Budo no Nayami

Hino senseï, le défi

7 Juillet 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Une vie de combats
Grandissant dans les quartiers pauvres d'Osaka, adolescent Hino senseï se trouva pris dans de nombreuses bagarres. Jeune adulte c'est dans les dojo où il commença sa pratique martiale qu'il continua à combattre.
Confronté aux limites de l'apprentissage qu'il recevait il fera ensuite le tour des dojo du Kansaï pour affronter les meilleurs adeptes avec deux amis, un Karatéka et un boxeur, membre de l'équipe olympique japonaise de boxe. Ne trouvant aucune école qui le convainquit durant cette période il ouvrit ensuite son propre dojo où le combat s'effectuait sans limitations, autorisant même les attaques aux yeux ou aux parties génitales.




Durant les années qui suivirent, sa réputation et celle de son dojo grandissant, Hino senseï releva de nombreux défis généralement de jeunes voyous habitués au combat de rue. Lorsqu'il partit habiter à Wakayama il reçut encore quelques défis mais depuis des années il semblait que tout cela n'était plus que de l'histoire ancienne. Jusqu'à il y a quelques semaines…




Le défi
Il y a une quinzaine de jours je retrouvai Hino senseï à la gare d'Ikebukuro. Quelques instants après son arrivée il reçut un appel téléphonique auquel il répondit. La communication terminée il revint l'air ennuyé. Il me raconta alors sa dernière mésaventure.
Quelques jours plus tôt Hino senseï avait reçu un appel chez lui. Son interlocuteur souhaitait… le défier. Hino senseï fut surpris car cela faisait des années qu'il n'avait pas reçu de sollicitations de ce type. Il déclina poliment l'invitation. Malheureusement il continua à recevoir des messages et appels de l'individu. C'est alors, au point où il se disait qu'il n'y aurait sans doute pas d'autre solution que de combattre le mystérieux étranger, que celui-ci mentionna lors d'un de ses nombreux appels n'avoir aucune expérience martiale! Dès cet instant il ne fut plus question de combat pour Hino senseï. Aucun affrontement ne va sans risque, à plus forte raison lorsque l'un des deux n'a aucune expérience.

Hino senseï a soixante ans passé. Il fait pourtant partie des rares maîtres qui ont l'expérience du combat et qui ont gardé intacte leurs capacités. Je l'ai vu plusieurs fois faire face à des attaques libres de pratiquants avancés et j'ai à chaque fois été stupéfait par son action. Pourtant dans la situation actuelle dans le meilleur des cas il arriverait à maîtriser son adversaire sans le blesser et chacun considèrerait cela naturel, malgré la difficulté de la chose. Dans le pire des cas son adversaire pourrait se révéler mentalement dérangé, insensible à la douleur, drogué et il n'aurait d'autre solution que de le blesser, envoyant une personne malade à l'hôpital, ternissant sa réputation et risquant la prison.




Dojo yaburi
Les défis de maître ou dojo sont rares aujourd'hui et c'est probablement une chose dont il faut se réjouir, quel qu'en soit l'impact sur la pratique martiale.
Que des adeptes décident d'un commun accord de se mesurer est aussi compréhensible et respectable. Quand il y a quelque chose à mesurer. Une bagarre entre amateurs ne fera rien d'autre que de renforcer l'égo du vainqueur et blesser celui du vaincu…


Partager cet article

Commenter cet article

Yaël 24/08/2009 20:41

Hello !Ah dans le sud ?? ça me plait ça sourire. Et même si vous voulez dans l'aveyron je connais de beau endroit superbe et où c'est possible de trouver logement + nourriture fort correct pour 30€ le weekend. nan nan je fais pas de pub.On en reparle au prochai stage ?? lol

Léo Tamaki 25/08/2009 08:48



;-)

Léo



negoroshu 24/08/2009 02:20

Sachez que je suis près a vous apporter toute mon aide pour ceci, Un de mes élèves a déjà assister a un stage de senseï Hino plusieurs autres sont interessé ...... ainsi que moi même bien sur.Je suis installé sur Marseille cordialement

Léo Tamaki 25/08/2009 08:40



Merci pour votre proposition ;-)

Cordialement,

Tamaki Léo



negoroshu 24/08/2009 00:47

bonjour Léo, si cela était possible, je pense que senseï hino et vous même bénéficierai d'un accueil chaleureux dans le sud .... cordialement

Léo Tamaki 24/08/2009 00:55



Ah ça ne serait pas de refus de descendre au soleil :D
Il est possible que nous organisions aussi un stage dans le sud lors d'une venue de Hino senseï. J'en ai parlé avec lui il y a quelques heures!

Cordialement,

Léo



Mat. :-) 21/07/2009 10:37

Bonjour Léo, as-tu des nouvelles du défi lancé à Hino sensei ? :-)

Marc 09/07/2009 11:13

Bonjour Léo,Puis-je savoir quel est cet endroit magnifique (la coupe de tronc d'arbre est très impressionnante) ?En fait, comme beaucoup, je rêve d'un dojo avec une exigence architecturale qui soit à la mesure de notre pratique, et si possible en contact direct avec la nature.Malheureusement, force est de constater que dans la majorité des cas les gymnases municipaux ou les copies "japonisantes" n'ont rien de très innonvant sur le plan architectural.En tout cas; il semblerait avoir sa place sur le magazine The Cool Hunter que j'affectionne particulièrement :http://www.thecoolhunter.net/architecture/PS : un grand merci pour la qualité de vos blogs qui m'ont permis de découvrir des maîtres tels que Hino Akira, Akuzawa Minoru ou Kono YoshinoriCordialement,Marc

Léo Tamaki 09/07/2009 13:40



Bonjour Marc,

Il s'agit du dojo de Hino senseï.
Evidemment rien de comparable avec un dojo municipal...

Quand à l'innovation, pourquoi pas, tant que cela rime avec innovation et que les fondations sont toujorus présentes. La construction d'un dojo japonais obéit à des règles très précises qui sont
quasiment inconnues, même de la plupart des maîtres.

Merci pour le lien, beaucoup de choses magnifiques.

Merci pour la lecture.

Cordialement,

Léo



SeB 08/07/2009 22:50

Merci pour cet article. Je disais dans mon dernier commentaire que les arts martiaux sont un outil de survie, j'aurais du ajouter "entre autres". C'est une grande ecole de la vie aussi.

Léo Tamaki 09/07/2009 08:33



Entre autres, en effet. Mais oublier cette origine de la pratique rend le tout incohérent et souvent inconsistant. Pour que cela soit plus que cela, il faut déjà que cela y soit présent.

Léo



Vico 08/07/2009 22:05

Trés belles photos ... Toujours aussi impressionnant Hino sensei.

Léo Tamaki 08/07/2009 22:11


;-)

Il reviendra vers novembre.

Léo


benoit 08/07/2009 00:58

Bonjour Léo, dans le genre des défis "fous", il y a une dix-quinzaine  d'années il y avait pas eu un type  qui voulait affronter un tigre à mains nues? Sans même aller jusqu'à parler de défi, quand on veut tester ou démontrer quelque chose, je crois qu'il faut que dès le départ soient très clair ce que l'on veut tester, et que l'on soit certain que les psychologies et les "niveaux" des deux personnes soient compatibles, (si la personne "vaincue"/ subissant une technique ne "comprend" pas ce qu'elle recoit , à quoi ça sert? )Si bien que les tests  ou expérimentations ( à savoir faire sentir une technique)servant vraiment à quelque chose et mettant en avant tel ou tel élément de pratique (et ne mettant pas en avant les personnes) m'ont l'air faisables avec un nombre assez faible d'individus. Sans ces conditions je crois que ça serait vite de la foire d'empoigne ou de la bagarre.amicalementBenoit

Léo Tamaki 08/07/2009 18:54



Bonjour Benoît,

Oyama senseï qui a affronté des taureaux voulait ensuite combattre un tigre et un ours. Une blessure lors d'un combat télévisé contre un taureau fit reculer les producteurs. Nul doute
qu'aujourd'hui il serait encouragé!

Il y a plusieurs types de défi. Vient-on laver son honneur? Punir? Se tester?
Dans le cadre de la pratique martiale où comme Musashi on défie afin de progresser, nous ne venons pas enseigner quoi que ce soit à l'autre. Qu'il en tire ou pas de leçons est son affaire.

Tester une technique est là bien loin du défi en combat où il vaut mieux ne pas aller en ayant à l'esprit de réaliser une technique déterminée.

Amicalement,

Léo