Budo no Nayami

Nishiyama Hidetaka, disparition d'un géant du Budo

16 Novembre 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Novembre 2008

Nishiyama Hidetaka, 9ème dan de Shotokan Karaté est décédé il y a quelques jours le 8 novembre. C'est à nouveau un géant des arts martiaux qui disparaît.
Elève direct de Funakoshi Gichin, fondateur du Shotokan, Nishiyama senseï a inlassablement transmis son art jusqu'à ses derniers jours à l'âge de 80 ans. Il fut l'un des co-fondateurs de la JKA puis le fondateur de l'ITKF, fédération internationale de Karaté traditionnel.


Nishiyama Hidetaka (1928 - 2008)


Il y a longtemps que je pensais à aller rencontrer Nishiyama senseï lors d'un de ses nombreux séjours à Paris. Malheureusement j'ai toujours repoussé ma visite pour une raison ou une autre et il est aujourd'hui disparu. Ne pas remettre à demain ce que l'on peut faire aujourd'hui, c'est la seule leçon que je recevrais finalement de lui. Leçon amère que j'ai déjà eu tant de fois l'occasion d'apprendre.


Maître Nishiyama


Nishiyama senseï


Il est fréquent de se tourner avec nostalgie vers le passé et de se dire qu'il s'agissait d'un âge d'or, que l'herbe était plus verte à l'époque. Malheureusement, dans le monde des arts martiaux traditionnels je crois qu'il s'agit d'un fait objectif. Combien de pratiquants de Judo rêvent-ils aujourd'hui du Kodokan? De l'Aïkikaï pour les pratiquants d'Aïkido, de la JKA pour ceux de Karaté? Il reste bien sûr des experts de valeur dans ces institutions mais il est indéniable que l'on ne peut comparer le niveau de ces écoles à celui qu'elles avaient dans les années 70 lorsque les maîtres Nakayama, Kanazawa, Kase, Asai enseignaient à la JKA, et les maîtres Toheï, Yamaguchi, Tada, Arikawa, Saotome, Chiba enseignaient à l'Aïkikaï…
Aujourd'hui les maîtres historiques, disciples des fondateurs des Budo, ne sont plus qu'une poignée. Je crois qu'il est important que les pratiquants passionnés luttent contre leur fainéantise et fassent le pas pour aller recevoir leur enseignement. Trop loin, trop cher, autre chose à faire, trop fatigué, trop de monde, la prochaine fois… Une fois les maîtres disparus il ne restera que la tristesse de s'être écouté.


Saotome Mitsugi


Bien entendu le simple fait d'avoir côtoyé Ueshiba Moriheï ou Funakoshi Gichin ne suffit pas, loin de là, à faire un maître. En revanche ceux qui les ont côtoyés et sont devenus des maîtres ont vécu une expérience unique qu'ils peuvent, au moins partiellement, transmettre. C'est pourquoi je crois que chacun, s'il a la chance d'avoir l'un de ces géants dans sa discipline, doit faire les efforts nécessaires afin de recevoir son enseignement. Peut-être pas de façon exclusive si on suit déjà l'enseignement d'un maître plus jeune qui nous satisfait. Mais au moins occasionnellement. Je suis persuadé que lorsque ces maîtres seront depuis longtemps disparus c'est une chose que l'on ne regrettera pas d'avoir fait.


Kanazawa Hirokazu


Tamura Nobuyoshi


Nishiyama senseï


Partager cet article

Commenter cet article

Lusitano Nanbanjin 29/12/2008 19:49

Nishiyama sensei?Je ne connais que très peu les grands maîtres de Karate du XXe siècle, mais le nom de Nishiyama me semblait familier.Chacun à ses références, et pour moi, aussi loin que je me rappelle de mes premiers souvenirs, ça toujours été Li Xiao Long (bruce lee). Et en voulant connaître son apprentissage, j'ai vu en Jesse Glover quelqu'un qui l'a compris et surtout connu.Pour ceux qui connaissent l'histoire, Bruce Lee a critiqué presque tous les systèmes établis. Pas par provocation, mais parce qu'il a étudié plusieurs styles, en allant voir le plus de professeurs et maîtres. Sauf qu'à l'époque aux U.S.A. rare sont ceux qui savent tirer le meilleur de leur style.Où je veux en venir? et bien voilà un passage d'un commentaire de Jesse Glover:
"[...] Lorsque Bruce commença à parler du déclin des arts martiaux, il parlait d'un point de vue très limité. Il avait rencontré de grands experts en arts martiaux des Etats-Unis, des gens qui étaient certes compétents mais pas forcément les meilleurs de l'époque. Il y avait beaucoup d'experts très compétents dans le monde, mais Bruce n'avait pas facilement accès à eux. Mais il était en relation avec Nishiyama. J'étais là, avec un ami, John Jackson, lorsque Bruce fit sa connaissance lors d'une démonstration. On pouvait percevoir une interrogation dans la façon dont Bruce observait se déplacer Nishiyama. Il le regardait comme quelqu'un qui reste debout devant un maître, une position à laquelle Bruce prétendait, mais qu'il n'avait pas encore atteinte. Je réalisais alors que si Bruce Lee avait combattu face à Nishiyama de la même façon qu'il avait combattu un karatéka dans un combat précédent que j'avais arbitré, il aurait probablement perdu."Repose en Paix Nishiyama SenseiS.A.M.

Léo Tamaki 29/12/2008 20:45



Bonjour Lusitano,

Merci pour ton post. Je savais que Bruce Lee avait été très impressionné par les techniques de jambes de Nishiyama mais c'est vraiment intéressant de lire le récit de quelqu'un qui a assisté à
leur rencontre.

Amicalement,

Léo



Yaël 23/11/2008 21:29

Salut.
Je ne comprends pas ta dernière phrase (désolé en ce moment je suis un peu fatigué) mais je sens une méprise qui a du naître d'une phrase très maladroite de ma part. "Quand je dis ne te concerne pas..." je veux juste dire que c'est un point sur lequel tu n'as pas d'influence (enfin je crois...peut être que je me trompe), et que par conséquent je ne souhaite pas t'ennuyer avec ça.
Bonne continuation a toi et bonne pratique.

Léo Tamaki 23/11/2008 21:32



Salut Yaël,


Désolé, erreur de ma part, je corrige, il fallait lire "ne te casse pas non plus à LUI écrire si tu veux mon avis. Désolé :D


Amicalement,


Léo






Yaël 17/11/2008 22:36

Hello.Concernant Nishiyama senseï j'étais sur d'avoir déjà vu son visage. Effectivement Nakayama senseï apparaît dans le n°28 mais moi je te parle d'un temps que les moins de vingt ans....hum...enfin l'article dont je te parle avec Nishiyama se trouve dans le n°6. Bah oui je suis dragon depuis un moment quand même. Et pour un magazine ayant comme sous titre "Art de vivre et Arts Martiaux d'Asie" je trouve dommage que le karate de même que d'autre style n'y ont pas une plus grande place. Comment dire, je ne comprends pas cette orientation dans une voie restrictive enfin de compte...si c'est ça, ce n'est guère plus qu'un magazine au terme explicite comme Energie et voie interne qui ne va traiter que de ces points de vus. Bon j'arrete de te souler avec des problèmes qui ne te concerne pas de toute façon ^^ et je vais m'adresser à qui de droit !Tant pis pour les comptes rendus. La prochaine fois je me déplacerait.Bon courage pour ton travail.Amicalement.

Léo Tamaki 19/11/2008 14:35



Salut Yaël,

N°6... c'est bien loin ;-)

Effectivement Dragon a une cible particulière. Cela est une question de survie dans le monde de l'édition actuelle où les revues sont obligées de se spécialiser. Comment fidéliser des pratiquants
d'Aïkido avec un bimestriel si un numéro sur deux est consacré au Karaté ou au Kung-fu? L'Aïkidoka devrait se contenter d'un article tous les 4 mois?
Pour les gens intéressés par les arts de percussion il existe Karaté Bushido, Ceinture noire et aujourd'hui Art et Combat. Rien d'idéal mais c'est ainsi.
Si Dragon était mensuel cela pourrait être différent. Ce n'est pas à l'ordre du jour aujourd'hui. Une autre solution serait d'avoir des sujets plus courts mais je pense que ce serait moins
intéressants. De toute façon je n'ai pas mon mot à dire dans l'histoire :D

Au fait ne te casse pas non plus à lui écrire si tu veux mon avis.

Amicalement,

Léo



Shotokan 17/11/2008 13:36

Bonjour Leo,Oui c'est vrai que tous ces maitres sont des trésors pour tous les pratiquants. Leurs enseignements sont des bibliothèques entières à nous maintenant de prendre le maximum d'eux afin de préserver et de faire vivre les arts martiaux.J'ai une question à  te poser. Toi qui côtoie et rencontre beaucoup de grands maitres, donnent-ils et transmettent-ils de la même façon comme par le passée? je veux dire par le moyen de uchi-Deshi ou d'élèves "principaux". Lors de stages ou sur des vidéos, nous voyons ces maitres avec régulièrement les mêmes partenaires. J'imagine qu'il s'agit de leur "disciple"? En ce cas si tous les grands maitres agissent ainsi l'héritage devrait être préservé par une poignée d'homme. Mais comme toujours l'élite n'est qu'une minorité.AmicalementPS: A propos de Sensei Saotome, j'ai commandé l'intégralité des vidéos chez Masamune et je ne suis vraiment pas déçu. Nous avons la chance dans le club d'avoir un pratiquant qui va tous les ans à son stage du Vigan depuis maintenant 15 ans. L'année dernière il est revenu avec une calligraphie "Aikido" de sensei qu'il a fait don au club. C'est un formidable cadeau et je me plais à pratiquer sous le regard de la photo d'Osensei et de la calligraphie de sensei Saotome. Ca me donne de la force pour chercher plus loin dans la voie et essayer de ne pas trahir leur pratique.

Léo Tamaki 17/11/2008 17:26



Bonjour Shotokan,

Je reparlerai prochainement de la notion d'uchi-deshi qui est un mot en fait d'utilisation relativement moderne. Beaucoup s'illusionent sur ce que cela recouvre. C'est très loin de l'image
romantique que beaucoup en ont. Et les versions modernes qui consistent à séjourner sur le lieu des cours ou dans un dojo et de participer à quelques corvées ne recouvre absolument pas la
véritable notion d'uchi-deshi...
Bref. En ce qui concerne l'époque actuelle il existe quelques rares écoles telles que l'Aïkikaï ou le Yoshinkan qui ont gardé ce nom mais cela recouvre finalement une vérité assez différente.
Quand au fait d'avoir les mêmes uke cela est de plus en plus rare à notre époque mais cela était très traditionnel. Seuls les élèves les plus avancés et sensible servaient de partenaires au
maître dans une démonstration.

Est-ce que les arts sont préservés aujourd'hui? Partiellement. Mais il y a clairement une déperdition...

Amicalement,

Léo



Yaël 16/11/2008 19:35

Hello Léo.Il me semble qu'il y avait eu une page ou deux de consacré à ce Monsieur dans Dragon. Je ne sais plus, en revanche, si c'été sous la forme d'article ou d'interview.Mais ton article me fait penser que je me disais récemment que dans Dragon certaines disciplines étaient nettement plus représenté que d'autre. Je trouve beaucoup d'interview de représentant de l'Aïkido, ou d'art chinois (souvent les même styles). Certe se sont des personnes différentes et donc une vision différente mais cela reste quand même relativement proche. Je me régale bien sur mais quand même c'est frustrant. Alors je n'ai pas tous les numéros mais bien la moitié....est-ce dans l'autre que je vais trouver des articles, interview sur les maîtres passé, actuels du Karate??? Ce ne serait pas de chance pour moi. Attention ce n'est pas du tout toi que je met en cause hein...mais c'est juste que ton article m'y refait penser et réagir spontanément. Et d'ailleur je vais écrire à Dragon pour leur signaler. Et aussi pour deux ou trois autres détails (comme les même photos utilisés pour un même thème dans deux numéros différent.. ce n'est pas grand chose mais quand on aime hein ^^).Merci en tout cas de nous faire partager ta passion. Et parfois on ne peux pas tout faire et des choix s'imposes aussi. Même si c'est rageant!!Et est-ce que tu compte faire des comptes rendus des sessions de Akira Hinon et de Akuzawa Minoru comme pour la première venue de Hino senseï ou ce n'est pas à l'ordre du jour??Porte toi bien et bonne pratique.Amicalement.

Léo Tamaki 17/11/2008 08:02



Bonjour Yaël,

Concernant l'article dans Dragon il s'agissait de Nakayama senseï et non Nishiyama.

Dragon est effectivement plus dédié à l'Aïkido et aux arts internes chinois. L'éditeur vient de sortir un magazine plus orienté arts de percussion, Art et Combat.

Concernant les photos, tu as malheureusement raison, leur traitement est souvent peu professionnel. Dans leur choix et dans leur légendage...

Je ne sais pas si je ferai des compte-rendus des derniers stages. J'essaierai mais cela prend du temps et à mesure qu'ils s'éloignent mes souvenirs se font plus vagues.

Amicalement,

Léo



Steph 16/11/2008 14:00

Très beau post et tellement vrai, je ne sais pas quoi ajouter car mes modestes idées se reflètent parfaitement dans tes écrits...

Léo Tamaki 17/11/2008 07:59



Comme mes idées se reflètent souvent dans les tiens ;-)

Amicalement,

Léo