Budo no Nayami

Le travail d'Akuzawa Minoru senseï

3 Octobre 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Octobre 2008

Le stage de Hino senseï se termine à peine sur un large succès que la venue d'Akuzawa senseï se rapproche à grands pas. Moi qui comptais exceptionnellement prendre quelques jours de repos c'est encore raté!


Akuzawa Minoru senseï


ATTENTION! Changement de lieu et d'horaires pour le stage du 11 et 12 octobre

Samedi 11 octobre
9h à 13h
Dojo régional d'Herblay
Chemin de Chennevières
95220 Herblay

Dimanche 12 octobre
12h30 à 17h30
Fair Play Sport
5 cité Champagne
75020 Paris

Stage complet 95€
Journée 45€
Préinscription stage complet 75€


Le travail d'Akuzawa senseï
 
Bujutsu tanren
Un de principaux intérêts à mes yeux de la méthode d'Akuzawa senseï est qu'elle s'attaque à un travail de fond, au-delà de la technique. C'est une façon d'apprendre à utiliser son corps qui permet ensuite de réaliser plus efficacement les gestes des voies que l'on suit et dans lesquelles les méthodes de tanren ont parfois été oubliées.

"L'Aunkaï est une méthode de bujutsu tanren. Les exercices que j'enseigne permettent de développer la conscience de son corps, d'en construire l'armature, d'en développer le cœur, l'essence. Ils servent à comprendre l'action subtile des différentes composantes du corps et à s'en servir de la manière la plus efficace."

(Note de l'auteur : -Bujutsu tanren: se "forger" par l'entraînement aux techniques martiales.)



Bujutsu tanren


Principes de l'Aunkai
Un des principes que j'ai trouvé les plus riches dans la méthode d'Akuzawa senseï est l'utilisation réellement simultanée des différentes parties du corps. Bien sûr c'est un point qui est (devrait être?) recherché dans de nombreuses (toutes?) disciplines, bien que cela soit parfois dans des objectifs différents. L'intérêt du travail de l'Aunkaï est que ce principe est travaillé, exprimé et testé concrètement dans des exercices simples. Son expression dans les démonstrations de frappe d'Akuzawa senseï est phénoménale.




"Le but de mon enseignement est d'apprendre à bouger le corps de la façon la plus efficace possible. Pour cela j'ai mis en avant quelques principes et un certain nombre d'exercices qui permettent de les développer.
L'entraînement doit d'abord faire prendre conscience de la gravité, des axes du corps et de nos possibilités articulaires. Le travail des axes permet de rééquilibrer notre corps. Le haut et le bas, la droite et la gauche, l'avant et l'arrière sont alors liés et l'efficacité de chaque partie n'est plus limitée mais multipliée par ses interactions avec les autres puisque le corps est utilisé comme un tout.
L'étape suivante est d'apprendre comment le corps reçoit la force. Cela nous permet ensuite d'apprendre à la faire jaillir.
Enfin, une fois le lien entre les différentes parties du corps compris on passe au renforcement du "cœur". Petit à petit le corps devient alors capable d'agir plus librement et puissamment tout en respectant les principes qui lui permettent d'agir avec efficacité."





"La tête, le tronc, les membres sont physiquement reliés mais en réalité la plupart des gens utilise chaque partie de façon dissociée. Les gestes demandent alors beaucoup d'énergie pour des résultats limités. Un corps qui bouge de cette façon est non seulement totalement inutile dans le monde du bujutsu, mais aussi dans la vie quotidienne ou chaque geste gaspillera énormément d'énergie.
Les exercices que nous pratiquons visent à faire prendre conscience du lien qui existe entre chaque partie du corps et d'apprendre à augmenter l'efficacité du mouvement par leur interaction. Pour cela certains exercices demandent de totalement dissocier une partie tandis que d'autres insistent sur l'unité. Ce travail peut créer des tensions. Mais une fois que le centre sera établi on arrivera alors à les faire disparaître. A partir de là, même en bougeant rapidement il n'y aura pas de "déconnexion"."





Travail en solo
Un autre point important de la méthode de l'Aunkaï est que la majorité du travail peut se faire seul. Cela est particulièrement intéressant pour des pratiquants de disciplines comme l'Aïkido qui ne savent souvent pas quels exercices exécuter sans partenaires hormis des suburis.




"Oui, l'essence est la transformation de notre utilisation du corps. En ce sens le travail à deux est plus un moyen d'obtenir un "feedback", de vérifier le résultat de nos recherches."





La preuve par… Akuzawa
J'aime beaucoup le combat. J'ai énormément combattu dans les dojo mais aussi à de nombreuses reprises dans la rue. Comme je le disais dans l'introduction de son interview, parmi les grands maîtres que j'ai rencontrés, tous avaient en commun une efficacité redoutable. Je parlais ensuite de la puissance unique d'Akuzawa senseï. Mais je préciserai ma pensée. Akuzawa senseï est l'un des plus effrayants des maîtres que j'ai croisés. S'il est évident que je n'ai probablement aucune chance contre tous, il est l'un des très rares dont la seule idée de l'affronter en combat réel me glace… Pour être sincère lorsque j'entends "… il suffit d'un tsuki pour tuer un homme…" cela me fait généralement sourire. Sauf quand il s'agit d'Akuzawa Minoru.
Lors du Masters Tours cette année nous sommes allés le voir. Il a demandé à un de ses élèves d'environ 130 kilos de me frapper en low-kick. Habitué à tenir un pao par ma patique du Kyokushinkaï (j'en ai notamment tenu pour Nicholas Pettas) je me suis placé et ma jambe a à peine vacillée bien que le coup fut très puissant. Akuzawa senseï est venu tout contre moi, contrairement à son élève qui avait pris de l'élan, et a frappé sans appel et en mesurant sa force. Ma jambe s'est envolée avec le pao jusqu'au niveau de ma tête.




"Dans les arts martiaux actuels seuls les jeunes gens peuvent être efficaces car ils reposent sur l'utilisation de l'énergie physique, la force musculaire et  la vitesse. Dans le bujutsu on doit enlever tout geste parasite pour arriver à un mouvement pur où le geste est le plus efficace possible.
On doit utiliser ce que l'on possède en faisant le minimum d'efforts. Les mouvements sont infimes mais on se déplace en "fermant" à l'intérieur et la puissance dégagée est phénoménale. C'est l'intérieur de notre corps que nous devons développer.  Le travail reposant sur les qualités physiques ne présente pas d'intérêt pour le bujutsu. Par exemple s'il est bon de travailler sa souplesse pour la santé, c'est inutile de le faire pour frapper haut.

La manière d'utiliser le corps des pratiquants de sports de combats est trop lente. Quand on bouge correctement il est impossible à l'adversaire de comprendre ce qui se passe.
Il faut bien comprendre que lorsqu'on rentre dans le monde du bujutsu les cibles changent, parties génitales, cou, etc… Cela n'a rien à voir avec les kakutogi et il suffit d'un tsuki pour tuer un homme. On entre dans un tout autre univers où les règles ne sont pas là pour vous protéger et où le travail doit être plus profond et plus efficace. Il ne s'agit plus d'une lutte ou d'un jeu."



No comment...


Relâchement
Contrairement à ce que l'on pourrait penser le travail d'Akuzawa Minoru est tout sauf de la musculation isométrique. Au contraire sa méthode demande un développement de la sensibilité et un relâchement très important. Cela lui permet de démultiplier les effets de sa puissance et d'annuler les effets des techniques que l'on essaie de lui appliquer.


Résister à une poussée sur une seule jambe


"Il ne faut pas utiliser la force et on doit sentir tout de suite dès que cela heurte. Même si le partenaire qui vous saisit fait cent cinquante kilos on peut alors percevoir l'endroit où passer. Il faut sentir ce point. Je suis saisi mais si, de mon talon au sommet de ma tête tout est uni et que j'utilise finement ce lien je peux projeter mon adversaire quelle que soit sa force.
L'utilisation de la force est totalement stérile contre un adversaire plus fort ou plus lourd que soi. C'est le relâchement qui doit être utilisé et qui permet de faire jaillir la puissance. Mais il doit être utilisé à l'instant décisif. Saisir ce moment est un point primordial du bujutsu. On peut alors projeter quelqu'un même avec le petit doigt si on sait comment diriger correctement la force. Il faut prendre conscience de ce qui est invisible."



Démultiplier sa puissance en sentant la direction d'application des techniques


Assistants
N'enseignant que depuis cinq ans j'ai constaté, malgré leur niveau intéressant, et Akuzawa senseï me l'a dit lui-même, qu'aucuns de ses élèves n'avait réellement de capacités approchant les siennes. Cela est bien naturel compte tenu du fait qu'ils n'ont eu que quelques années pour se développer et que les cours ne sont pas encore quotidiens à l'Aunkaï. En revanche et comme chacun peut le constater en allant le voir à Tokyo ou en stages, Akuzawa senseï est très généreux dans son enseignement et ses explications. Ses élèves ont donc une grande compréhension intellectuelle de son travail et certains arrivent à en manifester les points intéressants.
Lors de ce stage Akuzawa senseï viendra assisté de trois de ses élèves les plus proches. Leur présence permettra aux participants d'être guidés dans les exercices afin de repartir avec la compréhension la plus complète possible.


En démonstration avec son plus proche assistant qui l'accompagnera à Paris, Miyagawa-san


Aïki?
Beaucoup de gens décrivent les démonstrations d'Akuzawa senseï comme des manifestations de l'Aïki. Et selon la définition que l'on en fait cela peut être vrai. Malheureusement c'est oublier le fait que TOUS les maîtres que j'ai rencontrés, que cela soit en Daïto ryu, Aïkido ou autres, avaient tous des définitions différentes à des degrés variables. Ce qui est clair est qu'il démontre le résultat de sa méthode dans des exercices type Aïkiage ou Kokyuho avec des résultats similaires à ceux recherchés dans d'autres écoles.
Il me semble tout simplement qu'à l'instar d'autres maîtres tels Kuroda senseï il est quelque peu réfractaire à l'utilisation de termes galvaudés de nos jours…


Des applications imprévisibles


"Des pratiquants d'autres disciplines tel que l'Aïkido viennent ici et me disent "Senseï ce que vous faites est de l'Aïki!". (rires) Mais personnellement je n'utilise pas non plus ce terme. J'enseigne simplement une méthode d'utilisation du corps.

Un journaliste de magazine spécialisé m'a dit un jour que si on n'utilise pas de termes connus comme Aïki par exemple il est difficile de capter l'attention des lecteurs. Aussi aujourd'hui tout le monde parle d'Aïki. Il suffit de faire un tour sur internet pour voir un nombre de personnes incroyable en parler mais chacun en a sa propre interprétation.
Parler d'une pratique physique est très subjectif car le sens que chacun peut mettre derrière un mot est différent et il est essentiel de sentir avec le corps pour comprendre réellement. Dans le bujutsu nous devons percevoir avec notre corps et aller au-delà de la compréhension intellectuelle. Le corps est l'instrument qui nous permet de mesurer si telle ou telle méthode est valide.
Parce que la forme est puissante et que l'on juge à ce que l'on voit, les gens affirment en voyant quelque chose qui ressemble à ce qu'ils connaissent qu'il s'agit de la même chose. Je ne peux rien répondre à cela, il n'y a que l'expérience directe qui peut faire comprendre la différence. (rires)"



Une tornade de puissance


Successeur de Sagawa senseï?
Akuzawa Minoru a étudié pendant un temps chez Sagawa senseï. Saisissant un raccourci commode beaucoup en ont donc fait un de ses successeurs. C'est aller à l'encontre des propres paroles des élèves de Sagawa senseï mais surtout de l'intéressé lui-même!
Akuzawa senseï m'a parlé plusieurs fois de Sagawa senseï et de ses années dans son école. S'il est évident qu'il a le plus grand respect pour lui il n'a jamais caché le fait qu'il l'avait rencontré à la toute fin de sa vie alors qu'il était extrêmement diminué. En revanche cela a stimulé ses recherches et il est évident que ce travail fut une des ses nombreuses sources d'inspiration.




"J'ai ensuite pratiqué chez Sagawa senseï pendant un peu plus de deux ans. Il était déjà très âgé mais avait développé énormément d'exercices de développement personnel. Je n'ai absolument pas approfondi l'aspect technique du Daïto-ryu qui ne m'intéressait pas mais la recherche de l'essence de Sagawa senseï m'a inspirée. C'était un vieil homme lorsque je l'ai rencontré mais on percevait clairement la différence dans son utilisation du corps. C'est cela que j'ai été chercher."








Partager cet article

Commenter cet article

dad 27/10/2008 12:14

bonjour, je trouve votre site très instructif, accessible , bien qu'il me paraisse trop déi ficateur .....que vous ayez de l'admiration pour la maitrise de certains maitres est comprehensible.il est vrai que certains sont vraiment impressionnants.mais pour avoir pratiqué le judo a haut niveau, il n'y a rien de novateur à utliser la force de son adversaire, à éliminer les mouvements parasites ,à iniber les défense de l'adversaire par des saisies efficaces qui optimisent le potentiel force , vitesse et efficacité de votre mouvement . quand au timing ( le bon mouvement au bon moment , il n'est pas l'apanage des arts martiaux..... pensez à l'escrime ,au tennis de table ......

Léo Tamaki 27/10/2008 14:00



Cher dad,


 


Merci pour votre commentaire,


 


Je comprends qu'à première lecture et sans avoir rencontré les personnes mentionnées on puisse trouver les explications et
commentaires surprenants, voire exagérés.


 


J'ai effectivement de l'admiration pour certain maîtres et leur travail. Mais j'ai eu la chance d'en côtoyer beaucoup. J'ai
découvert leurs faiblesses et leurs travers. Cela ne m'a sans doute fait que plus apprécier leur travail mais il y a bien longtemps que j'ai cessé d' "aduler" qui que ce soit. Sans parler de
"déïfier"!


 


J'ai rencontré quelques maîtres et beaucoup de "soi-disant maîtres". Considérant que c'est sans doute moi qui suis passé à
côté de leur enseignement, dans ce dernier cas je m'abstiens simplement de les mentionner.


Les maîtres qui m'ont le plus marqué pour leurs capacités martiales sont Kuroda senseï, Tamura senseï, Kono senseï, Hino
senseï et Akuzawa senseï. Je peux affirmer sans aucuns doutes qu'ils ont des capacités totalement supérieures à tout sportif de haut niveau dans leur domaine, la pratique martiale.


C'est un point très important car cela est TOTALEMENT différent d'une pratique sportive, même de haut niveau, même en sport de
combat comme le Judo de compétition. David Douillet lui-même répondit un jour dans une interview qu'il était un sportif de haut niveau et que le Judo n'était pas un art martial.


Je suppose, mais vous me corrigerez si je me trompe, que lorsque vous dites "avoir pratiqué le Judo à haut niveau", il s'agit
de compétition sportive. S'il s'agissait du Judo martial comme le pratiquaient les maîtres Mifune ou Kano vous auriez toujours un haut niveau car il ne s'agit pas de quelque chose de
temporaire.


 


Les maîtres que j'ai cités sont accessibles. Ils donnent régulièrement des stages et des cours. Ils ont souvent été testés.
Rien ne vous empêche de venir vous faire votre propre idée.


J'ai rencontré et combattu des champions de Karaté Kyokushinkaï et Jujutsu brésilien. Je peux vous assurer que pas UN n'arrive
à la cheville de ces maîtres. Et si l'escrime ou le tennis de table permettaient d'acquérir des qualités de façon profonde, c'est-à-dire applicables à d'autres domaines, la preuve en serait déjà
faite. En revanche de nombreux champions sportifs viennent chez les maîtres que j'ai cités pour améliorer leurs compétences et avec succès. Champion de golf chez Kuroda senseï, de tennis de
table, hand-ball, football, rugby, etc… chez Kono senseï, de marathon chez Hino senseï, etc…


Notez par exemple que le vice-champion du monde de boxe des poids légers affirma que le coup de poing de Kono senseï est le
plus difficile à esquiver qu'il vit de toute sa carrière. Sans compter Koseï Inoue qui lorsqu'il était champion de Judo vint demander à Kono senseï de l'aider à améliorer sa pratique.


 


J'ai le plus grand respect pour les athlètes et champions. Mais leurs compétences restent limitées à un domaine très précis.
Ils travaillent, avec talent, dans un cadre limité, relatif, alors que la pratique martiale traditionnelle dans laquelle la vie entrait en jeu est une recherche d'absolu.


 


Encore une fois je ne vous demande pas de me croire sur parole ni même de tirer les conséquences des divers exemples que je
vous ai cités, mais je vous invite à aller vous-même vous faire une idée en rencontrant ces maîtres.


Les articles que j'écris n'ont pas pour but de créer des "idoles" mais d'amener les gens à remettre en question leurs
pratiques et surtout à venir rencontrer ces maîtres d'exception.


 


Cordialement,


 


Tamaki Léo















Vianney BARBIN 24/10/2008 15:15

Bonjour M. Tamaki, J'ai tardé un peu, mais je souhaitais vous remercier pour l'organisation de ce stage. J'ai pris un grand plaisir à y participer. Merci aussi à Akuzawa sensei qui, en effet, ne fut pas avare dans ses explications.Bonne continuation dans vos recherches.A très bientôt j'espère.Bien cordialement.Vianney

Léo Tamaki 24/10/2008 21:48


Cher Vianney,

Merci pour votre message. Malheureusement si votre visage ne m'est probablement pas inconnu je n'arrive pas à l'associer à votre nom. N'hésitez pas à me le préciser lors d'un prochain stage.

Bien cordialement,

Léo


maff 24/10/2008 10:22

Voila, désolé pour squatter ce blog, mais je recherche des franciliens ayant assisté à l'un des stages d'akuzawa ou de hino et qui voudraient pratiquer un peu, en toute humilité,  dans un parc, histoire d'essayer de ne pas trop oublier avant la prochaine session.Merci pour tout en tout cas M Tamaki, l'organisation, les articles et les traductions.M berrebi

Léo Tamaki 24/10/2008 21:41


C'est un plaisir.

Bonne pratique.

Amicalement,

Tamaki Léo


Vianney BARBIN 09/10/2008 14:43

M. Tamaki, C'est une bonne nouvelle !Merci pour vos réponses et votre disponibilité.A dimanche.Bien cordialementVianney

Léo Tamaki 10/10/2008 10:43


Je vous en prie.

Cordialement,

Tamaki Léo


Vianney BARBIN 09/10/2008 11:40

Bonjour M. Tamaki, Je vous remercie pour vos précisions.Cependant, les horaires (ainsi que le lieu pour le dimanche 12 oct.) inscrits sur cet article sont différents de ceux sur www.shinbudokai.info. Lesquels sont justes ?Si ce sont ceux de shinbudokai, je ne pourrai, hélas, participer à ce stage... En revanche si les horaires de cet article sont les bons, je devrais pouvoir me rendre à la demi-journée du dimanche après-midi.Bien cordialementVianney

Léo Tamaki 09/10/2008 14:24


Cher Mr Vianney,

Les lieux et horaires corrects sont ceux qui sont sur ce site.

A dimanche donc.

Cordialement,

Tamaki Léo


carlos Midoes 05/10/2008 16:56

Coucou, j'ai assister au stage de Maitre Hino hakira, et je tiens a remercier Leo et son éauipes pour cette initiative.J'ai trouver cela très instructifs du point de vue de la pratique, et dans le sens du travail de la précision dans le téchnique.Carlos.

Léo Tamaki 08/10/2008 15:06



Bonjour Carlos,

Merci pour ta participation; Je suis heureux que tu aies été satisfait du stage.

Cordialement,

Tamaki Léo



Vianney 04/10/2008 20:17

Bonjour, J'ai découvert votre site ainsi que celui de Shinbudokai et Tsubakijournal par l'intermédiaire de la seconde partie de votre article sur la transmission dans les arts martiaux, publié dans le dernier numéro de Dragon (j'ai découvert ce journal il ya deux semaines seulement). Depuis, j'ai énormément lu et appris. Je vous remercie pour le travail que vous faites. C'est extrêmement stimulant.Pardonnez ma question naïve, je souhaitais savoir s'il était possible d'assister au stage (ou à une demi journée) sans y participer (je n'ai que très peu pratiquer jusque-là). Je dois me rendre à Paris pour la seconde édition de la NAMT.Je vous remercie pour vos réponses.Cordialement.Vianney

Léo Tamaki 08/10/2008 15:04


Cher Mr Vianney,

Merci de votre message.
Si les articles et interviews ont stimulé votre intérêt et/ou votre réflexion alros ils auront remplis leur but.

Concernant le stage les spectateurs ne sont malheureusement pas autorisés je regrette. En revanche les gens de tous niveaux sont acceptés pour l'ensemble ou partie du stage.

Cordialement,

Tamaki Léo


Yaël 04/10/2008 19:21

Salut Léo,Oui bon effectivement... je me suis très mal exprimé et très loin de moi l'idée de pouvoir juger de sa technique...tout au mieux essayer de comprendre ce qu'il va vouloir nous dire en effet.Mais après une semaine de stage un petit peu physique suivi d'un retour en voiture de 9h font que mes pensées étaient un peu embrouillées ^^Au plaisir de te revoir le 11 donc et en attendant bonne continuation.

Léo Tamaki 08/10/2008 15:01


Salut Yaël,

Pas de soucis je m'en doutais ;-)

Amicalement,

Léo


Yaël 04/10/2008 00:08

Salut !!Alors apparament le stage de hino fut un succès et j'en suis ravis pour tout ceux qui y ont participé.Et ce petit article ne me donne que plus d'impatience pour rencontrer Akusawa Senseï et juger de sa technique ^^Bonne continuation à toi.

Léo Tamaki 04/10/2008 00:21


Salut Yaël,

Tes paroles t'emporte, nous sommes bien loin de pouvoir "juger" la technique de quiconque ;-)
Essayer de comprendre plutôt non? :D

Amicalement,

Léo


Lusitano Nanbanjin 03/10/2008 21:36

Alors là!!!!J'avais lu l'article dans Dragon sur Akuzawa Minoru sensei.Et je trouve vraiment très intéressant son travail.C'est vrai qu'il ne sert à rien d'apprendre des techniques par centaines si nous n'avons pas des bases solides.Et les siennes sont réellement SOLIDES :)en tout cas d'après tes dires, et des videos sur le net.Pour la préinscription du 12 octobre, c'est 35e à envoyer à Shinbudokai, ou sur place?Et place limitée? peux tu me dire si c'est encore possible de s'inscrire?

Léo Tamaki 03/10/2008 21:45



Sincèrement je n'avance que ce que j'ai testé. J'ai rencontré beaucoup d'experts qui ne m'ont pas convaincu par leur travail. Je leur laisse le bénéfice du doute. Sans doute suis-je passé à côté
de ce qu'ils montrainet et n'en parle pas. Il y a bien assez à faire avec ceux qui m'ont convaincu.
Comme Akuzawa senseï.

Pour la préinscription il y a encore de la place. C'est 75 euros (seulement le stage ecomplet en préinscription) à envoyer à Masamune à l'ordre de Shinbudokaï.

Léo