Budo no Nayami

Entretien avec Hino Akira senseï (12): armes et mains nues

25 Avril 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Doit-on aborder la situation de la même façon si notre adversaire est armé ou pas?
Oui. Lorsque l'adversaire à une arme la plupart des gens se retrouve obnubilé par sa présence. Mais c'est aussi le cas de celui qui l'a en main. A moins d'avoir affaire à un expert une personne armée est donc plus prévisible.


Hino-mai-09-031.jpg



Pratiquer à mains nues comme si l'on était armé, pratiquer avec une arme comme si l'on avait les mains vides
Il est indéniable qu'une arme est un avantage considérable entre les mains de quelqu'un sachant s'en servir. En revanche comme l'explique Hino senseï:
"A moins d'avoir affaire à un expert une personne armée est donc plus prévisible."

Hino senseï fait partie de ces maîtres qui ont combattus dans la rue et ses conseils ont le poids de l'expérience. Une expérience qu'il ne cherche pas à transmettre à travers des "recettes" techniques, "si on t'attaque comme ça, tu fais ça, si…", mais à travers des exercices épurés permettant de travailler des principes essentiels de la pratique martiale. Une démarche qui paradoxalement rejoint ainsi le système de transmission des koryus japonais.



Hino-ao-t-08-159.jpg



Extrait de l'interview de Hino senseï:


Vous habitiez un quartier difficile dans votre jeunesse. Vous êtes-vous souvent battu à l'époque?
(Rires) Oui je me suis souvent retrouvé dans des bagarres. J'ai grandi dans un quartier mal famé d'Osaka où les bagarres se déclenchaient pour un rien. C'était une époque très dure. La guerre venait de se terminer et il y avait encore une très grande violence. Les couteaux et les chaînes de vélo sortaient tout de suite et on se battait comme ça.
J'essayais toujours de ne pas y être mêlé à mais c'était très difficile dès qu'apparaissait une arme en face. (Rires) Malheureusement il n'y avait souvent pas d'autre solution.
Avoir vécu cela m'avait profondément marqué. A mes débuts par exemple si je commençais à perdre au Dojo face à un 4ème dan en pratiquant dans "les règles", instinctivement je commençais à me battre différemment et on me rappelait à l'ordre en me disant de ne pas gagner en me "bagarrant".
C'est aussi ce genre de choses qui ont fait naître des doutes en moi et par la suite dans mon Dojo le combat était effectué sans règles. J'ai alors eu plusieurs fois l'occasion de voir l'effet pervers des règles quand de hauts gradés d'autres disciplines qui venaient chez moi étaient régulièrement pris par surprise sur tous les coups visant des cibles "interdites" dans leur Dojo. C'est le côté effrayant des règles.



Extrait du DVD de maître Hino



Hino senseï donnera une Master Class exceptionnelle à Paris les 1er et 2 mai. Le stage est ouvert à tous indépendamment du niveau et de la discipline pratiquée.


stage hino sensei 05 2010 web final



Note: Ces entretiens font partie d'une nouvelle série enregistrée. Il est possible que des erreurs se soient glissées dans mes retranscriptions mais j'ai pensé que l'intérêt des réponses dépassait le risque de mes fautes. Je prie les lecteurs de considérer ces entretiens comme des conversations rapportées qui pourront nourrir des réflexions et non comme paroles d'évangiles.


Partager cet article

Commenter cet article

matthew 30/04/2010 23:06



à propos de la vidéo postée ici :


hino sensei dit que la main doit partir en premier (si j ai bien compris) mas sur le ralenti en 5'02, il me semble qu on voit son bassin démarrer le mouvement. est ce une illusion? est ce que
hino sensei dit en réalité qu'un petit mouvement du bassin entraine la main, puis le reste du corps?


bon j aurais des questions à poser demain!


d ici là bonne nuit!


 



Léo Tamaki 01/05/2010 02:13



On voit effectivement que le geste naît du centre.


Plusieurs suppositions:


1 Il a raté sa technique. Cela arrive même aux maîtres :D


2 Le geste naît du centre mais la main part loin devant et le corps suit.


Et il y a encore sans aucuns doutes beaucoup d'autres possibilités ;-)


 


Bonne nuit,


 


Léo


 


 


 


 



Erwan 26/04/2010 13:55



Bonjour leo,


Passionnant sujet, celui de la "transférabilité" (aie, pas très français ça...) des mains nues aux armes (et vice-versa). Pratiquer à mains nues comme si on était armé et aux armes comme si
on était à mains nues : c'est vrai que ces deux formes de travail apparemment différentes se complètent admirablement :Je suppose que Hino sensei fait référence à l'attitude mentale juste et
aux principes d'utilisation du corps qui devraient être les mêmes dans un cas comme dans l'autre...Sinon, c'est vrai qu'il n'y a rien de tel pour saisir la distance et le timing justes que de
varier les longueurs d'armes, ainsi que les caractéristiques propres de chacune d'elle... ("sentir le poids de l'arme" comme dit Hino Sensei dans son interview) Curieusement, presque
magiquement, les armes de jet (shuriken, tir à l'arc...) enseignent aussi beaucoup sur le travail à main nues...transférabilité, je vous dis...


Merci pour cette nouvelle série d'entretiens. J'espère encore pouvoir être présent ce week-end...s'il reste de la place.


Amicalement


Erwan


 



Léo Tamaki 26/04/2010 18:07



Bonjour Erwan,


 


Je pense en effet que Hino senseï parle ici de l'état d'esprit et de l'utilisation du corps plutôt que de détails techniques.


 


En effet le travail des armes de jet semble modifier l'utilisation du corps. C'est un des exercices favoris de Kono senseï.


 


A ce week-end,


 


Léo


 



Spiral 26/04/2010 09:08



O !


tjs une façon remarquable de bouger son corps !


De l'aisance, "un doux félin" !


Et puis cette capacité à te mettre un vent de déséquilibre....!


Et puis j'aime bcp cette phrase ou il dit que ce n'est pas à nous de bouger mais l'autre qui fait naître la réaction, c'est ...!


voila bcp de  "!" mais cela me semble plus que légitime !


Porte toi bien !


T



Léo Tamaki 26/04/2010 10:27



Oui toujours une façon de bouger remarquable...


 


Porte-toi bien aussi ;-)


 


Léo