Budo no Nayami

L'ultime secret des arts martiaux

29 Mars 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Un ami m'a récemment envoyé un lien vers cette page:

 

 

Capture d’écran 2011-03-31 à 12.10.45

 

 

Ninja "X" nous propose d'apprendre pour 47,77$:

 

"Les secrets du combat bannis des dojos."

 

"Les tactiques les plus dangereuses et mortelles en quelques mouvements simples, courts et puissants."

 

"Ne soyez plus jamais inquiété par des adversaires plus massifs ou plus forts."

 

 

affiche-Bloodsport-3--l-ultime-kumite1

 

 

Le secret dans la pratique martiale

Il a toujours existé une tradition du secret dans la pratique martiale. A une époque où les techniques guerrières pouvaient faire la différence entre la survie ou la disparition d'un clan comme d'un homme, il est aisé de comprendre les précautions que prenaient les adeptes. Enseigner revenait à mettre sa vie entre les mains de ses élèves et c'est quelque chose que l'on ne faisait pas à la légère.

 

Malgré l'ouverture de la pratique au grand public il serait erroné de croire que cette tradition a disparue. Bien entendu je ne connais pas de maître qui imagine devoir se battre en duel ou se rendre au champ de bataille. Toutefois bien que leur vie ne soit pas en jeu les grands adeptes ont le plus grand respect et amour pour leur discipline. La transmission de leur art n'est pas une chose qu'ils prennent à la légère et il serait naïf de croire qu'ils enseignent tout ouvertement à chacun. Aujourd'hui encore ils observent, testent et jugent les capacités et le caractère de leurs élèves. Le paiement de cours permet d'être évalué. Ce que l'on fait ensuite des indices que l'on reçoit ne dépend que de nous…

 

Les tactiques les plus dangereuses et mortelles en quelques mouvements simples, courts et puissants

Il existe en effet quelques clés du combat permettant d'obtenir une efficacité rapide bien que limitée. Des stratégies et techniques qui permettent à un quidam de se débarrasser "facilement"… d'un autre quidam. Pour le reste la simplicité requiert une vie de travail comme l'explique maître Kuroda:

 

 

Il y a près de trois cent katas dans le Shinbukan. Chacun renferme-t-il un enseignement particulier?

Non. Les katas transmettent les théories. Mais il y a différents niveaux de katas. Les katas des débutants contiennent plus de gestes. Ensuite en avançant les katas deviennent de plus en plus simples.

Mais simple n'est pas le mot juste car leur simplicité apparente cache une plus grande difficulté. C'est très clair en Jujutsu ou Kenjutsu où les premiers katas sont faits de plusieurs séquences et où ils deviennent souvent un seul mouvement dans les katas supérieurs.

Dans les disciplines modernes on commence souvent par enseigner des techniques simples avec peu de mouvements au début. Les Bujutsu font le contraire.

Le nombre de mouvements peut faire apparaître les choses difficiles mais il suffit de faire les gestes les uns après les autres. Par contre les katas supérieurs demandent de comprendre les principes et de voir si le geste est effectif ou pas. Il faut sentir si l'on a réussi à prendre le partenaire ou pas. Mais pour une personne qui n'a pas la capacité de voir ce type de travail n'est d'aucune utilité. On peut expliquer de n'importe quelle manière, une personne qui ne voit pas ne comprendra pas.

Ce n'est pas que l'on réagit à une frappe ou une coupe. Il faut pouvoir saisir ce qui est invisible. Une personne au regard aiguisé verra tout ce qui se passe alors même qu'il peut n'y avoir aucun mouvement et qu'un œil non éduqué ne verra qu'une situation figée. Les gens qui ne voient que la forme extérieure ne peuvent pas comprendre. Ils imaginent qu'à tel geste correspond telle réaction et que sans mouvement rien ne se passe. Ils sont aveugles.

C'est là la vraie difficulté de katas qui apparaissent très simples en apparence.

Les katas de débutants qui semblent difficiles en raison de leur grand nombre de séquences servent à éduquer le corps et apprendre à bouger et sont en réalité plus faciles d'exécution.

 

NAMT-07-Kuroda_2.jpg

 

Partager cet article

Commenter cet article

pelissier 31/03/2011 23:29



bonsoir à vous,


ce type d'ouvrage n'est pas nouveau, dans les années 50 fut édité à toulouse un livre sur les points vitaux...


à la question de mr Erwan et à votre réponse, je dirai que oui ( j'en connais ) il existe des personnes qui ont ces connaissances et qui les transmettes mais leur façon de faire est plus que
"particulière"; je veux dire par là qu'ils affichent surtout leurs "supériorités" en étant d'une violence ( entre autre ) avec leurs élèves que cela relève plus d'une pathologie que d'un désir de
transmettre...reconnaissons que le milieu des Budo est très très particuliers.


maintenant de quelle éfficacité parlons nous, de quel type d'éventuel combat est il question ? de combat avec rituel aussi dur soit il ( ufc ) ? combat de rue ? combat de survie, militaire, civil
?à chacun de ces types correspond un entrainement


je crois en fait que tout est question personnelle, pour quel type de combat sommes nous fait ou à quel type de combat puis je faire face ? là, personne ne peut répondre à votre place; l'ethique,
la culture, sans oublié les filtres chimiques du cerveau ( j'aurais pas du ecrire ça mais...) font que certaines personnes sont "faites" pour être des combattants de type survie, et ce ne seront
pas forcement les meilleurs sur un tatami....et d'autres seront des grands champions ou enseignants-pratiquants sans avoir cet esprit "marche ou crève", cest ainsi.


cela dit, les Budo outre leurs éfficacités certaines permettent et donnent la possibilité de se réaliser en tant qu'être humain ( sans vouloir être pompeux ) et ma foi, c'est déja bien.


bonne fin de nuit.


pelissier j.philippe



Léo Tamaki 04/04/2011 12:20



Bonjour Jean-Philippe,


 


Il y a en effet une catégorie d'experts qui possèdent un savoir technique profond... dont ils se servent pour dominer leurs élèves, parfois avec violence.


Quant à la différenciation entre les différents types de combats elle est en effet intéressante et Henry Plée est l'un des premiers à avoir donné des indices pour explorer ces pistes.


Pour finir l'essentiel est comme vous le dites que les Budos puissent continuer à être des voies de développement personnel.


 


Léo Tamaki


 



davy 31/03/2011 18:36



vous vous prenez trop la tête les gars ... 47.77 ... j'achète  ! A moi la "ninja power" et la "ninja attitude"
 



Léo Tamaki 01/04/2011 02:50



:-)))


Je savais qu'il y avait un ninja en toi!


 


Léo


 



Spiral 31/03/2011 14:09



Hello !


LE  secret enfin révélé, l'arche d'alliance du martial....!


comme le disais justement un Yogi, "ne vous souciez pas du but, mais faites; faites et un jour ce sera fait "


T.


(j'agrée complètement, mais je dois bien avouer que j'aimerai bien y être ;-)



Léo Tamaki 31/03/2011 18:08



Salut Tangi,


 


Le secret du chemin pourrait en effet être de "simplement" le parcourir...


 


Léo


 



Erwan 31/03/2011 13:58



Bonjour Leo


Merci pour ce article passionnant


J'ai beaucoup ri, et reste ahuri par le lien vers les "Ultimes secrets ninja", surtout en apprenant que pour 47 dollars, on gagne en écoutant un enregistrement sonore l'équivalent de 97 heures de
leçons durement acquises! J'aime ce souci du détail...et vais m'empresser de le commander...ça m'économisera beaucoup de sueur, d'argent, de déplacements, et de frustration. Merci beaucoup!


Plus serieusement, la question de savoir/pouvoir utiliser un savoir-faire martial, à coup sûr et en situation critique reste vraiment essentielle, et chaque pratiquant devrait se la poser avec
lucidité, même si cee n'est pas celà qui motive sa pratique, quitte à passer par de grosses désillusions... Demeure la question de : qui possède cette capacité, veut-il et est-il capable de la
transmettre, si oui, comment, et en combien de temps? Sans oublier la question des motifs personnels et de l'éthique...Bon en fait celà fait déjà beaucoup de questions...


A très bientôt


Amicalement


Erwan


 



Léo Tamaki 31/03/2011 18:07



Bonjour Erwan,


 


Eh oui il reste encore quelques vestiges des années 70 et 80 où les méthodes ultimes enseignées par correspondance florissaient :D


 


Quant à la question de l'utilisation d'un art martial je crois comme toi qu'elle est essentielle mais beaucoup ne veulent en entendre parler. Je dis essentiel non pas parce qu'il s'agit du but
mais de la première étape. Un fondement qui peut ne pas avoir d'intérêt en soi comme objectif final mais qui doit être acquis si l'on a choisi une voie martiale pour en obtenir plus...


Concernant ceux qui possèdent, peuvent et veulent enseigner cette capacité, ô combien sont-ils rares.


 


A très bientôt j'esère.


 


Amicalement,


 


Léo