Budo no Nayami

Aunkaï et Aïkido, Aïki, Kokyu…

8 Décembre 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

J'ai récemment abordé la question de la disparition de certaines capacités d'Osenseï chez ses successeurs à travers l'ouvrage d'Ellis Amdur, "Hidden in plain sight". Ellis Amdur a à plusieurs occasions mentionné le travail d'Akuzawa senseï comme pouvant être une clé pour retrouver certaines de ces capacités et je partage pleinement son opinion.




Evolution de l'Aïkido

L'Aïkido que je pratique est essentiellement issu du travail de Tamura senseï. C'est la forme qui me convient et m'attire le plus parmi toutes celles que j'ai rencontrées. Si, comme celles des maîtres Yamaguchi, Nishio ou tant d'autres, elle s'est éloignée de celle d'Osenseï de par son aspect extérieur, j'ai la conviction que l'esprit qui l'anime est le même.
Voici ce que dit Suga senseï à ce sujet:
"Maître Chiba, entre autres, disait que maître Tamura était la copie conforme de maître Ueshiba. Les gens le caricaturaient. Tamura senseï reproduisait toutes les techniques d'Osenseï. Sur cette base il a développé une pratique extraordinaire. Mais aujourd'hui nous sommes à l'heure où son travail s'exprime sous une forme personnelle qui diffère dans sa forme extérieure de celle d'Osenseï. C'est l'étape finale, ri, dans le processus d'étude traditionnel japonais shu-ha-ri.
Shu, ha et ri sont trois étapes qui sont suivis par les voies traditionnelles japonaises classiques. En simplifiant on peut dire que shu correspond à l'intégration, c'est une période où l'élève travaille dans une imitation totale de son maître. Ha est la période "destructrice". L'élève travaille dans des directions parfois opposées à celle de son maître et fais le maximum d'expériences possibles afin de s'approprier ce qu'il a reçu dans l'étape précédente. Finalement le dernier stade, ri, est l'expression véritable de l'art que l'élève, devenu maître à son tour, a développé. Il est au-delà de la dualité et ne cherche ni à imiter ni à se différencier. Il est devenu son art et l'art s'exprime spontanément à travers lui. C'est l'état qu'à atteint aujourd'hui Tamura senseï dans sa pratique de l'Aïkido."



Kokyu-ho

Pourtant, que les maîtres aient développées leurs propres expressions de l'Aïkido ou essayé de préserver ce qu'ils considèrent être celle du Fondateur, aucun ne semble à même de démontrer les capacités qui lui permirent de subjuguer des lutteurs de Sumo ou des champions de Judo. Une capacité à faire jaillir une force stupéfiante, un enracinement incroyable…
Sans aucun doute la plupart des maîtres d'aujourd'hui sont par exemple capables de renverser leur partenaire lorsqu'ils travaillent Kokyu-ho, quelle que soit la différence de force et de gabarit. Mais j'avoue, bien que j'ai pu être subjugué par le travail développé, ne pas en avoir rencontré qui le fasse de la manière dont j'imagine Osenseï le faire ou dont on m'a rapporté qu'il le faisait. Ce que j'ai senti qui s'en rapprochait le plus est la façon de faire… d'Akuzawa senseï.


Façon... "classique"


Avec... le petit doigt!


Aunkaï et Aïkido

Paradoxalement, alors que j'ai le sentiment que c'est la pratique d'Akuzawa senseï qui peut apporter le plus de clés aux pratiquants qui sont intéressés par la pratique du Fondateur, la plupart des Aïkidokas avec qui j'ai abordé le sujet me disaient que bien qu'ils aient apprécié le travail, ils avaient du mal à faire le lien avec leur Aïkido. Je crois que cela est dû à une méconnaissance du travail d'Osenseï et à la grande évolution de l'utilisation du corps de ses successeurs.


Démonstration de puissance (à une main)


Démonstration similaire à la NAMT08


Avec Brahim Si Guesmi  lors du Masters Tour 08


La preuve… par Akuzawa

Akuzawa senseï est sans doute le maître le plus abordable que j'invite. Sans doute parfois de façon excessive. Mais c'est une chance pour les stagiaires car il accepte de démontrer ses techniques sur n'importe qui et à tout moment. Et le résultat est réellement stupéfiant…


Une stabilité exceptionnelle...


... quel que soit le nombre de pratiquants...


...et leur gabarit


Akuzawa senseï sur l'Aïki
:

Votre travail est souvent qualifié d'Aïki mais vous ne semblez pas utiliser ce terme vous-même.

Des pratiquants d'autres disciplines tel que l'Aïkido viennent ici et me disent "Senseï ce que vous faites est de l'Aïki!".
(rires) Mais personnellement je n'utilise pas non plus ce terme. J'enseigne simplement une méthode d'utilisation du corps.

Un journaliste de magazine spécialisé m'a dit un jour que si on utilise pas de termes connus comme Aïki par exemple il est difficile de capter l'attention des lecteurs. Aussi aujourd'hui tout le monde parle d'Aïki. Il suffit de faire un tour sur internet pour voir un nombre de personnes incroyable en parler mais chacun en a sa propre interprétation.

Parler d'une pratique physique est très subjectif car le sens que chacun peut mettre derrière un mot est différent et il est essentiel de sentir avec le corps pour comprendre réellement. Dans le bujutsu nous devons percevoir avec notre corps et aller au-delà de la compréhension intellectuelle. Le corps est l'instrument qui nous permet de mesurer si telle ou telle méthode est valide.
Parce que la forme est puissante et que l'on juge à ce que l'on voit, les gens affirment en voyant quelque chose qui ressemble à ce qu'ils connaissent qu'il s'agit de la même chose. Je ne peux rien répondre à cela, il n'y a que l'expérience directe qui peut faire comprendre la différence. (rires)





Akuzawa senseï donnera un stage du 10 au 13 décembre à Paris et débutera pour la première fois la formation d'instructeurs de l'Aunkaï.





Photos Pierre Sivisay, Sébastien Chaventon et droits réservés

Partager cet article

Commenter cet article

Nestor 12/12/2009 16:25


Bonjour Léo,

C'est certainement comme tu le dis du systema et effectivement rien ne vaut de sentir réellement les techniques appliquées sur soi en servant de partenaire.
Je connaissais déjà Vladimir Vassiliev, sacrément efficace d'ailleurs, découvert au gré de mes recherches pour découvrir le nom de ce monsieur russe. Je te remercie.
Ne lisant pas le russe non plus, j'ai par chance trouvé son nom récemment, transcrit dans notre alphabet : A. Lavrov
La première vidéo m'ayant marqué est celle-ci :
http://www.youtube.com/watch?v=lRgfXob0ln4
Parallèlement au corps à corps, il semble y exécuter une sorte de tôate no jutsu (art de toucher à distance).
Personnellement je préfère les bases ie le corps à corps ; il m'a d'ailleurs été dit que le tôate no jutsu fonctionnait ou non selon les personnes (uke).
Cordialement.



Léo Tamaki 13/12/2009 00:44



Bonjour Nestor,

Merci pour ce nouveau lien. Je 'lavais déjà vu il y a un certain temps et le travail y est assez intéressant. Concernant le toate c'est un sujet assez épineux. Pour avoir un peu expérimenté ce
genre de choses effectué par des maîtres il est clair pour moi que ce type de phénomène est possible. Après qu'il soit utilisable "en situation" est autre chose.

Cordialement,

Léo



Nestor 11/12/2009 17:30


Bonjour Léo,

En relation avec les arts martiaux en général et l'utilisation différente du corps permettant de soumettre l'adversaire, que ce soit par la puissance générée comme ce peut être le cas avec Akuzawa
sensei ou au contraire par l'effacement de l'intention et l'économie de mouvement, je suis tombé cette vidéo assez saisissante. Ce monsieur russe qui au premier abord n'a l'air de rien, désarme et
contrôle ses adversaires de façon déconcertante :
http://www.youtube.com/watch?v=EFa7c_vD1tM&feature=related

Cordialement.


Léo Tamaki 12/12/2009 01:51



Bonjour Nestor,

Merci pour le lien. Il me semble, bien que je ne lise pas le russe, qu'il s'agisse de Systema. Dans le genre ce n'est pas ce que j'ai vu de mieux cela dit. Enfin là encore parfois une rencontre
en chair et en os remet en cause les sensations que l'on peut avoir au vu d'une vidéo et ui sont en réalité très limitées. Si ce type de travail t'intéresse je te conseille de chercher des cheses
avec Vladimir Vassiliev.

Cordialement,

Léo



Andreas 09/12/2009 15:10


Bonjour Léo,

Juste par curiosité: qu'entend-tu par "excessivement abordable"?... A mes yeux, il s'agit plutôt d'une valeur et je ne vois donc pas où il peut y avoir excès.... 

Désolé de ne pas être parmi les vôtres pour ce stage mais je pars quelques jours pour NYC (boulot!, hélas). Mais on se reverra sans doute 2010.

Amicalement,

Andreas 


Léo Tamaki 10/12/2009 02:14




Bonjour Andreas,


 


Les qualités portées à l'excès ne sont-elles pas susceptibles de devenir des défauts?


 


Akuzawa senseï ne portait aucune attention à l'étiquette au départ pensant que les choses allaient de soi.
Malheureusement et notamment avec certains élèves anglo-saxons cette latitude s'est transformée en familiarité… Cela se traduisait par l'attitude des élèves envers lui (certains l'avaient
affublé d'un surnom car ils trouvaient son nom trop difficile à prononcer), entre eux, et pendant les cours (certains recevaient des communications, textaient!). Akuzawa senseï était un peu
perdu, souriant lorsqu'il était excédé comme beaucoup de japonais et laissait faire. Lorsqu'il m'a parlé de ce point je lui ai conseillé de mettre un terme à cela avant que cela n'aille encore
plus loin. A la même époque certains de ses assistants avaient aussi parlé de ce sujet avec moi et, là aussi, je leur ai conseillé de prendre leur responsabilité et d'exprimer l'attitude qu'ils
attendaient des élèves. Aujourd'hui ils sont heureux d'avoir pris les choses en main et je suis certain que cela est positif pour l'Aunkaï.


 


Très bon séjour à New York!


 


Amicalement,


 


Léo


 




Erwan 09/12/2009 09:49


Merci Tangi pour les pensées... Bon stage à tous!
Erwan


Léo Tamaki 09/12/2009 15:06



Merci ;-)

Léo



Tangi 08/12/2009 09:26


Ohayo !

Ce fameux Maître qui n'enseignait pas et à "ouvert" les yeux à Akuzawa sensei devait vraiment avoir un niveau exeptionnel. En parle t-'il de cette période de formation du corps ?

Il a travaillé (peu de temps) avec Sagawa sensei, as t-il réussi à "voler" le fameux Aïki qui ne se transmet pas mais s'apprend avec le corps ? Il semblait difficile d 'avoir accès au Dojo de
Sagawa, comment à t-il fait ?

Pour rreprendre ce que tu as dit sur un autre post,  il est vrai, que nous ne serons pas tous des virtuoses, mais ne pas prendre plaisir dans la voie choisie et s'y éprouver serait une erreur
et indigne de ce que nous sommes.

(Salutation à Erwan (breton également) qui doit verser des larmes de ne pas être au stage ce week-end ;-) j'essairais de faire 2xplus d'éfforts !)

Nigelkennedyment,
Tangi



Léo Tamaki 09/12/2009 02:58



Bonjour Tangi, Oui il arrive à Akuzawa senseï de parler de cette époque. Le sujet d'entretiens à venir ;-)

Je pense que ce qu'il a développé est le résultat de toutes ses rencontres. Dont Sagawa senseï, même s'il dit lui-même que lorsqu'il l'a rencontré il était déjà très vieux...
Concernant la difficulté de rentrer au Dojo de Sagawa senseï il y a aussi un peu de folklore. Il se trouve qu'il arrivait qu'ils n'acceptent pas certaines personnes mais en réalité énormément de
monde fréquentait le dojo.

Amicalement,

Léo