Budo no Nayami

Châtiments corporels au Japon

5 Octobre 2013 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Sous des dehors policés, le Japon est un pays très violent. La pression sociale y est terrible, et n'a sans doute aucun équivalent dans le monde. Moins connue, la violence physique est aussi très répandue. Pas sous la forme d'agressions physiques qui sont très rares dans l'archipel, mais à l'intérieur du groupe. J'en ai été le témoin lorsque je travaillais sur des chantiers, mais aussi dans la restauration, ou dans des dojos de Karaté.

 

Voici une vidéo qui scandalise le Japon. On y voit un entraîneur de Volley-ball de Shizuoka mettre treize gifles en seize secondes à un lycéen tout en l'insultant.

       

 

 

 

Bien entendu les sanctions physiques par les enseignants sont interdites depuis 1947. Et elles se font de plus en plus rares. A l'exception du domaine sportif ou les entraîneurs y ont fréquemment recours. Les conséquences de ces actes sont alors parfois dramatiques, tel le suicide de ce lycéen constamment frappé par son entraîneur de basket. Celui-ci a d'ailleurs, fait rarissime, récemment été condamné à un an de prison avec sursis.

 

Les morts du Judo

Chaque année, une moyenne de quatre enfants décède lors de la pratique du Judo au Japon. Ce sont ainsi 108 élèves qui sont morts ces 27 dernières années, d'arrêts cardiaque, lésions internes et attaques cérébrales.

 

Le plus terrible est que ces comportements sont tellement ancrés, qu'ils sont acceptés par la majorité. Dans un sondage, l'Asahi Shimbun révélait ainsi que plus de 60% des athlètes universitaires trouvaient acceptables les châtiments corporels.

Les mentalités sont toutefois sans doute en train de changer, comme le montre la révolte d'athlètes féminines de l'équipe olympique de Judo qui étaient régulièrement battues à coups de shinaïs par leur entraîneur.

 

Le Sumo n'est pas en reste, comme en témoigne la mort d'un apprenti en 2007. Là aussi, les punitions à coups de shinaïs sont monnaie courante…

 

 

Punition Sumo 01

 

 

Je ne suis pas pour une intrusion supplémentaire de la législation. D'après mon expérience les sanctions physiques sont d'ailleurs de plus en plus rares. Il faut simplement avoir conscience de ce problème qui, comme tant d'autres au Japon, est trop souvent méconnu.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

antony 10/10/2013 11:02


On est loin de la courtoisie... Aberrant et effrayant.

Léo Tamaki 10/10/2013 11:20



Oui, une facette méconnue de l'archipel...


 


Léo


 



Satya 07/10/2013 16:09


Je suis bien d'accord! Même s'il est vrai que l'époque Edo possède un charme indéniable. Mais bon, on y était pas, et ca ne devait pas non plus être marrant tous les jours... 

Satya 07/10/2013 15:44


C'est exactement ce que je voulais dire. Plus j'y vis, et plus j'y vois ;-)


Je ne sais pas comment c'était il y a cinquante ans, ni même il y a un siècle mais je pense que le fait de ce mode de vie "plein pot" capitaliste y doit y contribuer pas mal ...


Trop de pressions, trop de trop, tout le temps... et du coup, quand la soupape lache...

Léo Tamaki 07/10/2013 15:50



Je pense que chaque civilisation, à chaque époque, fait face à des problèmes. Il ne fait aucun doute à mes yeux que le Japon féodal n'était pas non plus un paradis ;-)


 


Léo


 



Satya 07/10/2013 15:29


Sans vouloir créer de débat inutile, beaucoup de choses ne tournent pas rond au Japon, surtout dans le Japon des grosses villes...


 

Léo Tamaki 07/10/2013 15:33



Je ne sais pas si c'est limité aux grosses villes, mais le Japon que l'on tend à idéaliser au regard de qualités indéniables, a aussi ses problèmes, en effet.


 


Léo