Budo no Nayami

"Akahige" ("Barberousse") de Kurosawa Akira avec Mifune Toshiro

8 Juillet 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Cinéma - Télévision

"Akahige" ("Barberousse") est le film de Kurosawa Akira et Mifune Toshiro que je préfère. Les deux ayant participé à tant de chefs d'œuvres, c'est peu dire que je tiens ce film en haute estime.

"Akahige" est le nom d'un médecin. Le film raconte sa rencontre avec un jeune diplômé issu d'une famille aisée envoyé chez lui contre son gré.





"Akahige" est une magnifique œuvre humaniste dépeignant un parcours initiatique poignant. Le film est à la fois l'apogée et la fin de la collaboration entre Kurosawa Akira et Mifune Toshiro après dix-sept films qui sont autant de chefs d'œuvres. Il sortit en 1965 après un tournage marathon de deux ans et dure trois heures cinq.

Attention, malgré une fameuse scène de combat à mains nues, "Akahige" n'est absolument pas un film d'arts martiaux.

 

 

 

 

akahige-1

 

Partager cet article

Commenter cet article

olry 30/07/2010 13:06



la première fois que j'ai vu ce film, j'en ai été bouleversé. étonnant de voir encore un trait commun. peu de gens que je connaît n'ont voulu voir ce film du fait de sa durée. moi je l'ai en dvd,
et je le regarde au moins une fois par an. c'est un pur bonheur que de voir cet homme bourru prendre de cette jeune prostituée ou encore de le voir défoncer ces yakuza sur lesquels il appliquent
l'art de détruire et juste après l'art de reconstruire en s'auto flagellant.


un vrai chef d'oeuvre...


 


tiens, je vais le regarder sous peu je crois.


 



Léo Tamaki 31/07/2010 03:30



Oui il est vrai que Barberousse est une oeuvre austère, surtout au regard de la production actuelle... Quel chef d'oeuvre pourtant!


 


Bon visionnage :D


 


Léo


 



Frédéric 13/07/2010 17:06



Kurosawa, comme nul autre, film et construit ses personnages avec l'intelligence du cœur. L’irascible Barberousse est un
homme bon qui  pratique la médecine mais sait aussi à l’occasion faire le contraire. Et à dire vrai ceux sont ses personnages qui me touchent le plus,  Togashi
joué par Susumu Fujita dans ce film merveilleux « Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre » ou
bien encore dans Derzou Ouzala cet  homme des bois à la parole simple autant que profonde et je ne connais qu’un réalisateur comme Capra qui aille dans ce sens là. C’est deux
là sont les rares à nous montrer,  comment pourrait-on dire…une sorte de travail de la bonté.  Mais  l’empereur du cinéma va plus loin encore
lorsqu’il récupère pour son propre compte des œuvres comme Macbeth dans « le château de l’araignée » ou bien encore le genre du Western avec Sanjuro et Yojimbo…bref on en parlerait des
heures…




Léo Tamaki 14/07/2010 03:18



Oui, au-delà du cinéma japonais Kurosawa est tout simplement un monument du cinéma mondial. Probablement mon cinéaste préféré.


 


Léo


 



Erwan 10/07/2010 22:07



(Re)bonjour Leo


En ce jour de grande tristesse, le cinema de Kurozawa me revient avec une grande force. Les thèmes de la vieillesse, de la mort, de la maladie, y sont centraux, et abordés avec une infinie
délicatesse et compassion, sans rien occulter de leur coté ineluctable. Je pense particulièrement à "Madadayo" ou "Vivre" et bien sûr "Barberousse"...c'est la grande humanité de Kurozawa qui le
rend si universel et japonais à la fois...sans doute comme l'Aikido de maitre Tamura...


Meilleures pensées


Erwan



Léo Tamaki 11/07/2010 01:23



Bonjour Erwan,


 


En effet Kurosawa a su, comme peu, parler de la vie. Et comment parler de la vie sans évoquer la mort, la vieillesse...


 


Amicalement,


 


Léo


 



davy 09/07/2010 22:42



j'adore ce film ... ce medecin bagareur qui après avoir bléssé ses adversaires leur demande pardon et les soigne ... j'adore c'est drôle et touchant à la foi ; ce Akahige est comme un enfant en
fait. De toute façon ces deux hommes ( Kurozawa et Mifune )sont des seigneurs. On dira ce qu'on veut mais ils sont le cinéma japonais en dehors du Japon.


 


Tous ceux qui ont decouvert le cinéma Japonais ont d'abord rencontré Kurozawa et Mifune ...  mmmm Mon cher Léo
tu m'a donné envie de le revoir, je vais me le faire cette semaine



Léo Tamaki 10/07/2010 21:21



Kurosawa et Mifune sont en effet encore souvent aujourd'hui l'image du cinéma jaonais dans le monde.


 


Bon visionnage ;-)


 


Léo


 



Erwan 09/07/2010 13:10



Bonjour Leo


Barberousse! A  vrai dire  j'avais un post sur Barberousse dans mes cartons! Tu m'as devancé! Un de mes préférés aussi, avec ....presque tous les Kurozawa...Vu recemment "les Bas
Fonds", et revu Dode's Kaden : ça remue pas mal aussi... Je crois que Barberousse est une des dernières collaborations entre Kurozawa et Mifune, car les rapports entre ces deux géants n'étaient
pas toujours faciles apparemment...Et cette scène de correction des méchants, suivie d'un reboutage en rêgle de toutes les fractures...j'adore!


Amicalement


Erwan



Léo Tamaki 10/07/2010 21:22



Bonjour Erwan,


 


Poste, poste s'il te plaît! Le mien n'est qu'un clin d'oeil ;-)


 


Akahige est en effet la dernière collaboration entre Mifune et Kurosawa. Malheureusement.


 


Amicalement,


 


Léo


 



Patrice 09/07/2010 13:10



Un film tout simplement fantastique! Je l'ai beaucoup aimé!



Léo Tamaki 10/07/2010 21:21



:D


 


Léo


 



Fanfan 09/07/2010 10:13



L'un de mes flims de Kurosawa préféré, avec... bon non ce n'est pas une bonne idée, étant l'un de mes réalisateurs préférés la liste de ses films qui m'ont marqué risquerait d'être longue...


Une intensité dans ce film remarquable, avec une photo sublime.



Léo Tamaki 09/07/2010 11:39



Ah je vois que monsieur est connaisseur ;-)


 


Léo


 



david 09/07/2010 09:57



Bonjour Leo,


Petite question (probablement idiote) : est-ce que Mifune et/ou Kurosawa pratiquaients les arts martiaux ou étaient-ils simplement "coaché" pour les besoins de leurs films?


Salutations.



Léo Tamaki 09/07/2010 11:41



Bonjour David,


 


Concernant Kurosawa, à ma connaissance non. Mifune en revanche pratiquait beaucoup. Il était si je ne me trompe, 7ème dan de Kendo et remarquable cavalier. Il semble aussi qu'il pratiquait à
l'occasion l'Aïkido mais mes sources sont moins précises sur le sujet. Il était proche de Sugino senseï qui règla souvent les combats des films qu'il tourna avec Kurosawa, notamment dans les sept
samouraïs.


 


Salutations,


 


Léo


 



Spiral 09/07/2010 09:35



Salutations !


je ne connais pas du tout cette oeuvre et je tacherai de me la procurer.


Interressant les ordinateurs , il mesemble que cela prend bien moins de place actuellment.....sauf l'orchestre.... héhé !


see you !


Tangi



Léo Tamaki 10/07/2010 21:23



Oui procure-la toi d'urgence ;-)


 


Léo