Budo no Nayami

Entretien avec Shimizu senseï (10): J'ai projeté Osenseï

18 Février 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Il m'est arrivé de projeter Osenseï!

Pardon?!
Un jour il me dit "Shimizu essaye de faire shiho nage.". Bien entendu j'hésite. (rires)
Il me dit "Vas-y." alors je m'exécute.
Pendant que j'entame le mouvement il commence à dire "Non ce n'est p… Oui c'est ça c'est ça."
Je l'ai fait deux fois et il a chuté. (rires)

En voyant cela les gens se disaient qu'Osenseï était vraiment bon avec moi. Mais ce que cela signifiait c'est surtout qu'il était très exigeant.

Lorsque je rencontre des anciens qui n'ont pas eu à être les uke d'Osenseï je leur dis qu'ils ont eu de la chance mais eux le regrettent. Et je comprends ce sentiment. Aujourd'hui j'ai conscience de ce trésor mais ce n'était vraiment pas évident tous les jours…



1005TWSÉpÉìÉtfin12

Lorsque Shimizu senseï m'a raconté cette anecdote j'étais stupéfait car il est notoire qu'Osenseï ne chutait jamais excepté avec quelques pratiquantes. Un shihan m'a d'ailleurs dit en riant qu'il chutait de façon très raide.


Il faut être bon uke pour être bon tori

J'ai longtemps cru et répété cela. Mais je n'en suis finalement pas certain. Je crois qu'il est possible d'être bon tori sans être bon uke. Et vice versa. Mais pas bon Aïkidoka. Quoique si le shihan disait vrai et qu'Osenseï chutait… moyennement…

Personnellement j'attache beaucoup d'importance au travail de uke qui m'intéresse au moins autant que celui de tori. Les deux maîtres que je suis le plus, Kuroda senseï et Tamura senseï, ont d'ailleurs beaucoup travaillé ce point.


Tamura Nobuyoshi 001-copie-1

Aujourd'hui j'ai conscience de ce trésor mais ce n'était vraiment pas évident tous les jours…


Osenseï est le fondateur de l'Aïkido et l'un des plus grands Budokas de l'histoire. Il n'en reste pas moins un homme avec ses forces et ses faiblesses. Vivre à ses côtés demandait un dévouement sans faille et plus d'un shihan m'a parlé de ces moments difficiles que personne ne tolèrerait aujourd'hui. A présent les hagiographies abondent mais je ne crois pas que cela soit une bonne chose. A mes yeux l'œuvre d'Osenseï est d'autant plus grandiose qu'elle est celle d'un homme. Un homme qui pouvait avoir un tempérament difficile malgré ses incroyables qualités. Un tempérament que devaient subir ses disciples.
Je crois qu'il est important que nous comprenions les énormes efforts que fournirent tous ses deshis, leur dévotion à Osenseï afin de remercier le Fondateur pour la création et l'enseignement d'un art qui apporte tant à nombre d'entre nous. N'oublions pas cela et essayons à notre mesure de les remercier et les servir dans la mesure de nos moyens. Lorsqu'un maître enseigne il offre ce qu'il a de plus cher. J'en suis toujours extrêmement ému et reconnaissant et j'ai sincèrement souvent honte du peu de gratitude que je leur manifeste.


Shimizu senseï donnera un stage en France les 27 et 28 février.


affiche shimizu sensei 02 2010 V3 Fr web

Attention, merci d'envoyer les préinscriptions avant le 20 février!


Note: Ces entretiens font partie d'une nouvelle série enregistrée. Il est possible que des erreurs se soient glissées dans mes retranscriptions mais j'ai pensé que l'intérêt des réponses dépassait le risque de mes fautes. Je prie les lecteurs de considérer ces entretiens comme des conversations rapportées qui pourront nourrir des réflexions et non comme paroles d'évangiles.


Partager cet article

Commenter cet article

Champi 23/02/2010 18:13


Bonjour, je voudrai savoir si quelqu un pratique à argenteuil, et savoir comment vous trouver les cours!!
Merci d'avance.


Léo Tamaki 23/02/2010 18:50



Bonjour Champi,

Mon élève Julien Coup enseigne à Argenteuil et je le recommande vivement. Mais le mieux est que tu ailles te faire une idée par toi-même.

Léo



Maximinus 19/02/2010 13:22


Bonjour Léo,
Merci pour ces quelques précisions et la rapidité de ta réponse.
Au plaisir de te croiser sur les tatamis et de te projeter par la toute puissance de mon ki ;)
R.


Léo Tamaki 19/02/2010 18:06



Bonjour Maximus,

Au plaisir de subir ton ki :D

Léo



Arnaud 19/02/2010 03:47


Et bien Shimizu sensei n'est pas le seul à avoir eu l'honneur de projeter O sensei ;p

http://www.youtube.com/watch?v=adsgHdlR_Vo

Et en effet on peut constater que shimizu à raison sur les chutes d'Ueshiba, mêmes si son age et son tori sont des circonstances plus qu'attenuantes^^


Léo Tamaki 19/02/2010 12:13



Bonjour Arnaud,

Merci pour cette excellente vidéo que j'avais totalement oubliée :D

Attention je n'ai pas dit qu'il s'agissait de Shimizu senseï s'exprimant sur les chutes d'Osenseï ;-)

Léo



Maximinus 18/02/2010 21:27


C'est curieux (et un tantinet hors-sujet, je le concède), mais je m'étais laissé dire qu'O Senseï ne nommait pas les techniques.
Par ailleurs, j'ai cru remarquer que les enseignants sont généralement réticents quand ils servent de uke à leurs élèves et qu'il s'agit de subir une technique jusqu'à son terme (chute,
immobilisation...).
Petite manifestation d'ego ou question d'étiquette ?


Léo Tamaki 18/02/2010 22:17





Bonsoir Maximus,


 


Effectivement Osenseï semble avoir peu nommé les techniques. D'après ce que j'ai compris celles qui étaient nommées étaient ikkyo, shiho nage,
tenchi nage… Lorsque j'en ai parlé à Shimizu senseï il m'a répondu ceci:


 


"Aujourd'hui certaines écoles précisent le nom des techniques et nikyo est par exemple parfois appelé kote hineri. Avant ces termes
n'étaient pas utilisés. Si Osenseï revenait parmi nous il serait vraiment surpris d'entendre kote hineri, ude osae, etc… Ce sont des noms qu'il n'a jamais utilisés.


Osenseï employait par exemple le terme ikkyo et disait que cela correspondait au fait de contrôler aïte grâce à son ki. Il demandait
d'immobiliser comme si l'on poussait directement le sol!


 


Lorsque je faisais tenchi nage il me disait "Tout le monde peut projeter un homme, pense que tu absorbes la terre entière lorsque tu
exécutes cette technique!"


Je me demandais bien ce que pouvait être la sensation d'absorber la terre. (rires) Mais bien sûr on ne pouvait pas lui poser ce genre de
questions.


Maintenant je comprends ce qu'il voulait dire… C'était un enseignement incomparable."


 


Concernant le fait de ne pas subir les techniques c'est en réalité plutôt spécifique à l'Aïkido. Ce n'est en aucun cas lié à l'étiquette car
dans les koryus les anciens et le maître servent de uke. Est-ce un choix pédagogique? Philosophique? Est-ce dû à la paranoïa de Takeda Sokaku? Difficile de trancher car personne n'a abordé le
sujet.


 


Chez les maîtres qui subissent la technique il y a ensuite ceux qui chutent quand l'élève a fait un progrès dans la direction qu'ils
souhaitent, et ceux qui ne chutent que lorsque la technique est parfaite (autant dire jamais ou presque :D). Il est évident que chez certains (la plupart?) il peut y avoir une part d'égo dans
le fait de ne pas chuter.


Personnellement je prends grand plaisir à chuter et d'autres enseignants tels que Brahim Si Guesmi travaillent aussi régulièrement avec leurs
élèves. Tant que les résultats sont au rendez-vous, tout va ;-)


 


Léo


 




Erwan 18/02/2010 09:49


Bonjour Leo
Oui, la gratitude et la reconnaissance envers nos guides (et nos partenaires d'entrainement) sont deux sentiments vraiment forts qui nous submergent parfois. je crois qu'il est bon de les laisser
grandir en soi... Un des sens profonds de l'étiquette des Budo est cette gratitude n'est-ce pas? Je crois me souvenir que Maitre Tamura a de belles pages là-dessus dans son livre "Etiquette et
transmission".
Vraiment cette série d'entretien avec Maitre Shimizu est très belle. Merci de les partager avec nous.
Amicalement
Erwan


Léo Tamaki 18/02/2010 12:11



Bonjour Erwan,

La gratitude est en effet un sentiment nécessaire trop souvent absent. Les choses sont considérées acquises dès lors que l'on paye une cotisation mais nos partenaires et nos enseignants nous
offrent bien plus que cette valeur financière...

Etiquette et transmission est un excellent ouvrage que j'apprécie particulièrement.

Merci pour la lecture.

Amicalement,

Léo