Budo no Nayami

L'Edinburgh Aikido Club, dojo de Scott Reed

13 Janvier 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Janvier 2009

J'avais évoqué Scott dans un post il y a deux ans. Depuis il a continué à promener sa silhouette longiligne sur les tatamis du monde entier et son dojo, l'Edinburgh Aikido Club connaît un succès plus que mérité.




Cela fait bien trop longtemps que nous ne nous sommes pas croisés sur les tatamis mais nous échangeons régulièrement par mail et c'est toujours un plaisir de lire ses réflexions. Je posterai prochainement un échange intéressant que nous avons eu récemment.


Leçon de Tamura senseï sous le regard de Jacques Bardet


Le site de l'Edinburgh Aikido Club propose de nombreuses galeries de photo dont une avec beaucoup d'images sur Lesneven 2008.

Leçon de Suga senseï en Ecosse


Partager cet article

Commenter cet article

Jean-Claude 13/01/2009 17:23

Cher Leo,Je lis toujours avec plaisir ton blog. Ayant lu ton post antérieur présentant Scott, je me rends  compte à quel point je suis d'accord avec l'affirmation "les Français ne se rendent pas compte de leur chance". Ce n'est pas vrai que pour l'aikido. J'en donne une illustration ici:J'ai temporairement dévier vers le kenjutsu pour des raisons pratiques (jai trois enfants et un boulot prenant) et j'ai vraiment de la chance d'avoir pu trouver un dojo traditionnel qui me fait faire au pire de l'hiver à Paris...15 minutes à pied pour rentrer chez moi et tout ça dans Paris. Qui peut prétendre ne pas avoir de la chance de pouvoir pratiquer du kenjutsu Shindo Muso Ryu à Paris au prix de cet effort peu onéreux in fine ?Rien à voir avec les efforts de Scott et de tous ces anglais,néerlandais,allemands voire polonais que j'ai pu rencontrer à un stage de Tamura Sensei en Normandie (Lillebonne 2004, hélas non reconduit depuis pour cause de changement de maire mais c'est une autre histoire).

Léo Tamaki 16/01/2009 14:31



Cher Jean-Claude,

Merci pour ta lecture.
Effectivement les pratiquants français ne se rendent pas compte de leur chance...

Amicalement,

Léo