Budo no Nayami

Héros anonymes…

6 Avril 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Blog

L'Histoire n'a pas assez de mémoire. Années après années, siècles après siècles, la tragi-comédie de l'homme continue. Guerres, amours, amitiés, trahisons et sacrifices se succèdent et donnent l'impression que nous répétons invariablement les mêmes scénarios. Dans ce théâtre de l'humanité où la même pièce se rejoue à l'infini seuls les costumes changent…

 

L'Histoire n'a pas assez de mémoire. Aujourd'hui les conquérants qui faisaient trembler les empires sont évoqués en quelques lignes, les artistes de génie ne sont plus que des annotations. A une époque où tout s'accélère héros d'un jour et quarts d'heure de célébrité ont remplacé les destins d'une vie. Combien de justes sont aujourd'hui honorés dans cette Histoire où les tyrans font les gros titres…

 

 

Pompier japonais 01

 

 

Fujio Koshita

Alors que le Japon panse ses plaies certaines histoires emblématiques nous parviennent. Drôles, sordides, tragiques ou héroïques elles sont le témoignage d'un événement dont je crois que nous peinons aujourd'hui encore à prendre l'ampleur. Celle de Koshita Fujio a été maintes fois reprise ces derniers jours.

Dès le début des secousses du tremblement de terre de magnitude 9 ce pompier de 57 ans se précipite vers sa caserne. Horrifié il découvre que la puissance des premières secousses a coupé l'électricité et que la sirène utilisée pour avertir de l'arrivée du tsunami ne peut plus fonctionner. Dénichant une vieille cloche manuelle il envoie ses collègues se mettre à l'abri et se précipite sur le toit du bâtiment. Face à la mer et à la gigantesque vague qui se rue sur lui il sonne la cloche de toutes ses forces dans l'espoir d'épargner le plus grand nombre de vies. Aujourd'hui encore les habitants se souviennent de ce son qui sauva sans aucun doute nombre d'entre eux.

 

Koshita Fujio n'est que l'un des innombrables hommes qui ont sciemment mis leur vie en jeu le 11 mars pour sauver d'autres hommes. Rien que dans la ville d'Otsuchi où il se trouvait sept autres pompiers ont trouvé la mort. Malgré leur sacrifice on dénombre 1 500 victimes dans cette ville qui comptait 15 000 habitants.

 

 

Sauveteurs Japon 01

 

 

Héros anonymes

Jeune j'étais transporté à la lecture des destins des "grands hommes", conquérants et autres "héros" de l'Histoire. Aujourd'hui ce sont les anonymes que représente Koshita Fujio qui me touchent au plus profond…

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Daiki 12/04/2011 11:55



J'ai vu un film hier :


L'honneur des guerriers


Le RCT était une unité d'infanterie U.S formée par des volontaires Nippo-américains engagés pour démontrer la loyauté et le patriotisme des Nippo-Américains envers la nation d'adoption de leurs
parents. Alors que leurs familles (120 000 Nippo-Américains) étaient incarcérées dans dix camps de concentration sur le territoire américain.





Le 100th Battalion / 442nd Regimental Combat Team 


Comportant des soldats parmi les plus décorés de la Seconde Guerre mondiale, le 100e bataillon fut surnommé le « Bataillon du
cœur pourpre » en raison de la médaille militaire du même nom que chaque membre de ce bataillon a reçu à au moins un exemplaire. Le 100e Bataillon de Nisei (deuxième
génération de l’immigration japonaise aux États-Unis née aux États-Unis ou territoires dépendants) d’Hawaï a été rejoint et intégré au
442e RCT (Regimental Combat Team) composé seulement de 4 500 hommes. Grâce à l'héroïsme des hommes du 100ème Bataillon lors des combats en Italie, le Bataillon se voit
accorder le privilège de garder son appellation d'origine et le Regiment devient le 100/442ème de ligne. Malgré ce petit nombre, cette unité a reçu 18 143 décorations à titre
individuel.  (source wikipedia)


à leur retour, les survivants subiront le racisme américain ... en gage de leur dévouement...


http://fr.wikipedia.org/wiki/442nd_Regimental_Combat_Team#Introduction



Léo Tamaki 22/04/2011 00:10



Merci pour cette histoire que je ne connaissais pas...


 


Léo


 



Spiral 09/04/2011 14:07



k!


oui je pense que l'engagement est fort, d'autant plus que c'est vers la mort, "l'inutile de Cyrano" est  dans ce choix d'embrasser son destin, sa vie, sachant qu'il n'y aura peu etre pas de
retour...ou dans quelles conditions, c'est mon interprétation.


Le sacrifice de quelques-uns... pour le vivre de tous les autres.


Namu !


T.



Léo Tamaki 09/04/2011 15:18



Oui, combien face à un tel destin sont capables de l'embrasser... J'ai vu d'autres reportages poignants depuis cet article. Pas d'hommes bravaches ou inconscients, simplement des êtres humains
qui font le don ultime...


 


Léo


 



Alexandra 08/04/2011 09:46



Tout cela me rappelle un proverbe grec que je trouve assez approprié : "Si tu as de la chance, traverse; si tu as de la destinée, avance." Apparemment, c'est un proverbe que ces hommes doivent
connaître.



Léo Tamaki 08/04/2011 13:21



Persévérer oui, indifférent aux caprices du destin. Croire en le meilleur et garder espoir malgré les tragédies, garder à l'esprit l'exemple de ceux qui ont su se hisser au-delà de leur condition
d'homme...


 


Léo


 



Spiral 08/04/2011 09:33



Et Cyrano de dire:


"c'est encore plus beau quand c'est inutile..."


T.



Léo Tamaki 08/04/2011 13:19



"... c'est bien plus beau lorsque c'est inutile..." dit en effet Cyrano. Dans le cas présent toutefois je veux croire qe ce fut plus qu'utile...


 


Léo


 



Yann 08/04/2011 09:23



Salut Léo. En lisant ton post un mot m'est venu en tête et ne me quitte plus depuis:


"Abnégation"


 



Léo Tamaki 08/04/2011 13:17



Le mot est juste... très juste.


 


Léo


 



Daiki 08/04/2011 07:52



Une image très forte que celle de Koshita Fujio sur le toit frappant de son coeur la cloche...


Comme on dit ;) "l'histoire est écrite par les vainqueurs... les véritables héros sont mort eux ."


Encore un article poignant Léo.


Merci.



Léo Tamaki 08/04/2011 13:17



Merci pour la lecture et ton hommage.


 


Léo


 



anonyme 07/04/2011 23:45



on peut les appelés aussi, comme c'est écrit dans l'article les "kamikazes" du Japon moderne, leur voué un respect pour le sacrifice qu'ils sont capable d'accomplir, l'idée d'avoir peur
d'y aller, de ne pas vouloir y aller, mais de le faire quand même car sinon ce sera quelqu'un d'autre qui sera envoyé à leur place, je trouve ça héroïque.


liens de l'article : http://videos.letelegramme.com/player.php?sig=iLyROoafzuGj



Léo Tamaki 08/04/2011 01:47



Merci pour ce lien. Le sacrifice ne prend que plus de poids lorsqu'il est pesé, réfléchi...


 


Léo


 



Alexandre 07/04/2011 17:38



Salut Léo,


je trouve que ton article amène à une certaine prise de conscience et réflexion sur soi-même et le monde qui nous entoure. Ton article est un bel hommage à c'es hommes, trop souvent oubliés,
capables de donner leur vie sans rien en retour... Je me demande si je serais capable d'en faire autant si la situation se présentait à moi --'...


A bientôt,


Alex



Léo Tamaki 08/04/2011 01:42



Salut Alex,


 


Ces hommes nous amènent en effet à questionner notre véritable nature tout autant qu'ils sont le témoignage de ce que l'humanité peut révéler de meilleur.


 


A bientôt,


 


Léo


 



oliv 07/04/2011 16:07



 


Il est vrai que ces héros anonymes sont la quintessence du terme car ne recherche rien en retour que d’agir avec son cœur et non pour une soi-disante postérité….


 


Sans recherche de gloire ou de profit, cela est fait sans réflexion que celle du courage et du dévouement


 


Pour moi c’est le terme Héro dans sa forme la plus pure



Léo Tamaki 08/04/2011 01:40



Je ne sais s'ils ont hésité ou pas, mais il est certain qu'ils n'ont en aucun cas agit avec la moindre notion de profit comme tu le dis. De véritables héros.


 


Léo