Budo no Nayami

Le port du hakama

29 Mars 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Un lecteur m'a posé récemment une question sur le port du hakama. Voici quelques réflexions en vrac sur le sujet.




Le hakama
Le hakama est un élément très important de la tenue de pratique dans les arts martiaux traditionnels japonais. Bien qu'il soit utilisé par nombre de pratiquants de par le monde, beaucoup de conceptions erronées circulent à son sujet, telles que le fait qu'il ait été utilisé afin de cacher les mouvements de pieds ou que ses plis soient liés à des valeurs ou vertus. Ces erreurs sont si courantes que des experts du plus haut niveau s'y trompent encore, de la même façon que sur les origines paysannes du Karaté ou autres sujets historiques.

Actuellement le hakama est l'un des éléments qui permettent de faire subsister un rituel traditionnel. Son port, aujourd'hui plus qu'hier, permet par son exotisme, dans le Japon moderne comme en Occident, au pratiquant de plonger plus profondément dans la pratique et de s'imprégner d'une attitude digne. La façon de le mettre, le porter, le plier, l'entretenir, comme au final chaque geste de notre vie, en disent beaucoup plus sur le pratiquant que n'importe quelle parole qu'il pourrait prononcer.


Tamaki Isseï (photo Sébastien Chaventon)


Port du hakama
Traditionnellement le hakama se porte différemment selon le sexe. Les hommes le portent normalement très bas, sous le nombril, les brins passant dans le creux des hanches. Les femmes en raison de leur physionomie le portent au dessus des hanches, serré à la taille. Certaines écoles et enseignants exigent ou conseillent des façons très précises de porter le hakama. Ce n'est généralement pas le cas en Aïkido où les pratiquants restent très libres.

Etre débraillé, une erreur de pratique?
A mes débuts en Aïkido je me retrouvais très fréquemment débraillé, finissant les cours comme un Judoka termine ses combats, veste sortie, en sueur, etc… Mon premier enseignant, Jacques Bardet, me raconta que maître Tamura l'avait réprimandé parce que cela lui arrivait en lui disant que c'était dû à une mauvaise façon de pratiquer. A l'époque c'est une chose qui lui arrivait encore occasionnellement mais qui a aujourd'hui totalement disparu.
Sur le moment j'avoue que je n'ai pas fait très attention à cette anecdote et je me suis penché sur les différentes façon d'attacher le hakama et de porter le obi. Au bout de deux ans j'avais développé une technique qui me permettait de rester emmailloté quels que soient mes gestes. Pourtant c'était une erreur fondamentale. J'agissais sur les symptômes au lieu de travailler sur la cause.


Tamura Nobuyoshi


Un des buts de la pratique martiale consiste à être efficace en faisant le moins de mouvements et d'efforts possibles. Plus le geste est restreint plus il est invisible. Il semblerait que le petit-fils du fondateur du Katori Shinto ryu raconte que son grand-père, Iizasa Ienao, n'écartait jamais ses mains de plus de 15cm de son seïka tanden lorsqu'il pratiquait le sabre. Bien que cela soit probablement une légende, cela illustre le fait que la pratique des maîtres est très économe, à l'opposé des gestes amples que l'on voit trop souvent aujourd'hui. L'amplitude, lorsqu'elle est nécessaire, est le fait du travail simultané de l'ensemble du corps, par l'addition de mouvements de petite amplitude. Il s'agit bien sûr d'un principe théorique et il ne faut pas être obsédé à le prendre au pied de la lettre.

Le port des maîtres
Les plus grands experts que j'ai rencontrés portaient toujours leur hakama de façon très légère sans même le serrer fortement. Il est tout simplement posé. Leur façon de pratiquer, calme et mesurée, est telle que leur tenue reste correcte quelle que soit la durée de leur pratique. Et s'il arrive occasionnellement que leur veste soit dérangée il s'agit du fait d'uke maladroits.
Depuis que j'ai changé ma façon de pratiquer j'ai abandonné la savante méthode d'harnachement que j'avais mis deux ans à élaborer et il est extrêmement rare que j'ai besoin de réajuster ma tenue…


Partager cet article

Commenter cet article

tulsi 01/04/2009 14:07

Merci beaucoup!T

tulsi 01/04/2009 11:23

Voiçi l'énigme résolue! Lol Ces hakamas étaient donc marron-prune d'origine... (Heu, que certains s'amusent à expérimenter des précipités chimiques sur leur indigo du japon, bon admettons D)) Ils ont dû recevoir un traitement de faveur de surcroît, bain de boue ou usure;) Merci Léo! J'ai vu cette image effectivement en parcourant le site de Masamune. Suis restée incrédule, attribuant à l'image numérisée l'illusion de cette couleur inusuelle. Où donc l'avez-vous trouvez? S'agit-il bien d'un hakama pour la pratique? (apparemment vous ne le mettez pas en vente) Sinon je continuerai au Japon à la rentrée prochaine (mes premiers pas) mon investigation... Forcenée, qui a dit ça? Merci à chacun d'avoir répondu si rapidement ! Pour Indigo (qui ne t'a rien demandée) : personnellement, suis assez pro-Décathlon (faut le faire, mais avant j'étais pro-Go sport). En tant que femme et pour les débuts au moins. Les vestes sont bien larges et assez longues, tu te sens emmitouflée et surtout l’arrière-train camouflé… (Hum, petit détail lunaire) Les vestes japonaises sont mieux coupées mais plus courtes, me semble-t-il. Autre soluce : tu passes tout de suite au hakama …marron !

Léo Tamaki 01/04/2009 13:37



Le hakama prune est utilisé par les femmes en général, notamment chez Shimizu senseï. Mes frères le vendent chez Masamune et il vient de chez Iwata.

Bon séjour au Japon ;-)

Léo



indigo 01/04/2009 01:00

Bonjour Léo,J'aurais besoin de tes conseils au niveau vestiaire. Je viens de débuter en aïkido (donc aucune obtention de "grade") et je n'ai pas de "dogi". Au début, me disais-je, "J'en achèeterai unquand tu auras décidé de t'investir complètement et quand tu auras un bon niveau". Or, j'ai commencé à participer à des stages et la dernière fois je me suis retrouvé seule en jogging...c'était grave gênant.C'est là que j'ai besoin de toi: quel dogi je dois acheter et où en trouver. J'ai une amie qui pourra m'en procurer un à Tokyo. Tu connais un bon magasin?Merci et désolée pour cette question personnelle...

Léo Tamaki 01/04/2009 03:53



Bonjour Indigo,

C'est vrai que lors des stages les pratiquants ont souvent déjà leurs propres dogis. Tu peux en trouver à très bon marché chez Go Sport ou Décathlon. Je pense qu'ils doivent être entre 30 et
50€.
Si tu en veux du Japon et que tu es sur place où y a des ami(e)s la référence est Iwata. En France Masamune distribue leurs produits. Mais là on n'est plus du tout dans le même ordre de prix. Même si la qualité est aussi très différente. Cela va donc dépendre de tes moyens et de
ta motivation ;-)

Quel que soit ton choix, bonne pratique!

Léo



Laurylyan 01/04/2009 00:59

Va savoir... ;-) Pit-êtr'! Et pit-êtr' pas!Pit-êtr' c'est la couleur... Pit-êtr' c'est la lessive!Attention ! Ce qui va suivre risque de choquer les âmes sensibles !Imagine des Israéliens qui demandent à leur Rabbin si leurs hakama d'appellation "100% made in Japan" contrôlée est kasher! Et leur Rabbin de leur répondre : "Mes fils! Pour rendre votre hakama kasher, lavez-là à l'eau de source de montagne, enveloppez-là dans une toile de coton 100% bio kasherisée, et laissez-là reposer pendant un an dans un trou creusé sur les rives de la Mer Morte que les eaux l'imprègnent et la purifient! Après ça lavez-là à l'eau de source de montagne avec du savon de marseille 100% bio kasherisé! Et là votre hakama sera kasher selon les rites! Allez mes fils!"Si après un tel traitement ton hakama n'est pas marron... Imagine l'état d'un hakama après un an de traitement aux bain de boue de la Mer Morte -----------------------------------------------------AUx âmes sensibles, mon meilleur ami est juif, et les blagues juives racontées par les juifs sont mille fois pires que ce que je viens de raconter. Et le "rite de rekashérisation" a juste été légèrement modifié dans le cas présent par rapport à l'original.Oui... Bon... Ok... J'ai un sens de l'humour un peu spécial, je l'avoue ! Comment ? La porte c'est par là ?

Laurylyan 31/03/2009 23:38

Tulsi,J'ai ta réponse :-)Quelle est la couleur de l'hakama d'origine ? Quel type de teinture était / est utilisée ?Les teintures "naturelles" détaignent. Et la couleur de vers laquelle déteint l'indigo à force de lavage est le... je te le donne en mille !BINGO! Le marron/prune !Je ne plaisante pas... De par mes "loisirs" j'ai fait une expérience une fois sur un manteau de laine (Si si ! Vous saurez TOUT !) de couleur parme que j'ai voulu teindre en noir. J'ai hérité d'un manteau marron. J'en ai discuté avec mon prof de dessin et... BING BADABOUM ! Alleluia ! Eureka !C'est beau l'alchimie des couleurs !Plus sérieusement, tes Israéliens ont soit usé et lavés leurs hakama jusqu'à un tel point que la couleur a déteint et s'est modifiée avec les agents actifs de la lessive en prenant des tons marrons. Soit ils ont essayé de les reteindre avec une teinture noire et le résultat tu l'as vu.Et je t'assure que je ne me moque pas de toi !

Léo Tamaki 01/04/2009 00:41



Hmmm??!! Je ne suis pas sûr que les hakama indigos du Japon déteignent en devenant marron prune. En tout cas je n'ai jamais assisté à cela :D

Je pense toujours qu'ils étaient soit pourpres soit marrons à l'origine ;-)

Léo



tulsi 31/03/2009 21:49

Je me permets d'orienter la discussion sur... la couleur du hakama! Histoire vraie: il y a deux ans à un stage, je rencontre un groupe d'israëliens. Ils portent tous des hakamas marrons, limite prune! Les tissus étaient bien usés, dégorgés, et viraient au kamaieu couleur terre au niveau des genoux. A l'époque, je n'ai osé leur demander s'ils avaient pratiqué à même le sable ? ;) bref, j'en ai cherché sur le net, partout, rien. J'en ai parlé autour de moi, personne ne se souvient d'eux ni des israëliens qui les portaient!! David Vincent les a ... Rassurez-moi, je n'ai pas halluciné!? En avez-vous déjà vu?Question futile, certes, mais j'aimerai bien résoudre l'énigme. Svp!:)T

Léo Tamaki 01/04/2009 00:37



Bonjour tulsi,

Ne s'agissait-il pas de hakama comme ceux-ci?

Sinon il existe de nombreuses couleurs de hakama au Japon mais je n'en ai jamais vu de marrons dans des dojos d'Aïkido.

Léo



benoitreveur 31/03/2009 10:38

les forums sont l'endroit surlequel je trouve que la question souvent délicate de l'attribution du hakama a été largement débattue. merci à toi Léo d'avoir donc ciblé une autre thématique concernant le hakama. amicalementBenoit

Léo Tamaki 31/03/2009 12:49



Oh je n'ai fait que donner que quelques réflexions en réponse (à côté) d'une question que m'avait posée un lecteur ;-)

Léo



kriss 30/03/2009 18:44

Bonjour à tous !!
 
1 - J’ai une question peut être imbécile mais je la pose quand même (le véritable imbécile est celui qui n’ose pas poser la question et fait comme si il savait par peur de passer pour un imbécile). Mon professeur n’utilise jamais le terme de UKE, il nous a expliqué que si cela s’applique à certains arts martiaux il n’est pas valable en ce qui concerne l’Aïkido, il dit qu’il vaut mieux utiliser le terme de AÏTé car nous devons rechercher l'harmonie, mais surtout on ne doit jamais véritablement subir la technique mais être prêt a retourner la situation si tori faisait une erreur.
 
J’attends vos remarques merci.
Ps je pense que ce n’est qu’une histoire de langages mais il y a néanmoins une différence de signification.
 
2 – Ludo, il y a quelques jours j’ai parcouru un article qui parlait du hakama. Désolé je suis incapable de me rappeler sur quel site ou dans quelle ITW.
Celui-ci expliquait que O’Sensei refusait tout simplement l’entrée de son dojo et aussi d’enseigner à quiconque ne portait pas le hakama, enfin ceci avant la 2eme guerre mondiale.
Il aurait changer d’avis ensuite car ce vêtement étant assez cher, et que le pays connaissait une crise sans précèdent, cela empêchait donc à un certains nombre de personne de venir pratiquer. Par contre il le demandait obligatoirement à partir du shodan.
 
Merci encore Léo de nous abreuver de toutes ces réflexions sur la pratique et nous permettre de lire toutes ces ITW.
 
Amicalement.
 

Léo Tamaki 30/03/2009 22:51



Bonjour Kriss,

Beaucoup de maîtres aiment en effet utiliser le terme aïte. Mais il ne faut pas en concevoir que les rôles sont plus figés chez ceux qui utilisent les termes uke et tori, de même que dans les
disciplines où c'est le cas. Quelle que soit la discipline les deux pratiquants travaillent également et, même s'il se peut que ce ne soit pas l'un avec l'autre, ils travailleront les deux rôles
aussi.
Au Japon les maîtres sont nettement moins "précis" sur les termes et cela peut être difficile à concevoir en Occident où l'on cherche à définir les choses très précisément grâce aux mots.

Concernant le hakama je ne sais si Osenseï aurait refusé qui que ce soit sans mais il semble qu'il y portait une grande importance comme le rapporte notamment Saotome senseï. Il faut savoir que
le hakama est un vêtement traditionnel des gens bien nés et/ou aisés, samouraïs, marchands, etc... C'était un vêtement très commun.
Cela dit je crois que la sélection avant-guerre était bien plus stricte qu'une simple question de hakama!

Merci pour la lecture.

Amicalement,

Léo



Ludo 30/03/2009 18:05

Pas d'appui sur les genoux en suwari waza ?Si le genou n'est pas appuyé au sol lors du déplacement comment se déplacer ?Je suis curieux de savoir, dans quelle circonstance/à quel moment o sensei donnait le droit de porter le hakama ?_?  

Léo Tamaki 30/03/2009 22:44



Essaye, tu verras, rien de sorcier même si cela nécessite de la pratique ;-)

Quand au hakama il semble que tout le monde le portait à l'époque d'Osenseï. Au Japon cela ne signifie rien de particulier, il s'agit juste de la tenue de pratique comme en Kyudo, Kendo ou dans
les autres koryu.

Léo



benoitreveur 30/03/2009 16:20

Bonjour Léoah l'hakama: je trouve que c'est aussi un redoutable "piège à chevilles" comme tori comme pour uke (au sens propre hein) : superbe test pour ne pas se prendre les pieds dedans, ou pire parfois: uke qui se prend le pied dans le hakama de son pârtenaire, mais qui chute quand même: resultat: "clé de jambe" et "élongation" pour uke -) amicalementbenoit

Léo Tamaki 30/03/2009 22:42



Oui le hakama nécessite une vigilance particulière au départ.
Ensuite cela devient une seconde nature et on ne le remarque même plus ;-)

Léo