Budo no Nayami

La gifle, une technique efficace et mésestimée

26 Avril 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Les disciplines martiales enseignent souvent à leurs étudiants diverses façons de frapper avec le corps et notamment la main. Dans cet arsenal l'utilisation de la main ouverte est évidemment travaillée, notamment avec les piques ou les coups portés avec le tranchant. L'une des attaques les plus simples, la gifle, est pourtant souvent oubliée. Parce que la gifle a une connotation féminine dans l'esprit de certains pratiquants "virils"? Parce qu'il s'agit d'une technique simple et efficace et qu'il ne vaut mieux pas mettre ce type d'outil entre toutes les mains? Possible. Une raison de l'absence de la gifle dans les écoles anciennes est aussi qu'il s'agit d'un coup qui a un intérêt limité dans un combat de survie. Il s'agit d'une technique qui prend surtout son sens dans le contexte de la self-défense contemporaine. Démonstration.

 

La gifle, démonstration sur le vif

 

 



 

Cette vidéo présente un très bel exemple de gifle. Je ne m'attarderai pas sur la justification du coup et sa légitimité. A partir de la vidéo on peut supposer que l'individu à la casquette importune depuis un certain temps celui au T-shirt rouge, sans doute à l'entrée d'un établissement de nuit de type bar ou discothèque. Ce dernier est en garde passive, main droite le long du corps pour pouvoir protéger la partie basse de son torse tandis que son avant-bras gauche protège sa gorge et son visage (il existe une variante intéressante avec le bras droit à l'horizontale au niveau du plexus). Lorsque la personne à la casquette s'approche réduisant la distance déjà très courte il la frappe alors sèchement avec une gifle qui lui fait perdre connaissance. Il place ensuite la personne dans une sorte de position latérale de sécurité avant de partir rapidement, probablement pour appeler un collègue et ou des secours.

La gifle est presque un modèle du genre. L'appel est infime et ne permet aucune réaction à une distance si courte. Son auteur est probablement un professionnel de la sécurité qui sait jauger la situation et agir efficacement en conservant son calme.

 

Gifle au ralenti

 

 

 

 

On imagine les dégâts lorsque, comme dans la vidéo précédente, la gifle est portée à pleine puissance…

 

 

Gifle 02

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Emmanuelle 20/05/2011 15:56



Hmmmmmmmmmmmm, j'adore les citations!!!!  Leur avantage, est qu'elle permet de faire parler ceux qui n'ont rien à
dire...Mais comme je suis une super paresseuse parano et franchement emmerdante, j'avoue ne pas avoir, ni le temps, ni l'envie d'aller chercher, sur le net ou ailleurs de qui cette dernière est
née.


Je m'en vais donc rejoindre le petit groupe de personnes qui à force de vouloir exprimer des trucs et de ne pas systématiquement léchouiller les posts de certains auteurs de blogs, finissent par
ne plus y retourner, vu l'accueil et les "gifles" qui ne perforent certes pas les poumons mais vraiment sont gavantes et oui, "humiliantes".


Merci Monsier Pelissier pour votre réponse et le temps que vous y avez consacré!



pelissier 10/05/2011 22:03



bonsoir à vous,


ah ben me voilà de corvée de réponse...je plaisante bien sur !


je comprends et suis d'accord avec vos points de vue, qui sont plus proches qu'ils ne semblent; chère emmanuelle bravo, vouloir fuir est la bonne réaction ( les
femmes ont moins de problèmes de testo que nous ) et cela étant impossible vous avez fait face donc vous êtes dans la budo, il est important de savoir et reconnaitre que nos points de vue
résultent en grande partie de notre culture et éducation, donc mettons de côté le mot "humiliant", la gifle est une technique comme une autre ( je vous laisse imaginer la résultance d'un irimi
nage fait plein pot sur quelqu'un qui ne sait chuter et sur bitume...) qui a son efficacité dans des situations particulières, si certain la trouve humiliante c'est que cela éveille un écho
"culturel", autres cieux autres moeurs...je suis d'accord avec léo T, préserver l'intégrité physique de l'autre est d'une extrème importance , si nous ne le pensions pas c'est que l'écart entre
le discours et la réalité serait un vrai gouffre...en tant que pratiquants je crois que nous avons une responsabilité assez élevée, aprés tout les techniques que nous apprenons sont létales, si
si ( jusqu'au annés 70 il fallait présenter un casier judiciaire vierge pour passer le 1 er dan du moins en karate ), mais à cela s'ajoute un autre travail de réalisation de soi, pardon je ne
veux pas être pédant hein, donc si une gifle permet de conclure sans trop de dégats ok, la pratique donne "un pouvoir" qui va de pair avec une ethique et l'un ne va pas sans l'autre à mon sens
sinon nous tombons dans le coté obscur...ah ah ah désolé mais je ne pouvais passer à coté.


pour conclure je dirai que c'est le geste avec sa résonance culturelle qui choque, si il avait donné un bon crochet aux cotes , une possible perforation des poumons
ne se serait pas vu et beaucoup aurait dit" bonne frappe" alors que le résultat aurait été pire et comme disait maitre kenobi " tout est question de point de vue" méa culpa méa culpa, mais comme
a dit la rochefoulcaut "la gravité est la marque de l'imbécile"



Léo Tamaki 20/05/2011 11:42



Ne serait-ce pas "La gravité est le bonheur des imbéciles" de Montesquieu? (trouvé sur internet, ma culture et ma mémoire ne sont pas aussi étendues :D).


Dans les deux cas j'acquiesce ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Emmanuelle 10/05/2011 10:16



Le fait d'écrire sur la giffle c'est déjà intellectualiser les choses, non?:-) C'est facile d'opposer toujours intellect et action, une manière efficace en tout cas de faire taire l'autre! Donc,
tu as raison, n'en parlons plus. Juste une chose, le fait d'"évoquer une réaction vécue et spontanée et en situation était une manière justement d'anticiper ce type de réflexion qui sont vraiment
éprouvantes au bout d'un certzin temps: c'est trop intellectuel. Mais bref.


eh bien bonne aube et bon matin


emmanuelle



Emmanuelle 09/05/2011 22:27



Bonsoir Léo, bonsoir Jean Philippe,


pour reprendre votre commentaire, si effectivement la giffle est humiliante c'est que c'est fait pour dites vous:-)) Eh bien voilà: si dans un conflit nous devons passer par l'humiliation de
notre "adversaire", de celui qui nous menace, alors je pense que nous ne sommes pas dans la martialité. Comme vous le dites justement, le budo, c'est AUSSI cela "Lui ou Moi", oui, tout à fait
d'accord. La gifle n'est pas du "Lui ou Moi" c'est du "jte montre que j'en ai ras le bol en te montrant que t'es une crotte", ben non! Désolée! Ce n'est pas ma modeste conception des arts
martiaux:-))) Mettre hors d'état de nuire une personne dangereuse pour une tierce personne ou pour soi, ce n'est pas la giffler, puisque comme vous le dites, ainsi que Léo, c'est un
compromis...Il m'est arrivée seulement par deux fois de me trouver dans une situation disons...très violente et pour le moins angoissante. J'étais à mille lieux de vouloir giffler la personne. Je
voulais fuir...Et quand ça n'a pas été possible, alors oui, j'étais dans le "Lui ou Moi"et la gestuelle a plus que suivi...Bon, mon "agresseur" ne voulait sans doute pas me tuer, mon niveau 
fragile en Aikido a suffit, et vue la réaction de crainte de la personne, j'imagine qu'il ne devait pas être un maitre en arts martiaux..Ouf pour moi, mais bon. Ce que je veux dire est que la
giffle me semble animer d'intentions que je trouve nuisible à l'esprit budo, cela est tout:-)))


Je ne savais pas que les amérindiens "baffaient"....Les japonais mangent des suhis, j'admire profondément et éprouve un respect infini pour la culture japonaise, mais...je déteste les
sushis...:-)))oui oui, je sais j'ai honte:-) Mais bon voilà!


Un ptit café? Vous aimez donc le risque à ce point?


Bonne soirée à vous deux, Léo et vous


Emmanuelle


 



Léo Tamaki 10/05/2011 10:05



Je laisse à Jean-Philippe le soin de te répondre s'il le désire car comme je le disais dans une autre réponse pour moi considérer la gifle comme plus humiliante qu'un coup de pied ou autre chose
est une vue de l'esprit. Je pense simplement que le geste qui arrive spontanément est le bon et que toute considération intellectuelle est dangereuse et difficile dans l'action comme je le disais
plus haut. Quand bien même l'individu prendrait cela pour une humiliation je serait heureux si un jour une gifle résout une situation au lieu de quelque chose de plus "noble" dans son esprit mais
qui laisse plus de séquelles.


 


Je ne crois pas avoir par ailleurs parlé de compromis mais j'avoue que je n'ai pas le courage de relire tous les commentaires à ce qui est l'aube pour moi :D


 


Chez les indiens donc il semble que la gifle n'était pas humiliante, chez les japonais ce sont les coups de pieds qui étaient humiliants. Tout cela est bien sûr très lié à l'égo. Pour moi le
geste spontané et qui est suffisant dans l'instant en faisant le moins de dégâts est le meilleur. Je préfère infliger une blessure à l'égo de la personne qui me fait face qu'à son corps. Il ne
nous est d'ailleurs pas possible de connaître à l'avance ce que l'autre, aïte, considère comme humiliant. ;-) En revanche ce qui est certain est que dans mon éthique la préservation de l'intégité
physique de l'autre est une priorité. Si une action spontanée et nécessaire l'a permis alors j'en serai très heureux! A des lieues pour moi de l'indifférence et plus encore du mépris.


 


Léo


 



stefp 09/05/2011 10:47



Quelle violence dans ce geste. Le Tshirt rouge est un habitué de la castagne. Quand il met KO le casse-pied, il marche vers lui tout calmement, comme si ce geste avait été fait maintes
fois. Le Rouge ne met pas sa victime en position latérale de sécurité. Il le retourne pour fouiller son dos, et cherche si'l n'y a pas un flingue.



Léo Tamaki 09/05/2011 13:47



Evidemment l'appréciation est purement subjective mais à titre personnel je ne ressens pas une grande violence dans la mesure où l'action ne semble pas destinée à blesser ou faire souffrir mais à
mettre hors d'état de nuire. Je dirai plutôt que l'action est brutale, même si elle me paraît mesurée. Bien entendu je comprends que l'on ressente cela tout à fait différemment.


Quant à la palpation je n'y crois pas et il me semble qu'il s'agit plutôt de petites tapes dans le dos car l'individu est en T-shirt qui laisserait voir lorsqu'il est sur le côté une arme, qu'il
n'y a pas de vérification sur le devant et encore moins dans les poches. Le niveau de la palpation serait en totale contradiction, me semble-t-il, avec celui de l'action qui l'a précédée.


 


Léo


 



pelissier 07/05/2011 22:25



pardon, je n'avais pas lu les derniers commentaires, à melle Emmanuelle ( je viens de faire un commentaire sur un autre autre article ), je dirais que vous etes dans le vrai tout en ayant
tort....oui une gile c'est humiliant mais c'est peut être le but recherché en certaines situations qui autrement aurais pu aller beaucoup plus loin et son efficacité dans le moment coupe toute
escalade dans la violence qu'il peut y avoir lors d'une confrontation "physique" ou " verbale", je ne parle pas de théorie mais de pratique, je vous assure que cela a évité bien de
dégats...rappelez vous que les "amérindiens" ne connaissaient pas les coups de poings et donnaient des "baffes", attention chère demoiselle je ne vous critique pas, vous avez des convictions et
cela est louable mais ma foi, il existe des situations où le choix est simple ...c'est l'autre ou c'est moi ( ou pour protéger, secourir quelqu'un ) et le Budo est aussi cela...je n'en dirais pas
plus sauf devant un café ah ah ah


bonsoir,


pelissier jean philippe



Emmanuelle 07/05/2011 00:40



Ohhhh, alors si Chiba senseï a recours à la baffe, alors...Mais ça change rien. Même avec 15000 dans de différences, et malgré le respect que je porte forcément à cet auguste Monsieur, que
je ne connais pas, incultissime que je suis,je reste sur mes positions:-) C'est pas de la rigidité, juste la quête d'un idéal et ça...contre ça, personne peut rien! et surtout pas une baffe! Le
bruit d'une baffe, c'est comme celui des bottes...Cela m'est génétiquement insupportable!


Bonne soirée:-)


emmanuelle


 



Léo Tamaki 07/05/2011 00:47



Comme tu l'avais deviné ce n'était qu'un clin d'oeil, Chiba senseï ne faisant pas partie de mes références ;-)


 


Léo


 



Emmanuelle 06/05/2011 15:58



Si. Je trouve que l'indifférence c'est du mépris, c'est une question de degré. La gifle est humiliante,car si on considère qu'en venir en mains est le recours ultime quand on ne peut plus
communiquer et que l'on est en danger, alors normalement, une simple gifle ne doit pas suffire si la charge de violence est menaçante au point de nous faire agir. Comme tu le dis, une gifle est
moins violente, dés lors, ne pas en venir aux mains aurait été possible non? Le dessein d'une gifle n'est pas QUE de nous défendre, c'est là le problème. Je ne trouve pas ça sain. En plus, pour
les vidéos, surtout la 2ème, je trouve que cette vulgarisation de la violence, cette banalisation est insupportable. La gifle fait rire les spectateurs. Je ne trouve pas que la violence soit un
spectacle. Les arts martaiux parviennent à ennoblir cette violence qui est en nous et à la transformer en énergie. Apprendre à reculer l'instant d'en venir aux mains dans des situations extrêmes,
c'est cela aussi le message des arts martiaux. La gifle ne me semble pas dans cette lignée...


Bonne journée


emmanuelle



Léo Tamaki 06/05/2011 18:54



Ok c'est noté.


 


http://www.youtube.com/watch?v=Lo5Na1x6sAc


;-)


 


Léo


 



emmanuelle 05/05/2011 08:50



Bonjour,


la gifle, c'est l'indifférence en action, non? C'est un autre nom pour le mépris. Je trouve ça...glauque en fait.


Bonne journée


 



Léo Tamaki 06/05/2011 12:19



Euh... je trouve quand même qu'il y a un fossé entre l'indifférence et le mépris :D Beaucoup de choses provoquent mon indifférence, quelques unes le mépris, mais eles sont bien différentes. Par
ailleurs une gifle peut être efficace en laissant moins voire pas de séquelle, ce qui si lo'n arrive à prendre de la distance dans l'action et avoir une considération éthique (très difficile) est
un choix qui me semble judicieux et à l'opposé de l'indifférence.


La première vidéo est un peu glauque en effet, petit matin, endroit désert, mais l'homme qui frappe ne me semble pas faire preuve d'indifférence ni de mépris. Il ne s'acharne pas, ne crache pas,
n'invective pas mais met doucement l'autre individu dans une position latérale de sécurité. On aimerait en voir autant de toutes les personnes engagées dans des altercations :-(


 


Bonne journée,


 


Léo


 



Matthew 28/04/2011 13:50



J'aime bien la vidéo du ralenti..


Du coup j'ai cliqué sur le lien vers la compilation de "things but very slowly". Il y a une vidéo ou le gars allume un briquet : c'est étonnant de voir que même sur un geste aussi simple, les
muscles du cou sont mobilisés aussi!



Léo Tamaki 06/05/2011 10:43



Cela dépend il de la personne qui allume le briquet? ;-)


 


Léo