Budo no Nayami

Daniel Guichard, "Mon vieux"

5 Octobre 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Musique

"Mon vieux"…

"Mon vieux" est la chanson que je préfère de Daniel Guichard. Ecrite par Michelle Senlis et composée par Jean Ferrat en 1962 elle sera reprise et modifiée par Daniel Guichard en 74.

 

 

 

 

Daniel Guichard 01

Daniel Guichard

 

 

"Mon vieux"

Dans son vieux pardessus râpé
Il s'en allait l'hiver, l'été
Dans le petit matin frileux
Mon vieux.



Y avait qu'un dimanche par semaine
Les autres jours, c'était la graine
Qu'il allait gagner comme on peut
Mon vieux.



L'été, on allait voir la mer
Tu vois c'était pas la misère
C'était pas non plus l'paradis
Hé puis tant pis.



Dans son vieux pardessus râpé
Il a pris pendant des années
L'même autobus de banlieue
Mon vieux.



L'soir en rentrant du boulot
Il s'asseyait sans dire un mot
Il était du genre silencieux
Mon vieux.



Les dimanches étaient monotones
On n'recevait jamais personne
Ça n'le rendait pas malheureux
Je crois, mon vieux.



Dans son vieux pardessus râpé
Les jours de paye quand il rentrait
On l'entendait gueuler un peu
Mon vieux.



Nous, on connaissait la chanson
Tout y passait, bourgeois, patrons,
La gauche, la droite, même le bon Dieu
Avec mon vieux.



Chez nous y avait pas la télé
C'est dehors que j'allais chercher
Pendant quelques heures l'évasion
Tu sais, c'est con!



Dire que j'ai passé des années
A côté de lui sans le r'garder
On a à peine ouvert les yeux
Nous deux.



J'aurais pu c'était pas malin
Faire avec lui un bout d'chemin
Ça l'aurait p't'-êt' rendu heureux
Mon vieux.



Mais quand on a juste quinze ans
On n'a pas le cœur assez grand
Pour y loger tout's ces chos's-là
Tu vois.



Maintenant qu'il est loin d'ici
En pensant à tout ça, j'me dis
"J'aim'rais bien qu'il soit près de moi"
PAPA...


Beaucoup se reconnaîtront, je crois, dans ce môme de quinze ans qui n'a pas le cœur assez grand. Sans doute si je suis bouleversé moi-même à chaque fois que j'entends cette chanson est-ce parce que, au-delà de la beauté du texte et de l'interprétation, j'étais aussi trop pressé de faire ma route seul pour faire un bout d'chemin ensemble.
Aujourd'hui la vie me laisse le temps de vivre ces moments fragiles et j'en suis vraiment heureux.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Nico 07/10/2010 16:06



Pareil pour moi...



Joël 06/10/2010 22:51



salut Léo,


C'est vrai cette chanson est très émouvante....Quand je l'entend celà me fait penser à mon regretter père... c'était sa chanson préférée... cette chanson c'est lui .Et comme disais Nicolas Hulot
:"séquence émotion..." :)


A +



Léo Tamaki 07/10/2010 20:58



Salut Joël,


 


Oui, je trouve que cette chanson est très émouvante et je pense qu'elle renvoie nombre d'entre nous à leur vécu...


 


A+


 


Léo


 



musashisan 06/10/2010 15:16



tu as raison leo


c'est tres beau et j'adore aussi le sensibilité exprimé par franck Dubosc que j'apprécie aussi



Léo Tamaki 07/10/2010 21:00



Oui Franck Dubosc a des mots que j'apprécie dans cette séquence, come il le dit, ses larmes sont le plus beau remerciement qu'il pouvait adresser à Daniel Guichard.


 


Léo


 



Nadia 06/10/2010 10:44



Je suis à chaque fois très émue d'entendre cette chanson. Le sujet et l'interprétation me bouleverse, même si je ne me reconnais pas dans cet hommage à son père. Mon histoire est bien plus
compliquée, pour que je puisse m'y reconnaître... pourtant je peux comprendre ce qu'il ressent, ma mère et ma grand-mère l'ayant ressenti pour leur propre père (pas d'exemple garçon, car élevée
dans un environnement de femmes, les hommes étant ou absents ou "spéciaux" !!:d). Surtout, j'ai beaucoup (trop ?) d'empathie et suis très souvent aux prises avec des émotions qui n'ont
(apparemment) rien à voir avec mon vécu personnel. L'émotion m'émeut (pas très joli à dire, mais les mots parlent d'eux mêmes).


Pour revenir à la chanson (enfin !!), ce serait bien si elle pouvait servir aux "jeunes" afin qu'ils se rendent compte combien il est important de profiter des gens que l'on aime. Mais nous
savons tous que c'est difficile à 15, même 20 ans, de penser que la vie est courte : car à cet âge on ne pense pas à la fin, mais plutôt que l'on est éternel et que l'on a tout notre temps... On
a besoin de fuir de son environnement "bébé" pour s'émanciper, vivre sa propre vie ; puis, quand on a mûri, grandi, on revient pour profiter des siens, les querelles et les conflits de
générations derrière soi. Seulement, il arrive que ce soit trop tard pour certains.


Désolée d'avoir pris beaucoup de place dans ce commentaire (mi-perso, mi-psycho :d), mais j'étais d'humeur nostalgique après avoir ré-écouté le morceau. Donc Léo tu es entièrement responsable
!!!:D))) Bises



Léo Tamaki 07/10/2010 21:26



J'aimerai comme toi que cette chanson permette à quelques uns de profiter de moments qui ne reviennent jamais mais je fus le premier à ignorer cette chanson et la trouver ringarde lorsque j'avais
quinze ans...


 


Bises,


 


Léo