Budo no Nayami

Manga kissa et stage d'été

11 Août 2007 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Août 2007

Une fois de plus pris dans un tourbillon d'occupations j'ai laissé le temps passer sans écrire…


Shinjuku, paradis des manga kissa


Comme ma connexion internet a de nouveau fait des siennes aujourd'hui je suis allé dans un manga kissa.
Les manga kissa, de manga, les bandes dessinées japonaises, et de kissa, contraction de kissaten, café, sont des lieux où pour une somme modeste vous pouvez lire tous les mangas que vous désirez, boire à volonté les boissons en libre service, jouer en réseau, visionner des DVD et utiliser des ordinateurs connectés à internet.

Apparus il y a quelques années les manga kissa ont connu un boom incroyable au Japon. Pour un prix moyen de 350 yens, environ 2 euros, soit moins que le prix moyen d'un coca dans un café classique, vous pouvez passer une heure à lire, vous détendre et même dormir.
La plupart des manga kissa sont ouverts 24h sur 24 et proposent même des douches, gratuites bien évidemment.

Les manga kissa sont parfois des vastes lieux ouverts mais la tendance est aux cabines individuelles encore plus relaxantes grâce à l'intimité qu'elles procurent. Simples ou doubles ces cabines sont souvent proposées en deux versions, reclining ou flat seat. Reclining désigne les fauteuils inclinables extrèmement confortables. Flat seat désigne une sorte de tatami, légèrement plus épais que la version traditionnelle.

Les manga kissa offrent aussi bien sûr la possibilité de manger, moyennant cette fois un paiement séparé. La nourriture varie selon les établissements, allant de simples nouilles instantanés à des plats cuisinés simples. La nourriture est vendue quasiment à prix coûtant.

Aujourd'hui les manga kissa sont partout. Un partout comme seul le Japon peut en créer. Pas un endroit de Tokyo où on ne trouve un manga kissa. A moins de 10 mn dans les endroits les plus perdus, à moins de 30s où que l'on soit à Shinjuku.
Maintenant que la densité arrive à saturation le concept se renouvelle, se déclinant en version destinées aux femmes, aux cadres, etc…

Il existe deux manga kissa à Paris. L'un se trouve à Opéra et l'autre à Châtelet. Je ne connaîs pas encore celui d'Opéra mais celui de Châtelet, Manga square, est assez proche du concept original tout en apportant une french touch.
Il est assez petit comparé aux manga kissa moyens japonais mais donne une impression d'espace par son agencement. Alors qu'au Japon ce sont des lieux très fonctionnels ici il y a beaucoup de vide et cela donne une impression d'espace. Les canapés sont aussi luxueux comparés à nombre d'établissement japonais.
Comme au Japon il y a des soupes de nouilles instantanées et quelques onigiri, les boulettes de riz japonaises, mais servis avec la french touch, un service très nonchalant ;-)

A Paris les manga kissa n'ont d'intérêt que si vous êtes fans de mangas ou désireux de boire des sodas à volonté. Cela dit cela représente une part de la population de plus en plus large. Au Japon par contre cela vaut la peine de rentrer dans un des immenses manga kissa qui quadrillent Shinjuku tels que ceux de la chaîne Manboo. Le concept n'existaient pas à l'époque de son tournage mais il cadrerait parfaitement avec l'ambiance du film Blade Runner.

Je pense que les manga kissa connaîtront un succès limité en France. Je l'espère presque car à vrai dire ils sont très pratiques mais ont au Japon un côté inhumain car ils vous séparent encore plus des autres. Loin des cafés français…

Cela dit ils m'ont sauvé la mise deux fois à Tokyo. Par deux fois je me suis retrouvé à 5h du matin sans avoir imprimé mes e-tickets pour prendre l'avion. 5mn dans un manga kissa et à chaque fois je prenais tranquillement la direction de l'aéroport, billets en poche.

Un lien pour trouver un manga kissa n'importe où à Tokyo pour finir ;-)

Je vais mettre en ligne les informations du stage d'été très rapidement...


Partager cet article

Commenter cet article