 01/10/2008 15:52



Ah il est très dur de pratiquer au-delà des codes habituels et beaucoup ont l'esprit fermé...

Amicalement,

Léo



WinMadiana 30/09/2008 20:46

@Isa: Merci pouir la réponse.... Mais je ne fais pas d'Internet ma source d'information premiere, mais il semble que cette possibilité ne soit pas si impossible que cela.Dans ma pratique de l'aikido, je n'ai pas de crainte en allant à l'etranger en stage mais je me demande toujours comment je serai reçu si un jours l'envie me prennait de pratiquer à l'Akikai :s.

Léo Tamaki 01/10/2008 15:50


Pour l'Aïkikaï aucun soucis, les étrangers, noirs y compris, y sont souvent plus nombreux que les japonais. Et les japonais y sont eux-mêmes souvent considérés comme quantité négligeable s'ils ne
viennent que pratiquer gentiment sans un esprit guerrier et une face grimaçante.
D'où leur absence de plus en plus marquée...

Léo