Budo no Nayami

Projection sans contact

24 Mai 2013 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Humour

Les arts martiaux ont toujours été un terreau fertile donnant naissance aux légendes les plus extraordinaires, comme la projection sans contact.

Aujourd'hui où les dojo yaburi exposeraient les participants à des poursuites judiciaires, nulle époque n'a été si riche en tromperies. Par bonheur, elles n'ont souvent pour conséquence que de nous faire rire quelques instants…

 

 

Merci Satya ;-)

 

 

Les Yellow Bamboo sont l'un des cas les plus célèbres. Une de leur technique de protection consiste donc à projeter l'énergie…

 

 

 

 

Rencontre avec un mécréant…

 

 

 

 

Rationalisation…

 

 

 

 

Yellow bamboo 01

 

Partager cet article

Commenter cet article

Philippe Lesire 28/07/2013 20:15


Bonjour Léo, Bonjour Marc,


désolé pour ma réaction que j'aurai voulue moins tardive, mes vacances sont en la cause ...! Je ne peux qu'abonder dans le sens de Marc quand il considère que le travail précède l'essence ... du
sen no sen ! Il  me semble évidemment illusoire d'aborder la pratique en abordant d'emblée le travail d'anticipation.  La technique doit d'abord s'affiner, durant de longues années,
avant de pouvoir donner lieu à créativité et à découvrir 'autre chose'.  Nous avons besoin de solides bases techniques avant de pouvoir nous en libérer, en quelque sorte.  j'essaie,
modestement, d'enseigner à mes élèves des principes 'de corps' qui vont s'appliquer dans des techniques concrètes et donner lieu, la patience aidant, un jour ou l'autre, à un jaillissement aussi
efficace qu'inattendu.  A titre personnel, il m'a fallu vingt-cinq ans de pratique avant d'aborder le continent et de commencer à le défricher !


Merci à Marc pour sa réaction,


Merci à Léo pour nous offrir cette place publique nous permettant de nous exprimer.


Philippe

Léo Tamaki 16/08/2013 13:08



Merci pour le partage d'idées et d'expériences ;-)


 


Léo


 



Marc 12/07/2013 11:41


Bonjour Léo, bonjour Phillippe,


Merci pour ton commentaire Philipe. Je suis persuadé de la valeur de Sensei Harada, même s'il y a eu des différents, il est resté toujours une personne que l'on respecte. Pour ma part j'aurais
aimé travaillé à un de ses stages, pour apprendre (et en rien pour voir une démonstration).


Comme tu dis, il y a un gros travail de répétition, c'est en çà que je parle de conditionnement sur les élèves. Le Sen O Sen, l'anticipation de l'attaque, est pour moi l'idéal du combat et Sensei
Harada doit tendre à un temps de réaction négatif par rapport l'action physique du partenaire, son travail le montre. C'est la réaction du partenaire qui est faussé par la répétition, d'où les
effets "magiques" que l'on voit sur des vidéos.


La comparaison avec le Bamboo Yellow me fait poser une nouvelle question sur la pratique. Doit-on chercher à tout prix l'instant, l'anticipation ou ne faut-il pas commencer par la technique ?
Sans technique il ne sert à rien d'avoir l'instant car il est impossible de répondre. Sans instant bon nombre de techniques sont inefficaces. De nombreuses écoles de Karaté (comme le Shotokan)
privilégient la technique avant de n'aborder le concept de Sen O Sen que très tard et souvent de manière superficiel. Le Yellow Bamboo semble avoir totalement oublié la technique. Mais on ne
mesure l'efficacité de la technique que par rapport à un partenaire, il en est de même de la recherche du temps.


La recherche du Sen O Sen limite le nombre de techniques travaillées. L'étendue de la palette des techniques permet d'avoir une réponse adéquate à un nombre plus grand nombre de situations.
Répondre à une future attaque par une attaque, n'est pas toujours possible (la légitime defense est une raison) et l'attaquant peut avoir un niveau suffisant pour répondre en Go no Sen.


Ma réponse à ma question, est le travail. L'acquisition de l'anticipation et des techiques, demandent du temps. Donc je m'arrête là pour aller travailler...

Léo Tamaki 20/07/2013 08:02



Bon travail donc ;-)


 


Léo


 



Lesire Philippe 11/07/2013 10:52


Bonjour à tous, 


Je viens de regarder la video 'Bamboo' qui m'a procuré un certain plaisir, rien de plus ...  J'ai suivi Maître Harada pendant près de 10 ans et la vision qu'il peut donner du 'To Ate' n'a
aucun rapport avec ce qu'il faut bien qualifier de mascarade dans ce groupe, plus folklorique qu'autre chose.  Il faut distinguer le bon vin de l'ivraie, ce qui n'est pas toujours évident.
 Faire le tri 'visuellement parlant', sans jamais avoir pratiqué avec le professeur démontrant ses capacités, avérées ou trompeuses, est donc un exercice difficile auxquels certains se
risquent.  Par contre, il ne me viendrait jamais à l'esprit de critiquer la pratique du To Ate chez O Sensei (bien que je n'ai jamais pratiqué avec lui) au vu des nombreuses et indéniables
qualités unanimement reconnues que le sensei déployait, et ce, dans tous les domaines de son art.  Sensei Harada a toujours été conscient de l'aspect 'sectaire' que ce type de pratique
pouvait aussi induire dans l'esprit des pratiquants, et pas seulement chez les néophytes.  Pendant plusieurs années, il a même abandonné ce type de 'démonstration', par crainte de la
mauvaise interprétation qu'elle aurait pu générer.  Plusieurs remarques s'imposent donc pour ceux qui n'ont pas eu la possibilité de prendre part aux stages de sensei Harada ou de
'ressentir' son To Ate.  A ma connaissance, il n'a d'ailleurs jamais nommé ce type de pratique, pas plus qu'il n'a jamais donné d'instructions au partenaire désigné pour lui indiquer comment
il devait se comporter.  Au lieu de 'projection à distance', on doit en fait plutôt parler de 'coup à distance'.  Il n'y a aucune projection d'énergie, mais une prise de conscience
immédiate par le partenaire que son attaque est inéluctablement vouée à l'échec.  Bien sûr, pour provoquer cette réaction, uke (dans le sens de celui qui se défend) doit être capable de
maîtriser les paramètres de timing et de distance avec le relâchement musculaire approprié.  Le To Ate n'est pas un objectif en soi, mais plutôt la conséquence d'un exercice répété
inlassablement et qui arrive presque par hasard.  Faire de cette pratique un objectif en soi lors d'une démonstration n'a donc pas vraiment de sens.  A noter que la pratique du shotokai
a été fortement influencée par celle de l'aikido et ce, dès les années soixante, sous l'influence notamment de Shigeru Egami qui vouait une grande admiration à M. Ueshiba, ce qui pourrait
expliquer la présence du To Ate dans l'école shotokai.  Ceci est renforcé par le commentaire d'Harada qui a déclaré  il y a bien des années déjà : 'Mon objectif est de faire tomber
l'adversaire sans le toucher.  Ueshiba y est parvenu.' A titre anecdotique, sensei Harada m'a un jour montré un ouvrage dans lequel figuraient de nombreuses photos d'une autre figure
emblématique de l'aikido, Yoichiro Inoue. Sur l'une d'entre-elles le petit homme projetait plusieurs adversaires avec une décontraction phénoménale.  Sensei Harada m'interrogea : 'I would
like to know how he is doing ...!'


Loin des discours mystiques ou pseudo-scientifiques, le To Ate peut parfaitement s'expliquer dans le cadre d'une pratique honnête, dirigée par un professeur sérieux.  Mais à l'instar de la
plus belle fille du monde qui ne peut donner que ce qu'elle a, le To Ate n'a jamais soulevé quelqu'un de terre, n'en déplaise à certains !


Philippe


 

Léo Tamaki 11/07/2013 23:32



Bonjour,


 


Merci pour ces explications passionantes sur le travail de Harada senseï.


 


Cordialement,


 


Léo


 



Sam 25/06/2013 19:59


Olà Léo,


 


Comme quoi, on peut tout croire dès lors que l'on accepte tout d'un professeur, sans questionnement, comme parole messianique!


J'ai eu très mal pour la femme qui se prend de plein fouet le gars dans la première video, mais ensuite j'ai rigolé lorsque quelqu'un s'occupe d'elle et laisse allongé à côté le type remplie de
spasme "d'énergie" reçu .


 


Question souvenir? il n'y a pas une vidéo où l'on voit Hino Akira sensei faire trébucher un journaliste juste en le regardant intensément?

Léo Tamaki 11/07/2013 23:31



En effet l'emprise d'un enseignant peut être très forte et amener des comportements étonnants.


Il y a en effet une vidéo où l'on voit Hino senseï se livrer à un type de "tour". J'avoue que c'est un pan de la pratique qui ne m'intéresse pas réellement.


 


Léo


 



Marc 17/06/2013 12:26


Bonjour,


je serais intéressé d'en savoir plus sur Harada Sensei. En fait quand il est en France, les groupes qui l'invitent, ferment la porte aux non-membres.


Sur Marseille, Harada était très connu, mais il a eu des différents avec certains professeurs, et depuis les élèves de ceux-ci ne peuvent/veulent plus aller le voir (dont moi-même).


Je ne dit rien sur le niveau du Sensei, mais sur le conditionnement des élèves. La plus part des effets spectaculaires des arts martaux sont liés à un conditionnement des élèves. Souvent les
élèves arrivent à reproduire le maitre face à d'autres élèves et tombent de haut quand cela ne marche pas sur des non-initiés. Je suis certain que le travail du maitre a un effet sur tout le
monde, mais pas forcément le même avec des personnes qui ne sont pas de ces élèves.

Léo Tamaki 11/07/2013 23:29



Bonjour,


 


Malheureusement je n'ai pas d'informations particulières sur Harada senseï, et je ne l'ai jamais rencontré.


 


Bonne pratique.


 


Cordialement,


 


Léo


 



Marc 14/06/2013 10:11


Bonjour à tous,


J'ai trouvé des vidéo(1:26) qui ressemblent à çà en Karaté Shotokai. Faisant parti d'un
groupe de ce style, nous en parlons beaucoup entre anciens.


Les élèves se mettent souvent dans les conditions nécessaires avant l'exercice. Pour les bambou jaune, dans la première vidéo on les voit entrer en frénési. Rien de tel pour perdre ses appuis.


Pour le karaté, ils arrivent raides comme des manches à balai, et restent dans cette position en forçant sur leurs muscles. Ce qui est amusant, c'est que leur enseignant doit leur dire de se
relacher car c'est le principal fondamental de la pratique Shotokai.

Léo Tamaki 16/06/2013 15:08



J'ai parlé à plusieurs reprises de Harada senseï avec maître Tamura dont il éait ami. Il m'en a toujours dit le plus grand bien. A titre personnel je vois sur cette vidéo une pratique d'un niveau
exceptionnel. Rien de comparable avec les Yellow Bamboo.


 


Léo


 



marc 13/06/2013 23:33


Bonsoir Léo,


Je me suis souvent interrogé sur ces techniques de projection sans contact puisque venant d'une école ou le Maître en démontrait certaines. Parfois agacé d'assister à ce genre de démonstration
plus proche d'un numéro de magicien que d'un véritable art martial. Pourtant un jour, le visionnage d'une vidéo de O'Sensei m'a interpellé. Venant d'un tel homme, je ne peux imaginer de
tromperie.


Mais après tout, souhaite t'il montrer seulement une projection à distance ? N'est ce pas plutot un message qu'il souhaite transmettre de cette façon ?


Et même si Uke tombe de lui même, cela arrive aussi parfois (et même souvent) avec des techniques "en contact" physique.


http://www.youtube.com/watch?v=bCjySZuVDkQ

Léo Tamaki 16/06/2013 15:03



Bonjour,


 


Voici un article où j'avais
évoqué ce film.


 


Léo


 



Yves 13/06/2013 02:43


Merci pour le lien, l'article m'avait échappé. J'attends avec impatience l'interview de Watanabe sensei ;)


bonne continuation

Julien 12/06/2013 20:41


Woua! Perso je n'arrive pas encore à faire ces techniques par la pensée mais lorsque je serai 15ème dan, je pourrais peut-être me transformer en super sayen! Mais d'abord je dois
apprendre à faire le KAMEHAME. Bon, Je file chez tortue génial. Je me moque c'est pas bien... 


 

Simon 11/06/2013 19:36


Salut Léo,


La fin de la 1ère vidéo est excellente  Les autres sont bonnes aussi, mais je les connaissais (dur de n'avoir jamais
entendu parler de Yellow Bamboo quand on a traine un peu sur le net).


Amicalement,


Simon

Léo Tamaki 16/06/2013 14:59



Salut Simon,


 


Oui les Yellow Bamboo sont effectivement très connus. Mais je dois dire que leur tentative d'expliquer le truc est assez bien faite. C'est plutôt effrayant car je ne suis pas surpris que
quelqu'un d'un peu naïf se laisse prendre.


 


Amicalement,


 


Léo