Budo no Nayami

A.I.

30 Octobre 2013 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Cinéma - Télévision

J'ai vu récemment pour la première fois A.I. de Steven Spielberg, et ce fut une agréable surprise.

 

 

 

 

Lorsque l'on songe aux films de science-fiction du passé qui sont aujourd'hui notre quotidien, A.I. (Artificial Intelligence) donne le vertige. Nous utilisons aujourd'hui naturellement des inventions telles que les écrans tactiles immatérielles de Minority report, internet, la manipulation génétique, et tant d'autres découvertes que nos ancêtres n'auraient osées imaginer. Et j'ai le sentiment que nous vivrons bientôt une époque où, comme dans A.I. nous côtoierons des robots si humains…

 

 

A.I. 1

 

 

Le vieillissement constant de la population du Japon, et le refus d'ouvrir les frontières, font d'ailleurs que l'archipel est au premier rang des nations qui se sont lancées dans la robotique. Le Shintoïsme prêtant une âme aux choses inanimées fait en outre que les japonais interagissent souvent naturellement avec les robots, comme ce fut le cas il y a quelques années avec les Tamagotchi.

 

Appréciée ou décriée, A.I. est une œuvre qui laisse rarement indifférent. Je vous invite à vous faire votre propre idée sur cette version d'anticipation du mythe de… Pinocchio.

 

 

 

A.I. 2

 

Partager cet article

Commenter cet article

Laurylyan 07/12/2014 23:42


Il y a plus de 10 mois de cela j'étais "baffled", là je suis littéralement "flabbergasted"...


Madame, je vous ai répondu en privé à votre mail envoyé depuis "ailleurs" :-)


Que vous ayez pu me retrouver "ailleurs" montre bien à quel point il est "peu compliqué" de me retrouver/pister au travers de mon pseudo, et que ce Monsieur se permette de vous prêter de tels
commentaires alors qu'il est si facile de vérifier sur le net que vous n'êtes pas moi, ma foi... Cela en dit long sur le monsieur en question.


En tous les cas, la tartine big size extra bold de ce monsieur me laisse perplexe, plus sur la forme que sur le fond... Cela me fait penser à ces personnes qui se mettent à parler de plus en plus
fort jusqu'à assourdir tout ceux autour pour se faire "entendre", alors que la plupart du temps il suffit d'articuler pour que cela soit intelligible...


Quant au fond... Bah ! Je n'ai pas de temps à perdre en querelles byzantines, surtout lorsque l'on met plus de 10 mois à réagir... Trop d'eau a coulé sous les ponts. Pas bien certaine que ce soit
l'esprit de l'Aikido "ça"...


Je ne cesserai jamais d'être stupéfiée par l'humain...


Allez ! Je m'en retourne dans mon Larzac virtuel à m'occuper de mes moutons et faire mon fromage de brebis.


 

Léo Tamaki 08/12/2014 13:38



;-)


 


Léo


 



Philippe Doussin 22/11/2014 18:36



Je ne répondrais pas sur le ton de l’ironie, je respecte trop pour cela la pensée et l’oeuvre du Fondateur.



Il n’est pas dans mes habitudes de me contenter des traductions proposées par les traducteurs en ce qui concerne les concepts traditionnels touchant à l’accomplissement spirituel et encore moins
pour ce qui concerne l’Aïkido.



Cependant les traducteurs des conférences du Fondateur sur
Takemusu Aïki
ne peuvent en aucun cas être accusés d’avoir déformé la pensée du Fondateur en raison de leur vécu et de la complexité du texte. Tout d’abord dans le premier volume Takemusu Aïki, ils
donnent une longue introduction où ils étudient les principaux concepts traditionnels qui sont abordés par le Fondateur tout en donnant les idéogrammes, ce qui permet à chacun d’une part de juger
de la justesse de la traduction et d’autre part de compléter le sens porté par les mots français. Ensuite, tout au long de leurs ouvrages (3 volumes), les termes techniques sont annotés et les
idéogrammes les accompagnent la plupart du temps.



Pour ce qui est du passage de la phrase du Fondateur que j’ai surligné en gras, elle ne peut être l’objet d’aucune équivoque pour deux raisons. D’une part parce que les idéogrammes des
mots
matière, esprit et origine unique,
sont donnés en introduction et dans les notes de fin d’ouvrage, ensuite parce que ce ne sont pas quelques mots lâchés au hasard d’une phrase par le Fondateur et mal traduits, mais ils
correspondent à des concepts pour lesquels le Fondateur accorde une importance primordiale, comme le laisse entendre l’insistance avec laquelle il y revient :




Ces deux origines, de nouveau, retournent à l'origine unique, c'est-à-dire à l'origine unique SU. Elles sont les origines de l'esprit et de la matière. De quoi cela est-il provenu ?
 L'esprit et la matière sont provenus du kototama U . Mais alors, quelle est la provenance du kototama U ? Takemusu Aïki Vol. I, 149




L'esprit et la  matière sont le kototama, ainsi que la substance de l'univers. Mais cela est incompréhensible pour les religieux ordinaires. Le merveilleux agissement du kototama qui fait
vivre cela, c'est l'aikido. Takemusu Aïki Vol. I, 151




Cependant à la source de l'origine de la matière et de l'origine du spirituel, il y a l'origine unique. Si l'on remonte à la racine du Pont Flottant qui est principe d'harmonie, il n'y a rien
d'imparfait. Il ne faut pas oublier l'origine. Takemusu Aïki Vol. II, 76




Cela est dû au fait que la science de la matière et la science de l'esprit (science de l'âme) ne sont pas harmonisées. La science de la matière est arrivée à son apogée, alors que la science de
l'esprit a été négligée. Takemusu Aïki Vol. II, 103




U est à la fois à l'origine de l'âme spirituelle et de la matière. Takemusu Aïki Vol. II,121




C'est-à-dire qu'il nous faut comprendre comm

L. 17/01/2014 01:56


I am baffled...


M. Doussin - si je vous comprends bien - vous attribuez à une traduction en français (donc ayant fait l'objet d'une reformulation de la part d'un traducteur ayant son propre vécu et ressenti du
texte qu'il traduit) d'un texte éminemment complexe  - contenant des références culturelles et philosophiques et linguistiques très différentes de la culture d'accueil, ici le Français -
d'être la fidèle et complète retranscription de la pensée de O Sensei ?


Vous ai-je bien compris ?


Je vous demande cela car de la manière dont vous vous êtes exprimé vous laissez entendre que le texte que vous avez cité est le canon de la pensée d'O Sensei, et je m'en voudrais de mal vous
comprendre...


Pour ce qui est du film en question dans ce post, je le trouve personnellement très poétique et philosophique, mais ce n'est pas ce que j'appelle de la Science-Fiction :-)


Certes cela se passe dans le futur, il y a des robots, etc. Mais c'est plus un conte philosophique que vraiment de la Science-Fiction per se. Ici l'aspect "science-fiction" n'est que l'enrobage,
le support permettant d'exprimer la réflexion de "Qu'est-ce que la Vie ?", "La vie, les émotions, la conscience peuvent-elles naître dans un autre être que l'Humain ?" et aussi "Comment réagira
l'Humain lorsqu'il rencontrera une Vie différente de la sienne ?".


Mais je pense que l'Histoire nous a déjà apportée une réponse à cette dernière question lorsque l'on regarde comment le Blanc a réagi lorsqu'il a rencontré le "Nègre" en Afrique, l'a considéré
comme "non-humain" et ne possédant pas d'âme car il était un "sauvage" et donc obligatoirement inférieur. Par conséquent il était tout à fait acceptable et justifié de ne le considérer que comme
un "bien" et d'en faire le commerce.


Un autre film qui traite du même thème qu'A.I mais d'une manière qui, elle, est très science-fiction : Blade Runner.


Bien entendu, ce n'est que ma vision de la chose et chacun est libre de voir les choses à sa façon :-)

Philippe Doussin 23/11/2013 11:18


Je ne voudrais pas qu'il subsiste un doute quant à la pensée du fondateur sur la notion de l'origine unique pour ce qui est de la matière et du spirituel. Voilà un extrait de Takemusu Aïki Volume
I, aux éditions du Cénacles, qui est une retranscription et une traduction directe des enregistrements de conférences du Fondateur faites à la fin de sa vie : "Dans le Kototama, il y a ce
qu'on appelle la prédiction de Futanomi, mais il s'agit du travail du son U. Par la résonance du son SU, le son U est produit. Le travail du son U est le travail originel de la racine du
spirituel et de la racine du matériel. Cependant à la source de l'origine de la matière et de l'origine du spirituel, il y a l'origine unique."


Après que des élèves du Fondateur n'aient pas tous compris la même chose de son enseignement est une autre problématique. Mais il est impossible de nier ce qui a été retranscrit directement des
enregistrements des paroles mêmes du Fondateur. 

Philippe Doussin 13/11/2013 18:50


Oui il est possible de fixer en tout objet, par des rites particuliers, une composante psychique qui permettra à une composante d'ordre spirituelle (pré-existante) de faire acte de présence en un
lieu et un temps. Mais dans le film il est question, à partir de composante substantiel, d'engendrer une forme d'intelligence. C'est considérer que l'essentiel procèderait du substantiel. Alors
que le Fondateur de l'Aïkido a rapporté que la pensée traditionnelle considère que l'essentiel et le substantiel procèdent d'une source commune. (cela est une conception universelle). 

Léo Tamaki 21/11/2013 19:07



Au-delà même de ce sujet, il me semble difficile d'être catégorique sur les pensées du Fondateur, car lorsque j'ai posé des questions à des gens comme Abe senseï, Sunadomari senseï ou Sasaki
senseï, leurs réponses divergeaient souvent. Stanley Pranin a eu, avant moi, une expérience similaire.


 


Quoi qu'il en soit pour en revenir au film, je l'ai trouvé agréable, intéressant et optimiste, mais je comprends que l'on en ait une opinion différente ;-)


 


Léo


 



papillooon 11/11/2013 22:12


Pour ma part, j'ai souvenir d'une fin qui m'a déçue, un "morceau de trop" sur une belle histoire... 

Léo Tamaki 13/11/2013 18:12



Il est vrai que la fin ne m'a pas particulièrement plue non plus.


 


Léo


 



Philippe Doussin 08/11/2013 16:51


C'est un film qui n'a pas foi en l'humanité et laisse penser que la conscience et l'intelligibilité que l'on a de l'existence est un processus physiologique qui pourrait être reproduit par un
assemblage de composés substantiels artificiels.


Le Fondateur de l'Aîkido nous enseigne que l'esprit ne procède pas du corps tout comme le corps ne procède pas de l'esprit : "Le mécanisme de l’univers prend son origine à une seule et même
source. […] Le fonctionnement de notre esprit et de notre corps dérive de cette source unique. L’existence présente est l’expression des vrais principes de l’univers. […] Le véritable budô est
toujours en accord avec l’univers."


Sans doute qu'en avançant dans la Voie de l'Aïkido découvrirons-nous cette origine unique ?

Léo Tamaki 13/11/2013 18:11



Oh? A titre personel j'ai trouvé le film plutôt positif. Engageant à penser que l'amour peut naître chez chacun, et qu'un esprit peut s'incarner en toutes choses. Nous ne sommes sans doute pas si
loin du shintoïsme, dont l'esprit fait que les japonais côtoient facilement des robots.


 


Léo


 



David 02/11/2013 14:09


Bonjour Léo, 


À l'instar de Minority Report et I-Robot, Il s'agit là d'une adaptation qui a été pas mal controversée, d'ailleurs. 


Selon moi, la science fictions a pour but de faire une représentation allégorique de notre monde actuel, pour y apporter une critique pertinente quand l'œuvre est bien réalisée. C'est ce qui
explique la sensation de proximité, et qu'on s'identifie facilement dans les univers qui nous sont présentés.


Autre élément récurant de la science fiction, c'est la supercherie dans laquelle se trouvent confrontés les personnages. Par exemple, dans Minority Report, c'est la société précrime qui se
retrouve détournée pour commetre un "meurtre parfait". l’œuvre y dénonce le climat ultra sécuritaire, et la société de surveillance vers laquelle nous allons ( nous sommes ? ) à grand pas.


Un autre exemple encore plus marquant pour moi est Soleil Vert ( Soylent Green ), avec Charlton Eston.


Plus récent encore, il y a le Transperce Neige ( Snowpiercer ) de Bong Joon Ho qui, à l'origine est une BD, illustre parfaitement le concept. Il est toujours à l'affiche, d'ailleurs.


Ca fait peu de temps que je m'intéresse à la SF et je me rends compte que ça devient vite un vice !  En tout cas, c'est un plaisir de pouvoir en parler un peu ici !

Léo Tamaki 04/11/2013 12:20



Bonjour David,


 


Il est clair que la S.F. est bien plus riche de réflexions que ne l'imaginent les gens qui n'en ont pas lu. Et Soleil vert, oui, quel chef d'oeuvre terrifiant...


 


Léo


 



Olimaru 01/11/2013 17:12


Ce film est également remarquable par deux aspects : le jeu de Haley Joel Osment (dans le rôle dont Stanley Kubrick estimait qu'aucun enfant ne pourrait le tenir !) et la
reprise du flambeau par Steven Spielberg après la mort de Kubrick. Il est d'ailleurs amusant de voir que les réactions des spectateurs ont souvent attribué à l'un des éléments qui ont en fait été
décidés par l'autre.

Léo Tamaki 01/11/2013 22:50



En effet, Haley Joel Osment est excellent.


J'ai aussi vu dans un documentaire que ce que l'on trouvait "spielbergien" venait en fait de Kubrock, et vice-versa. Un projet à la genèse très riche.


 


Léo


 



Steph 01/11/2013 08:26


Un film qui donne les larmes aux yeux assurément...

Léo Tamaki 01/11/2013 22:48



Oui... Léo