Budo no Nayami

Okamoto, Shakuji koen et balançoire

7 Avril 2007 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Avril 2007

Les derniers jours ont été particulièrement intenses et j’ai couru dans tous les sens !

Tout d’abord j’ai dû terminer les articles pour le prochain Dragon. Ensuite j’ai dû m’atteler à de la comptabilité que j’avais laissée traîner. Dans le même temps il fallait continuer la préparation du PAG Show et enfin envoyer les commandes de Tsubaki.


Okamoto senseï


Un des articles du prochain Dragon portera sur Okamoto senseï du Daïto-ryu. Sa technique est tellement incroyable qu'il faut vraiment la sentir pour le croire.

Pour l'avoir reçue je peux vous l'assurer, ça marche!


J’ai tellement pris l’habitude de travailler tard qu’à force de reculer l’heure où je vais me coucher je me retrouve maintenant souvent debout jusqu’à l’aube.
Des magasins ou fast food étant ouverts à toute heure cela facilite malheureusement ces horaires décalés…

Du côté agréable cela me permet souvent de voir le soleil se lever. Mercredi j’en ai profité pour aller aux cours du matin à l’Aïkikaï et hier pour aller courir au Shakuji koen.


 

 Shakuji koen, 5h30 du matin


En rentrant du Shakuji koen j’ai été irrésistiblement attiré par une balançoire… Ca faisait des années que je n’en avais pas fait. J’ai passé une bonne dizaine de minutes à sourire en me balançant à 6h du matin après une nuit blanche et les conducteurs des voitures à l’arrêt me regardaient interloqués.


Balançoire...


Je vous jure que je n’ai pas fait de petite moto ni de voiture !


Ce matin je suis allé acheter mon petit déjeuner au McDo à 5h du matin et je suis tombé sur deux salarymen quinquagénaires complètement saoûls. Une nuit de plus à Tokyo, mégalopole qui ne s’arrète jamais…

Je viens de poster deux articles dans Tsubakijournal et Découverte-Japon.


9h30 ? Trop tard pour dormir aujourd’hui, il fait trop beau !


Partager cet article

Commenter cet article