Budo no Nayami

Interview dans Samouraï

31 Janvier 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Le 8ème numéro du magazine Samouraï vient de sortir en kiosque. Il contient entre autre une interview de moi réalisée par Gilles Werner et Ivan Bel ainsi que des articles sur Kanazawa senseï, la 4ème Nuit des Arts Martiaux Traditionnels, etc…

Lorsque j'ai eu le numéro en main j'ai été très heureux de voir la couverture qui est à mon goût la plus réussie depuis les débuts du magazine. Il s'agit d'une photo de maître Kanazawa effectuant une technique qui a fait sa célébrité, un coup de pied retourné en esquive qu'il aurait réalisé pour la première fois spontanément en compétition.

 

 

Samouraï 8 01

 

 

L'interview en elle-même rapporte bien mes propos. Une chose qui m'a toutefois fait rire jaune est l'accent qui a été mis sur une phrase que j'ai prononcée et qui me vaudra sans doute quelques nouvelles inimitiés… Le journaliste a abordé la question des relations entre les fédérations et j'avoue que je n'ai pas voulu m'étendre sur le sujet pour le moment. J'ai alors commencé à parler de grades et la discussion s'est un peu développée sur le sujet. Et la seule phrase qui a été mise en exergue de l'article est:

 

"Les grades devraient être une question d'école, de gens qui partagent la même conception de la pratique, comme au Japon."

 

Ce qui est je l'admets fidèle à la phrase originale dans le corps du texte:

 

"Alors au-delà du nombre de fédérations, je crois qu'il est important de prendre conscience que pour commencer les grades devraient être une question d'école, de gens qui partagent la même conception de la pratique et les mêmes formes comme c'est notamment le cas au Japon."

 

L'Aïkido est à un carrefour de son développement et va devoir répondre à plusieurs questions cruciales dans un avenir proche. J'approfondirai ma position sur ces questions dans un avenir proche. Je suis toutefois heureux que ces problèmes occupent les journalistes du monde martial, que ce soit "Samouraï" ou Karaté bushido". Dans un numéro récent de ce dernier son rédacteur en chef Ludovic Mauchien interviewait la ministre des sports, Chantal Jouanno. Voici des extraits de ses réponses sur l'Aïkido:

 

"Simplement, par principe, je trouve qu'avoir des fédérations très éclatées, ce n'est pas bien.

...

De toute façon, sinon, les fédérations n'ont pas les moyens de fonctionner correctement.

...

Vous seriez donc favorable à un rassemblement des différentes fédérations?

Oui. On ne s'en sort pas!

...

Je suis vraiment, autant que possible, pour un rassemblement."

 

A suivre…

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Nicolas H 13/04/2011 14:14



Bonjour Léo,


Je précise ma demande en reprenant une partie de votre réponse précédente : quels sont les problèmes de l'aïkido? 


Merci de répondre si vous pouvez.


 



Léo Tamaki 22/04/2011 00:18



Bonjour Nicolas,


 


Les problèmes dont souffre l'Aïkido sont à mon avis multiples. Mais il ne s'agit en réalité que de problèmes personnels puisqu'ils sont liés à une conception de la pratique et qu'il en existe de
nombreuses.


 


A titre personnel je regrette de nombreuses choses. En vrac et sans que cela soit exhaustif, loin de là:


- la tentative de contrôle de l'état


- une organisation fédérale qui me laisse insatisfait


- un système de passage de grades totalement inadapté


- un manque de reconnaissance pour les professionnels (je ne cherche pas à défendre ici ma position car je suis un des rares qui arrive vaguement à tirer son épingle du jeu, ce n'est pas le cas
de bien d'autres de valeur)


- un enseignement effectué par des personnes qui n'ont pas toujours un niveau que j'estime suffisant


- des "experts" qui sont restés bloqués au stade Shu


- des "experts" qui sont passés trop tôt au stade Ha


- des intégristes qui font du prosélytisme


- une cohérence martiale de moins en moins présente


- des "experts" qui abreuvent de discours et agissent à l'opposé de leurs paroles


- etc...


 


La liste pourait être très longue. Rien de tout cela ne m'empêche de dormir et je fais de mon mieux à mon maigre niveau afin d'améliorer, un tant soit peu, la situation.


 


Léo


 



Nicolas H 30/03/2011 14:40



Bonjour Léo,


 


Je pratique le Ju Jitsu, et je me demande ce qui pose problème à propos de l'aïkido? Une séparation "à la Roland Habersetzer" entre des "sportifs-compétiteurs" et des "traditionnalistes"?


Merci de répondre si vous pouvez.


 


 



Léo Tamaki 31/03/2011 12:49



Bonjour Nicolas,


 


Je vous répondrai avec plaisir mais je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question. Vous désirez savoir quels sont les "problèmes" de l'Aïkido?


Ou si l'introduction de la compétition dénaturerait la discipline?


Si vous me précisez votre pensée je ferai de mon mieux pour vous répondre.


 


Léo


 



pelissier 24/02/2011 22:20



bonsoir et merci d'avoir pris la peine de me répondre; je me suis sans doute mal exprimé car je ne parlais pas de ( re)trouver un état naturel mais, je crois, d'une "mémoire", d'une
"intelligence" inscrite dans nos cerveaux ( et je ne parle pas du 4 ème, celui  appelé le système nerveux entérique, dont on ne sait presque rien ), des milliers d'annés de lutte de survie
ont modelé notre être profond et continuent à influencer nos comportements, voir les écrits de boris cérulnik, de plus c'est une forme d'agressivité qui a permi  à l'être humain de devenir
ce qu'il est à ce jour, lire de lorenzt " l'agressivité en tant que facteur d'évolution".


ceci pour dire que tout en allant d'en votre sens lorsque vous parlez de modifications par un travail particulier, necessaire pour évoluer dans la pratique ( entrainement qu'il n'est pas besoin
d'aborder ici car il s'agit avant tout d'un vécu et qui doit être ressenti en son corps et esprit ), j'ai presque envie de parler d'un travail d'alchimie, dans le sens de transformation-mutation,
je pense que nous ne devons pas oublier, ou tenter deffacer ses "mémoires" mais les conserver par un travail en parallèle à celui que vous évoquez; en résumé je dirai que nous devons préserver
notre animalité tout en tendant vers une réalisation de transformation par un reformatage du corps qui doit entrainer un reformatage de l'esprit.


ah, si je vous saoule faut pas hesiter à me le dire....


et bonne chance pour votre dojo !


pelissier j.philippe



Léo Tamaki 02/03/2011 14:31



Bonjour,


 


En effet les modifications dont nous parlons sont de l'ordre du vécu et je crois comme vous que l'on ne peut en parler concrètement avec précision.


 


Quand aux mémoires, réflexes et autres instincts leur développement ou la lutte contre eux est un choix qui dépend des écoles. Il me semble qu'il n'y a pas de vérité absolue dans ce choix et que
les deux ont leurs intérêts.


 


Merci pour le commentaire.


 


Cordialement,


 


Léo Tamaki


 



pelissier 23/02/2011 17:39



bonjour,


je viens de lire votre arcticle et, bronchite présente j'en profite pour y mettre mon grain de sel; une précision avant tout, lors de mon dernier commentaire j'ai écris ..."copié-collé" je
parlais là de ces élèves qui font leurs la forme de corps de leur profs, maîtres et autres....chacun est unique de par sa culture, histoire....singer une forme sans le fond, où cela méne t'il ?
je ne critiquais en rien la relation maître disciple ( que j'ai eu la chance d'avoir ), seule filiation qui permet de transmettre réellement l'essence d'une école et qui respecte l'unicité de la
personne.


alors l'article, très intéressant et je suis d'accord dans le fond mais ( il fallait bien qu'il y en eu un ) lorsque vous parlez de modification en profondeur de l'utilisation du corps est ce :
d'aller d'un point a à un point b, ou est ce de revenir au point a en étant passé par le b?


ce n'est pas une question piége mais avec 30 ans de pratique et une recherche qui continue, je me demande ( en réalité  je le crois ) si l'apprentissage "classique" ne serait pas le meilleur
moyen de ne pas y arriver....je m'explique, comment ma fille de 2 ans et demi peut elle faire un ikkyo parfait alors que je m'amuse à la piquer avec le doigt ( technique du moustique )....affaire
à suivre.


la question-réponse qui me gène assez est celle sur la réputation de l'efficacité des pratiquants et de leurs techniques...pardon mais qui est critiqué ? les èlèves ? alors ce sont les
enseignants les responsables, aprés tout l'on n'enseigne que ce que l'on sait.les enseignants ? alors ce sont les élèves les responsables qui se laissent formater en une gestuelle sans sens, mais
avec de beaux discours j'en suis sur . alors que faut il faire ? là je pense qu'une fois de plus les enseignants ont une énorme responsabilité et ne doivent pas avoir peur de ruer dans les
brancards de leur fédé; et les élèves se doivent d'êtres plus attentifs à ce qu'ils apprenent ( aprés tout, l'escroqué est aussi responsable que l'esroqueur )


l'aïkido est très efficage, je suis bien placé pour le savoir et je ne parle pas de rencontres courtoises  ( sans rentrer dans les détails j'ai fait "portier" durant 3 ans ) donc la question
du style ne se pose pas.


je suis d'accord avec vous pour dire que le but de l'aîkido va au-delà de l'apprentissage de technique de combat et c'est justement  cela qui en fait une méthode ce combat redoutable, et
c'est ce qui permet à un pratiquant d'aîki de pouvoir suivre avec plus de facilité que beaucoup tout autre apprentissage....il y aurait tant à dire sur l'aïkido.
bonne suite à vous


pelissier j.philippe


 



Léo Tamaki 24/02/2011 13:17




Bonjour Jean-Philippe,


 


J'espère que vous vous remettez de votre bronchite.


 


La copie ne doit en effet qu'être une étape de la pratique. Malgré tout aujourd'hui je crois que le risque est plus de voir les gens vouloir sauter trop vite cette étape. Cela, comme le
contraire, ne pas savoir sortir de ce moment, est une erreur.


 


Concernant la modification de l'utilisation du corps il ne s'agit pas, pour moi, de retrouver un "état naturel" que nous perdrions en grandissant. Les enfants ont bien sûr un instinct qui leur
permet de se protéger, comme les animaux. Mais il ne s'agit que d'un instinct animal dont les résultats sont dépendants d'aptitudes athlétiques. Les modifications développées par un travail comme
celui du Shinbukan de Kuroda senseï par exemple ne sont absolument pas spontanées. C'est là où l'intelligence de l'homme fait la différence et lui a permis de compiler des siècles de recherche
martiale. Pour moi il s'agit donc d'aller d'un point A à un point B ;-)


 


Concernant la "responsabilité" du manque d'efficacité il s'agit de quelque chose qui est évidemment partagé. L'essentiel étant de chercher à résoudre le problème.


Je vous rejoins tout à fait sur le fait que l'Aïkido va bien au-delà d'un simple apprentissage technique.


 


Bon rétablissement,


 


Léo


 








p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; text-align: justify; font: 12.0px Arial}
p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; text-align: justify; font: 12.0px Arial; min-height: 14.0px}

Yaël 02/02/2011 00:44



Hello,


Ah oui en effet... la fatigue m'aura fait écrire une bétise je voulais dire Samourai. Déjà que je voulais me faire dédicacer celui ou ya un mec mal rasé qui pose dessus... mais quelqu'un l'a déjà
fait avant moi c'est donc moins rigolos !!


 


Amitié.


 


 



Léo Tamaki 02/02/2011 03:45



Non mais viens, n'hésite pas. J'ai un assistant qui les signe pour moi mais par amitié, pour toi je le ferai moi-même :-))))))


 


Léo


 



Yaël 01/02/2011 00:42



Hello !


Et ben décidément... que ce soir en couverture ou dans ses pages tu as une belle quote d'amour avec Dragon (je ne redirais pas cela très fort car je ne sais pas si les japonaises sont jalouses
mais je ne voudrait pas faire d'impair !!).


Bon voilà mon prochain petit achat alors ! Déjà que j'avais craqué quand j'avais vu un samourai tenant un sabre car il me rappelait quelqu'un !!


Amitiée noctambule !



Léo Tamaki 01/02/2011 13:44



Euh... Dragon a disparu il y a longtemps cher ami :D Là il s'agit de Samouraï. Même si en effet il occupe la même niche ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Jean-Claude 31/01/2011 10:22



Cher Leo,


Je n'ai pas eu l'occasion de te souhaiter une heureuse nouvelle année 2011.


Vu les stages et les articles sur  le Kishinkan, l'année semble bien s'annoncer pour toi.


Si la grandeur d'un homme et de ses idées se mesure à l'aune des inimitiés qu'elles attirent alors je te souhaite d'avoir le plus grand nombre d'inimitiés possibles. Ton point de vue sur les
grades et les fédérations me semble le plus sensé. Ce qui complique la donne en France est que l'Etat est toujours vu comme le seul garant de tout et de ce fait "arrose" de
subventions ceux qui sont bien vus. J'espère que tous ceux (j'en fais partie) qui ont envie de suivre l'"école" qui propose une conception de la pratique qui leur convienne, même en payant le
prix fort (financièrement j'entends) puisse continuer à le faire.


Amicalement,


Jean-Claude



Léo Tamaki 31/01/2011 13:46



Cher Jean-Claude,


 


Merci et très bonne année à toi aussi!


 


L'année commence bien en effet même si je sais que quelques perturbations seront inévitables à l'horizon de l'année.


Je reste confiant sur le fait que les pratiquants sincères et désireux de vivre leur passion libre trouveront toujours une solution. J'espère simplement que cela sera de plus en plus facile et
non de plus en plus compliqué...


 


Amicalement,


 


Léo


 



jean-claude defaux 31/01/2011 09:39



Quand j'ai commencé la pratique de l'Aïkido (vers 1967) ni la FFAAA ni la FFAB n'existaient. Mon premier dan m'a été décerné par Maître Noro Masamichi (que je salue avec admiration et respect)
puis validé automatiquement par la FFJDA. Je suis passé ensuite par l'Ecole Française d'Aïkido (Maître Noro avait alors infléchi sa recherche vers le Ki no Michi), dont les responsables
techniques étaient Jean-Pierre Lepierres et Christiian Bouché-Pillon, formés eux-mêmes par André Nocquet. Puis, j'ai été l'élève de Christian Mouza (FFAAA), de Marc Bachraty (FFAAA) que je salue
avec affection, et j'ai retrouvé vers la fin de ma pratique Michel Bécart (FFAB) qui fut l'un de mes partenaires (bien plus talentueux que moi) chez Maître Noro. Aucune fédération, aucune école
n'est propriétaire de l'Aïkido; dans chacune de ces entités on peut trouver des maîtres et des pratiquants de qualité et de fieffés crétins même chez les "haut gradés". Je rejoins l'appréciation
de Léo Tamaki : pratiquons dans l'école, le groupe ou la fédération qui nous convient et gardons l'esprit ouvert pour accueillir tous ceux qui pratiquent avec sincérité, engagement et droiture.
L'Aïkido n'a rien à voir avec une structure administrative.



Léo Tamaki 31/01/2011 13:42



Cher Jean-Claude,


 


Merci d'avoir pris le temps d'écrire ce commentaire plein de vécu et de bon sens.


 


Très bonne continuation,


 


Léo


 



Thibault 31/01/2011 06:17



Bonjour Léo


C'est vrai que votre interview était super. J'ai bien aimé aussi les article sur le Takeda budo et "Mantak Chia.


En tout cas ça fait plaisir d'avoir un magasine qui s'occupe vraiment d'arts martiaux et non de sports de combats.



Léo Tamaki 31/01/2011 13:38



Bonjour Thibault,


 


Merci, je suis content que l'interview t'ai plu. J'étais complètement HS ce week-end aussi je n'ai pas lu les articles mais je vais le faire cette semaine ;-)


 


Bonne pratique,


 


Léo