Budo no Nayami

Entretien avec Hino senseï (6): ishiki, la conscience

5 Novembre 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Vous utilisez beaucoup le concept  d'ishiki, conscience. J'ai le sentiment que votre conception est plus large que ce que ce mot évoque généralement.
Oui tout à fait. Lorsqu'on est frappé on a mal. La partie frappée est douloureuse. On la perçoit alors que l'instant d'avant on ne la sentait absolument pas. C'est l'ishiki de l'homme habituel. C'est insuffisant pour le budoka.
Le corps perçoit. Le corps sait. Le corps agit. Ishiki est un processus essentiel et indispensable.


(Note de l'auteur: Ishiki signifie conscience.)


(photo Jean-Baptiste Rosello)


Mais l'esprit conscient ne peut servir?
Oui. (rires) Mais il y a des étapes.  On passe d'abord par la conscience de la pensée. On touche le coude, on cherche à le sentir. C'est une étape préalable. Mais ce n'est effectivement pas la véritable conscience. Une fois cette étape consciente dépassée le corps agira de façon juste spontanément. La volonté et l'intention disparaîtront. C'est un long travail…


(photo Jean-Baptiste Rosello)


La conscience et la saisie de l'intention sont étroitement liées, la seconde ne pouvant être effective sans la présence de la première. Généralement, comme l'explique Hino senseï, la conscience est très limitée. Chacun ne sent que le déséquilibre important, comme la maladie, ou la douleur, comme une blessure ou un coup. C'est une sensibilité très "grossière".
La conscience doit être travaillée de façon subtile, dans l'ensemble du corps, de façon permanente mais non consciente. Paradoxe que de chercher à être conscient sans conscience… La véritable conscience doit englober la totalité de notre être. Hors notre corps est trop vaste pour que nous puissions traiter consciemment toutes les informations simultanément. C'est pourquoi il est nécessaire de n'être concentré sur aucune partie en particulier afin de les sentir toutes. On atteint alors à ce que je conçois comme le véritable esprit de zanshin…


(photo Jean-Baptiste Rosello)


Hino senseï donnera un stage du 8 au 16 novembre à Paris et fera une démonstration exceptionnelle à la Nuit des Arts martiaux Traditionnels 09 (NAMT09).


Note: Je n'ai pas enregistré ces entretiens et les écrits de mémoire. Il est donc possible que des erreurs se soient glissées dans ces retranscriptions mais j'ai pensé que l'intérêt des réponses dépassait le risque de mes erreurs. Je prie toutefois les lecteurs de ne prendre cela que comme une conversation rapportée qui pourrait nourrir des réflexions et non comme paroles d'évangiles.


Partager cet article

Commenter cet article

Nestor 07/11/2009 10:19


Bonjour Léo,

A la recherche du zenshin kankaku (conscience corporelle globale) tout en saisissant l'intention de l'adversaire.. C'est du travail.

Amicalement.


Léo Tamaki 07/11/2009 22:17



La route est longue mais passionante ;-)

Léo



Steph 05/11/2009 19:47



Merci Léo, pour ce bel article ainsi que celui sur le Keai, continuité de ce que tu nous fait découvrir ce week-end.
Amitiés
Stéphane



Léo Tamaki 05/11/2009 20:40



Merci pour la réceptivité à ce travail très difficile à partager car très subtil.

Amicalement,

Léo



Michael 05/11/2009 18:40



Cher Léo,


 


 Avec l’intention et la conscience, tu nous fais aborder les 2 piliers de la sagesse……


Dans mon club d e tir à l’arc, j’ai la chance d’avoir un coach de très gros calibre, sophrologue, et grand admirateur du travail mental des archers coréens (les meilleurs du monde).


IL essaie d’aborder ces questions avec de bons compétiteurs, ayant  5,10, 15, 20 ans de tir à l’arc mais aussi avec des débutants……. Mais je reste le seul du club à être pleinement réceptif
à ces questions fondamentales……, ce qui me permet d e travailler avec un arc puissant .  J’ai une expérience relativement réduite du tir  à l’arc , mais avec le bon état
d’esprit, chaque flèche que je tire me fait gagner autant d’expérience que 10 ou 20 flèches chez mes collègues……


 


Merci à ma bonne éducation Tamaki-esque !!!!! (rires)




Léo Tamaki 05/11/2009 20:38



Cher Michael,

Deux piliers en effet qui sont paroifs relégués à l'écart de la pratique.

J'imagine que ton parcours te rend sensible à ce que ton coach essaie de vous transmettre. C'est une chance pour lui comme pour toi ;-)

Bonne pratique!

Léo



tangi 05/11/2009 15:53


Bonjour, bonjour

c'est complètement ce que je recherche, une pratique du corps qui amène a un état de conscience a la fois hors et ds le monde. Du très haut niveau, que chacun devrait rechercher quelque soit sa
voie.
Et cela n'empêche en rien de bien délirer/ s'amuser / etre futile?
, la vie est une question d'enthousiasme , disait un yogi, ce qui veut dire être connecté a...  que chacun y mette sa projection/croyance/nom.
Un brin mystique....-)

Mu, comme dirait l'autre !

Zanshinment
Tangi


Léo Tamaki 05/11/2009 17:32



Oui, quel que soit le niveau et le sérieux de la recherche, cela n'empêche en rien de pratiquer dans la joie sans se prendre au sérieux ;-)

Léo