Budo no Nayami

Dix jours avec Akuzawa senseï

3 Juin 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Voilà trois jours aujourd'hui que la tournée européenne d'Akuzawa senseï s'est terminée et qu'il est reparti à Tokyo. Les dix jours que nous avons passés ensemble furent intenses et mouvementés mais riches en leçons comme son enseignement.



RIMG1684



Valencia, une leçon d'humilité
C'est à Valencia en Espagne que nous avons commencé la tournée. Akuzawa senseï fut séduit par la ville, la nourriture, le climat et l'hospitalité. Enchanté par le séjour son seul regret fut qu'il débute la série de stages au lieu de la terminer et lui offrir un repos qu'il mériterait les jours à venir.

Il y eut toutefois un incident notable lors de ces quelques jours. Alors que nous faisions la fête à la terrasse d'une ruelle le dernier soir, son assistante Nori se rendit soudain compte que l'on venait de lui voler son sac. Placée en bout de table, un couple de quinquagénaires s'était assis derrière elle avant de repartir nonchalamment… avec son sac, son argent, son passeport, ses clés et son téléphone portable.

Akuzawa senseï qui avait subi une telle mésaventure aux Etats-Unis fut, comme chacun d'entre nous, très… "contrarié". Mais alors que cet incident ne laissait présager que des désagréments en temps et en argent, c'est lorsqu'à la faveur de la confusion maître Akuzawa disparut à la recherche des pickpockets que je sentis que les choses prenaient une tournure inquiétante. Akuzawa senseï a beaucoup de qualités mais je n'ai jamais eu le sentiment que la retenue ou le contrôle en était une des principales. Je me voyais déjà en train de contacter tous les organisateurs et participants afin de leur annoncer que les stages étaient reportés car le maître était en grade à vue en Espagne pour avoir massacré un couple de détrousseurs… Par chance il revint sans avoir croisé le chemin des malfaiteurs.

Il est présomptueux d'imaginer que l'on pourrait avoir la capacité de battre des professionnels à leur propre jeu. Pourtant je ne pouvais m'empêcher de voir l'incident passé comme une défaite personnelle où mon attention avait été prise en défaut. Et c'était sans aucun doute le même sentiment qui avait provoqué la colère de senseï.


La nuit qui suivit fut agitée car il fallut se rendre au commissariat, contacter l'ambassade et plusieurs personnes au Japon. L'agent de Police qui prit notre déposition commença d'ailleurs à se mettre en colère lorsqu'il vit trois personnes le suivre dans son bureau, lui expliquant qu'il y avait la victime, un interprète franco-japonais et une interprète franco-espagnole… Compte tenu du fait que nous venions de vider un certain nombre de verres sa réaction était toutefois bien compréhensible.



RIMG1666



Bruxelles, une leçon de vie
Perdant Nori temporairement qui restait en Espagne pour refaire ses papiers avec Shizuka, c'est par Bruxelles que nous avons continué notre périple en récupérant Manabu en chemin. C'est Stéphane Crommelynck qui avait eu la gentillesse de s'occuper de l'organisation en Belgique. Une belle marque d'amitié et de confiance compte tenu du fait qu'il n'avait encore jamais rencontré Akuzawa senseï.

L'organisation fut comme toujours parfaite et l'audience au rendez-vous. C'est à l'
ACEPO, dojo historique fondé en 1946 et actuellement dirigé par Robert Roman que se déroula le stage. Robert est une véritable force de la nature mais surtout un homme au caractère vif et enjoué. Akuzawa senseï apprécia particulièrement les repas que nous avons partagés en sa compagnie et celle de Stéphane. Lors de l'un d'entre eux senseï dit:
"Il est vraiment important de vivre et pratiquer dans la joie. J'apprends beaucoup en votre compagnie et j'aimerai être comme vous."
A quoi Robert répondit dans un éclat de rire:
"Ca tombe bien moi j'aimerai être comme vous!"



Roman Akuzawa Crommelynck

Robert Roman, Akuzawa Minoru, Stéphane Crommelynck



Le second jour de notre séjour fut l'occasion de faire une séance photo sous la direction d'Hélène Rasse. J'attends avec impatience sa sélection de clichés.



Paris, une leçon d'engagement

Paris était la dernière et plus importante étape de la venue de senseï puisque c'est là que se déroulait à nouveau la formation instructeurs. Omettant de limiter le nombre de participants, c'est plus de trente pratiquants qui attendaient impatiemment senseï aux portes du Fushan Kwoon. Il y avait bien sûr les passionnés de la première heure, Kris, Manu, les membres qui avaient déjà participé à la première partie de la formation, et beaucoup de pratiquants que je n'avais fait qu'apercevoir lors de Master Class.

Les quatre journées de stages furent aussi intenses qu'agréables malgré les longs transferts entre le sud et le nord de Paris. La disponibilité des salles municipales est un atout en France. Le point regrettable mais compréhensible est qu'elles ne sont malheureusement pas disponibles en semaine durant la journée. Quel luxe cela aurait été de pouvoir pratiquer durant les quatre jours à Herblay…


Concernant le détail des cours je vous invite à consulter les
comptes rendus quotidiens de Manu qui, contrairement à moi, eu le courage d'écrire après les journées de pratique intensive.



Akuzawa décembre 09 27



Ceux qui attendaient des secrets ne furent pas déçus. Comme à chaque fois Akuzawa senseï révéla le cœur de sa méthode, Maho et Tenchijin. Comme à chaque fois il répéta que là se trouvait l'essentiel. S'il peut sembler incongru qu'une efficacité martiale puisse découler d'exercices aussi modestes c'est pourtant une conclusion que je partage. Je ne crois pas que le secret soit dans la forme du mouvement et il est sans aucun doute possible de faire travailler les mêmes principes et qualités dans un autre enchaînement. Akuzawa senseï aurait ainsi pu les multiplier dans sa méthode afin de satisfaire les pratiquants assoiffés de forme et remplir par la même occasion son portefeuille. Il a préféré aller à l'essentiel en créant des exercices simples qui, travaillés correctement et assidument, donnent d'excellents résultats.

Le travail de Maho et Tenchijin fait partie de ma pratique et je suis satisfait de ses effets. En croisant les mains avec d'autres membres de la formation instructeur lors des exercices ou des sparrings j'ai pu constater chez un certain nombre d'entre eux des progrès évidents. Je pense entre autres à Kris, Tangi et Tanguy. J'espère que les nouveaux pratiquants sauront, comme eux, voir la richesse de ce travail, et auront, comme eux, le courage de la pratiquer.



Akuzawa décembre 09 31

Akuzawa Minoru, fondateur de l'Aunkaï



Remerciements

Remerciements particuliers à César De La Cal, Stéphane Crommelynck, Robert Roman, Isseï Tamaki et Julien Coup pour l'organisation.

Merci à Damien et Patrick pour avoir jouer les chauffeurs.


Merci à tous les participants de la formation instructeurs pour leur enthousiasme et leur bonne humeur ;-)


Partager cet article

Commenter cet article

kiaz 21/10/2010 07:55



Salut Léo,


Quand on ma parlé de cet incident espagnol lors du dernier check en Bretagne, je venais juste de découvrir l'histoire. C'est juste aujourd'hui que je viens de lire cet article que j'ai
honteusement "loupé" pour cause des congés....


En tout cas se remémorer les souvenirs accélère l'envie de revoir tout le monde d'ici quelques jours!


A bientôt,


kiaz/Kris/Chris



Léo Tamaki 21/10/2010 08:12



Salut Kiaz,


 


Ha ha oui quelle histoire :D


 


A très vite,


 


Léo


 



patrickShotokan93 07/06/2010 00:11



Bonsoir Léo,


Cette première formation instructeur m'a fait sentir la richesse de l'Aunkai mais aussi son côté "austère" et la nécessité d'une pratique assidue.Beaucoup de travail en perspective, le corps
doit être forgé et nous en sommes l'unique forgeron.


J'ai apprécié d'avoir trouvé en Senseï Akusawa un amateur de musique classique, il l'est de grands vins à priori (pour un flacon de Romanée-Conti tu peux ouvrir la souscription dès
maintenant !)


Au plaisir de te revoir.


Très cordialement


Patrick 


Merci Léo pour cette organisation. 



Léo Tamaki 07/06/2010 15:56



Bonjour Patrick,


 


Tu as en effet mis le doigt sur deux caractéristiques de l'Aunkaï, son côté austère et la nécessité d'une pratique assidue.


 


Akuzawa senseï semble en effet avoir marqué les esprits avec le Romanée Conti :D Et il faudra effectivement une souscription si nous désirons lui en offrir un flacon :D


 


Merci pour ta présence et ta disponibilité.


 


Amicalement,


 


Léo


 



Ichimusai 05/06/2010 23:44



Merci beaucoup de l'opportunité que vous nous faites de rencontrer des maîtres et de pratiquer avec eux. C'est inestimable.


Cordialement. Ichi


 



Léo Tamaki 06/06/2010 16:23



Merci de l'intéret que vous leur portez ;-)


 


Cordialement,


 


Léo


 



Montaine 04/06/2010 15:54



Plutôt que le Champagne, je crois que senseï préfère le Romanée Conti ;)


Une indiscutable preuve de bon goût qui enchante mes origines bourguignonnes :D


Biz


 



Léo Tamaki 05/06/2010 00:59



Tout à fait :D


 


Quelle mémoire ;-)


 


Léo


 



Benoit 04/06/2010 13:38



Salut Léo !


Merci à toi, mille fois, de nous faire connaitre ta passion pour les arts martiaux au quotidien, et ainsi de nous la comuniquer et d'améliorer notre vie finalement :)


Et merci à Senseï Akuzawa également, grâce à sa méthode, mon mal de dos lancinant qui durait depuis janvier se tasse ! En seulement 2 semaines de modeste pratique ! C'est honnêtement merveilleux,
au point que j'ai envie d'offrir le champagne ! C'est dit.


 


A bientôt :)



Léo Tamaki 04/06/2010 15:25



Salut Benoît,


 


Merci pour la lecture ;-) Je suis heureux que la pratique de l'Aunkaï soulage ton mal de dos. Un de mes amis osthéo m'a dit qu'il comptait faire travailler certains exercices de l'Aunkaï à
quelques patients. Tu as eu une bonne intuition!


 


A bientôt,


 


Léo


 



Vincent 03/06/2010 20:15



Salut Léo !


Merci pour les anecdotes !


Quelquepart, ça fait plaisir de lire que M. Akuzawa a le sang chaud ! L'image des petits malfrats face à lui, même si je n'ai pas la chance (encore) de le connaître en live, me fait sourire :)


Merci pour tes articles, comme toujours.


Amitiés. Vince.


 



Léo Tamaki 03/06/2010 23:39



Salut Vince,


 


Clairement il y aurait eu du spectacle. Pas longtemps, mais il y aurait eu du spectacle :D


 


Merci pour la lecture ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Montaine 03/06/2010 18:25



Une découverte et une révélation cette master class pour moi :)


Merci à Akuzawa senseï, merci à Nori et Manabu.


Merci à tous ceux qui ont participé à l'organisation.


Et MERCI à toi Léo!


Merci aussi à tous ceux avec qui j'ai pratiqué (Erwan et Julien notamment) pour leur gentillesse et leur patience vis à vis de la débutante que je suis.


 


Biz



Léo Tamaki 03/06/2010 23:40



Merci pour ton message, ta curiosité et ta présence :D


 


Bises,


 


Léo


 



Serge Gagnaire 03/06/2010 18:04



Bonjour Léo,


Merci d'être à l'origine de la venue du maître, bravo pour la somme de travail que doit représenter toute l'organisation. J'ai apprécié ton attitude et tes conseils. L'ami qui est venu avec
moi  (professeur d'aikido et pratiquant de longue date) ne connaissait pas l'aunkai et a fait confiance à mon enthousiasme, il est reparti conquis et motivé pour approfondir la pratique.


Amitiés


Serge (la cheville bandée)



Léo Tamaki 03/06/2010 23:41



Bonjour Serge,


 


Merci pour ta présence ce week-end, en particulier malgré ta blessure. Je suis content que ton ami ait apprécié.


 


Très bon rétablissement à toi!


 


Amicalement,


 


Léo


 



PETITFOUR Julien 03/06/2010 16:59



Dérober le sac de l'assistante d'Akuzawa sense!


Il y a vraiment des inconscients sur Terre!! Les pauvres, ils ne ressentent pas le danger.


Etonnant qu'ils soient arrivés à l'âge de 50 ans... Ils vont peut être pas faire beaucoup plus.


Fallait quand même le faire^^


 


 



Léo Tamaki 03/06/2010 17:29



C'est clair que c'est l'un des derniers qu'il faut dérober :D


Et j'ai vraiment eu peur qu'il les retrouve!


 


Léo


 



Spiral 03/06/2010 15:52



K !


!!!


du pur bonheur qu'on voudrait ne jamais voir achever, vous me manquez déjà.


Mais comme l' a dit sensei, il ne sert à rien de trop se voir, il faut retourner dans la forge pour mieux amalgmer ses précieux enseignements.


vivement les prochaines dates,


encore un Grand Merci a Toi et Ceux qui ont oeuvré pour cette belle rencontre !


Tangi


 



Léo Tamaki 03/06/2010 16:41



Ah tu me manques aussi :D


 


Mais il est vrai que question pratique le travail en solitaire est la fondation...


 


Merci pour ta participation, ton énergie et ton enthousiasme communicatifs!


 


Léo