Budo no Nayami

Elvis Presley, "In the ghetto"

22 Juin 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Musique

Sans doute ma chanson préférée d'Elvis. Une chanson qu'on lui déconseilla d'enregistrer pour son message politique…




As the snow flies
On a cold and gray chicago mornin
A poor little baby child is born
In the ghetto
And his mama cries
cause if theres one thing that she dont need
Its another hungry mouth to feed
In the ghetto

People, dont you understand
The child needs a helping hand
Or hell grow to be an angry young man some day
Take a look at you and me,
Are we too blind to see,
Do we simply turn our heads
And look the other way

Well the world turns
And a hungry little boy with a runny nose
Plays in the street as the cold wind blows
In the ghetto

And his hunger burns
So he starts to roam the streets at night
And he learns how to steal
And he learns how to fight
In the ghetto

Then one night in desperation
A young man breaks away
He buys a gun, steals a car,
Tries to run, but he dont get far
And his mama cries

As a crowd gathers round an angry young man
Face down on the street with a gun in his hand
In the ghetto

As her young man dies,
On a cold and gray chicago mornin,
Another little baby child is born
In the ghetto




Partager cet article

Commenter cet article

virginie 23/06/2009 21:36

Penses-tu que l'art martial peut être vu du côté artistique (le côté art et le côté martial) ?Je pense que la pratique d'un art en annexe peut enrichir la pratique de l'aïkido : ryhtme (musique), tempo, intensité, le sens de l'observation (la photo par exemple).Pour expliquer, lorsque je vois la technique, je vois déjà l'homme car les gestes trahissent la pensée. Plus facile pour Hino Akira très expressif corporellement dans son kata que pour une école traditionnelle où tout les gestes sont codifiés.Pour Kono sensei, on peut voir sa rigueur et sa rapidité, sa concentration, l'esprit acéré.Mais je suis d'accord avec toi, il faut mieux regarder l'homme, il y a des sacripans-charlatans partout.tu as du boulot en commentaires en ce moment ! Bon courage !Bises, Virginie. 

Léo Tamaki 25/06/2009 00:07



Réponse ici.

Léo



virginie 23/06/2009 20:48

Merci pour ta grande réponse.Hino Akira, fait de la batterie et est-ce que tu le considères comme un maître?Biz, Virginie

Léo Tamaki 23/06/2009 21:00



Oh c'est bien naturel.

Concernant Hino senseï je le considère bien entendu comme un maître et j'ai bien honte de ne pas avoir pensé à lui. Oyama senseï, fondateur du Kyokushinkaï jouait aussi de la flûte mais en
amateur.

Bises,

Léo



virginie 23/06/2009 12:06

Bonjour Léo,J'ai une question pour toi, Léo, fan d'Elwis entre autres et de Tigrou, as tu le même jeux de jambe que le King ( et non pas Tigrou.:).Sinon, pour te répondre, j'ai un peu moins de travail en ce moment, j'en profite pour me refaire une santé (kiné pour le dos et juste un tendon foulé au genou en fait, et non pas un épanchement de synovie). Je ne bosse plus les Samedis, donc long Week end en perspective, ça fait du bien.Pour donner mon grain de sel aussi en ce qui concerne les maîtres en peinture et arts martiaux, il ne faut pas confondre et mélanger les genres évidemment, mais on peut faire le parrallèle et comparer, d'autant plus que les maîtres de Budo pratiquent souvent un art en annexe (calligraphie, musique..).Quant à Van Gogh ou Picasso, ils sont connus pour leurs talents et ont fait leurs preuves (concours gagnés, etc, commandes, maîtrise de leurs arts : gestes, dessin, couleurs) d'une manière aussi académique que modernes.Leurs vies privés et anecdotiques sont souvent là pour faire parler les langues, conséquences de leurs célébrités et non pas la cause.Les férus d'art regardent en premier le tableau et après l'artiste.En aïkido aussi, je regarde la technique en premier et le reste après.Qu'en penses-tu ? En fait, je parlerai plus de peintures sur mon blog, les sujets sont vastes et variés.Biz, Virginie

Léo Tamaki 23/06/2009 20:14



Bonjour Virginie,

Comme danseur je suis déplorable et je serai plus proche de Tigrou que d'Elvis ;-)
Sinon je suis content que tu n'aies rien de grave.

Concernant les parallèles entre maîtres de peinture et d'arts martiaux je ne trouve toujours pas, personnellement, que cela soit très judicieux.

Je n'ai pas étudié l'art mais mon père est artiste peintre et j'ai grandi dans les musées et entourées de peintres. Les avis par exemple sur l'importance d'un Van Gogh sont très très divergent.
Certains l'estiment comme, au moins, le plus grand peintre du vingtième siècle, tandis que d'autres estiment que, tout grand peintre qu'il soit, c'est aussi sa passion qui est célébrée. (Quand à
ses preuves il n'a d'ailleurs à ma connaissance gagné aucun concours et vendu qu'une seule œuvre en dehors de sa famille.)
L'art est, plus que toute autre chose, subjectif. Les concours de peinture ne me semblent d'ailleurs pas, par exemple, d'un intérêt majeur… Comment détermine donc d'une personne qu'elle est
"maître de peinture"? Bien sûr, aujourd'hui que la pratique ne peut être mise en action, je t'accorde que le problème se pose aussi dans les voies martiales. Mais c'est un autre sujet.

Quand au fait que des maîtres d'arts martiaux pratiquent ou aient pratiqué d'autres voies en annexe (surtout calligraphie, aucun maître célèbre ayant pratiqué la musique ne me vient à l'esprit),
dans le passé cela faisait tout simplement partie de l'éducation d'un samouraï. Aujourd'hui j'en connais peu qui le font, et de ceux qui le font, les productions sont loin de toujours être du
niveau de leur pratique martiale :D N'est pas Musashi qui veut!

Au final mon point de vue est qu'un artiste reconnu n'a pas besoin d'être équilibré ni serein, tandis que c'est, à mon sens, la marque d'un maître. Je ne vois donc pas dans le cas présent où le
parallèle peut s'inscrire.

Tu dis en Aïkido "regarder la technique en premier". J'ai personnellement rencontré des gens dont la technique n'était pas parfaite mais que je considère comme des maîtres. Et j'ai rencontré des
adeptes à la technique phénoménale qui étaient des individus malsains. Alors que pour un artiste je regarderai l'œuvre, pour un maître je regarderai l'homme.

Amicalement,

Léo