Budo no Nayami

Charlie ?

14 Janvier 2015 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Blog

Après les terribles évènements qui ont ponctué la semaine passée, ont inévitablement succédé d'intenses polémiques. Et si l'indignation était largement partagée, poussant notamment plus de 4 millions de personnes dans la rue, beaucoup s'affrontaient sur tous les sujets possibles, notamment sur les réseaux sociaux. Qui a le droit d'être Charlie ? Doit-on être Charlie ? Qui a le droit de défiler ? Doit-on défiler ? Les musulmans doivent-ils se dissocier de ces actes de terreur ? etc… etc… etc…

 

Au-delà de leurs contenus, j'avoue avoir été peiné du ton de nombreuses réflexions que j'ai pu lire, en particulier sur Facebook. Si l'émotion est légitime, il convient évidemment de ne pas se laisser submerger au point de perdre son objectivité, sa capacité de réflexion, son calme, et le respect qui s'impose lorsque l'on souhaite débattre.

 

Voici quatre sources de réflexions que je tenais à partager avec vous. Vous constaterez si vous les lisez qu'elles ne concordent pas sur tous les points, notamment celles de Kareem Abdul-Jabbar, et de Abdennour Bidar.

 

Je n'ai pas de solutions à proposer pour éradiquer la faim dans le monde ou le terrorisme, et je m'interroge encore simplement beaucoup sur les évènements récents. Un enseignant d'arts martiaux n'a pas plus qu'un autre, autorité pour aborder les problèmes de société. Et je n'ai jamais confondu la confiance que des pratiquants pouvaient m'accorder sur un tatami avec le souhait d'être guidés dans leur vie. Ce post n'est donc rien d'autre que le partage arbitraire de sources de réflexions.

 

La première source vient du "blog d'un odieux connard". En voici un extrait :

 

"Merci donc à tous celles et ceux qui ont rivalisé d’arguments magiques ces derniers jours pour expliquer que toi t’es Charlie, toi t’es pas Charlie, toi tu es Charlie mais pas trop, etc.

 

On attend avec impatience la mise en place d’un permis de compatir.

 

Bien évidemment merci aussi à ceux qui ont relancé à coups de moi je ne suis pas Charlie, parce que c’étaient grave des oufs à contre-courant."

 

 

Odieux connard

 

 

La seconde source est un texte de Kareem Abdul-Jabbar publiée dans le Time. Extrait:

 

"I look forward to the day when an act of terrorism by self-proclaimed Muslims will be unuversally dismissed as nothing more than a criminal attack of thuggish political organization wearing an ill-fitting Muslim mask. To get to that point, we will need to tach our communities what the real beliefs of Islam are. In the meantime, keep my name on speed-dial so we can get through this together."

 

La troisième source est un texte du philosophe Abdennour Bidar. Extrait:

 

"… l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humains sur le chemin du mystère de l'existence… Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine je vois aussi autre chose que tu ne sais pas voir… Et cela m'inspire une question – LA grande question: pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ?"

 

Enfin je terminerai avec ces quelques lignes de Jean-Jacques Goldman à l'occasion des marches du 11 janvier:


"Je marche parce que 17 de mes compatriotes ne marcheront plus jamais,

Je marche parce que l'éducation marche mal,

Je marche parce que trop de pères reculent,

Je marche parce que l'intégration boite,

Je marche parce qu'il faut avancer.

(Je marche dans ma rue parce qu'à Marseille les partis politiques n'ont pas su marcher ensemble)."

 

 

Exceptionnellement je vous saurai gré de ne pas m'envoyer de commentaires avec vos opinions, quelles qu'elles soient. Je n'aurai malheureusement pas le temps de gérer le débat qu'elles risqueraient de faire naître. Quant aux sources, merci de ne pas m'en envoyer. Leur variété est assurée par ma capacité à utiliser le net, ainsi que par les milliers de contacts que j'ai, représentant un vaste échantillon de la population, présentant les opinions les plus divergentes…

 

 

Partager cet article

Commenter cet article