Budo no Nayami

Retour sur une journée au Boulogne Aïkido Club

29 Mars 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Samedi avait lieu le stage que j'animais avec Philippe au Boulogne Aïkido Club (BAC) de Brahim Si Guesmi. Rentré jeudi soir après trois semaines à Tokyo j'ai eu la désagréable surprise de subir le décalage horaire. J'avais comme à mon habitude dormi pendant une grande partie du vol de retour mais sans que cela me repose. Et si j'espère que ce n'est qu'une exception je n'arrive pas à écarter le fait qu'il s'agit sans doute d'un des multiples signes plus ou moins subtils de l'âge.

Quoi qu'il en soit je me suis réveillé samedi matin… à trois heures. Le stage commençant à dix heures à Boulogne je suis arrivé fatigué mais réveillé et j'ai été surtout heureux de voir l'ambiance qui régnait. Si Brahim était malheureusement absent comme il m'en avait prévenu et m'avait prié de l'en excuser plusieurs jours plus tôt, son père Ahmed et le président du BAC, Fabrice, géraient l'organisation de main de maître et m'accueillirent chaleureusement. Ahmed Si Guesmi comme à son habitude me mit à l'aise et m'invita à enseigner et montrer ce que je désirais sans retenue.

La salle se remplit rapidement et j'eu plaisir à retrouver mes élèves que je n'avais pas vu depuis mon départ ainsi que ceux de Brahim et les visiteurs. Durant le cours je mis l'accent sur la notion d'irimi avec un travail sur le côté incisif du ma-aï dans la technique. Heureux de la disponibilité des élèves et pris par l'énergie qui se dégageait je n'ai pas vu les heures passer… au prix de leur pause!


NAMT09-Tamaki-C-001.jpg


L'après-midi ce fut au tour de Philippe de donner le cours. Là encore la salle était comble, quelques nouveaux élèves remplaçant les rares qui n'avaient pu rester. Parmi eux Isseï qui n'avait pu venir le matin en raison de son cours à Herblay.

Cela faisait plusieurs années que je n'avais pas suivi un stage de Philippe et j'étais très impatient de voir son travail actuel. Pas de changements révolutionnaires et de revirement à cent quatre-vingts degrés mais une évolution tranquille et claire, un véritable approfondissement de sa recherche.
Beaucoup "connaissent" Philippe grâce aux stages de préparation aux passages de grades qu'il co-anime généralement avec Brahim. Je ne saurai trop conseiller à ceux qui ne l'ont rencontré que dans ce cadre de découvrir sa "véritable" pratique dans un stage qui ne soit pas lié à ce thème.


NAMT09 Cocconi C 003


Je ne partage pas un certain nombre de choix de Philippe. Mais son travail est passionnant, sincère et entier. J'ai passé un excellent moment à pratiquer sous sa direction et découvrir les avancées de sa recherche. La quête de "vérité", de présence devrai-je sans doute plutôt dire, amène Philippe à travailler dans une direction qui est parfois opposée à la mienne… tout en ayant beaucoup de points communs.
Ce que Philippe et moi n'apprécions pas est le travail "mécanique". La répétition sans vie de chorégraphies, aussi intense que puisse être l'énergie physique qui y est investie. Pour pallier à cela Philippe tend à demander aux pratiquants de sortir de la formalisation en élargissant le cadre de travail. Sa pratique est basée sur l'application et en ce sens, toutes proportions gardées, sa recherche se rapproche de celle de Kono senseï.

NAMT09 Cocconi C 004


A l'inverse de Philippe, mais tout aussi désireux de lutter contre un travail répétitif de complaisance, j'insiste sur une extrême précision technique. C'est donc dans un cadre de travail très précis que j'oriente la pratique, la technique ne devant pas être réalisée si elle ne "fonctionne" pas, ne devant pas être effectuée au prix d'adaptations qui sont souvent un moyen de contourner les difficultés. En ce sens, et là plus encore que tout à l'heure, toutes proportions gardées, ma recherche se rapproche plus de celle de Kuroda senseï.


NAMT09 Tamaki C 014


Mais comme pour Kono senseï et Kuroda senseï, (toutes proportions gardées, vous l'avez deviné :D), Philippe et moi partageons de nombreux points communs dans la forme et notamment l'aspect incisif de la technique.

La journée s'est terminée sans que je m'en aperçoive d'autant que j'ai eu le plaisir de pratiquer presque toute l'après-midi avec Isseï et c'est ainsi que grâce à Philippe et aux participants j'ai pu surmonter le décalage horaire ;-)


Photos Sébastien Chaventon à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels 09.



Partager cet article

Commenter cet article

Serge Gagnaire 31/03/2010 15:53



Bonjour Léo,


J'ai une "petite" question liée à la richesse de tes rencontre martiales, si tu as le temps et l'envie d'y répondre...


Tu évoques l'influence de Kuroda sensei sur ta recherche. Parmi les autres maîtres hors aikido que tu côtoies, y en a-t-il qui ont fait particulièrement évoluer ta pratique ? Et si oui, dans
quelle mesure ?


En attendant d'avoir un jour le plaisir de partager ta pratique.


Cordialement


Serge


 


 



Léo Tamaki 31/03/2010 16:13



Bonjour Serge,


Hors Aïkido il n'y a aucun doute pour moi que Kuroda senseï est celui qui a le plus fait évoluer ma pratique. Mais Akuzawa senseï, Hino senseï et Kono senseï l'ont et continuent à la marquer
aussi. Simplement ce n'est pas, tout du moins actuellement et pour ce que j'en ai conscience, dans les mêmes proportions.


Cordialement,


Léo


 



Daniel 29/03/2010 21:54


Leo,
Je n'ai pas pu assister à ce stage mais j'en ai eu un écho enthousiaste de la part d'une pratiquante de mon club qui reprend l'aïkdo depuis quelques mois après une quinzaine d'années d'arrêt et à
qui j'avais vivement conseillé d'y aller - nous pratiquons avec Brahim à Guyancourt.
Elle a particulièrement apprécié la finesse du cours du matin, et ne tarit pas d'éloges sur ce que l'aïkido en général, et celui de Brahim et le tien en particulier lui font découvrir. Je connais
ce sentiment, à l'âge mûr, d'entrouvrir enfin une porte qui donne accès à un magnifique jardin  dont on soupçonnait l'existence sans trop arriver à l'imaginer.
Merci à vous de nous donner la clé de ce jardin ;-)


Léo Tamaki 29/03/2010 23:24



Daniel,

Merci pour votre sympathique témoignage. Je suis heureux que votre amie ait apprécié le moment que nous avons partagé ;-)

Léo



Evelyne LEROY 29/03/2010 17:57


Merci pour ta gentillesse et ta disponoibilité qui font que je ne sens pas trop gênée de n'avoir que mon "petit" niveau malgré les années passées à pratiquer. Malgré l'âge, je n'ai pas vu le temps
passé et quand on s'est arrêté, j'ai cru que c'était la pause ! C'est toujours un grand bonheur de vous avoir (Ahmed, Brahim, Jean-Luc, Laurent...) comme enseignants.. Merci


Léo Tamaki 29/03/2010 23:25



Bonsoir Evelyne,

Merci d'être venue pratiquer et pour ton très gentil message ;-)

Léo



Tangi 29/03/2010 17:57


K !

toute proportions gardée, et comme le dit si bien l'auteur, l'âge ne fait rien à l'affaire !
je soupçonne  le personnel de cabine  de vouloir te déstabiliser par des repas truqués pour  garder entre deux pays le plus lontemps possibl et profiter ainsi  de ta compagnie
;-° 
cela semble indiquer que tu ne ronfle pas XD !

bizzz


Léo Tamaki 29/03/2010 23:26



Ha ha oui, ils doivent bien rire de me voir dormir affalé et le bouche entrouverte :D

Léo



Sandra 29/03/2010 11:06


J'avais tenté de te laisser un commentaire à partir de mon tél portable, mais ça n'a visiblement pas marché ! :o) Les limites de la technologie...
Quoiqu'il en soit c'était pour vous dire un grand merci à toi et Philippe. Ce stage fut passionnant. Il y a effectivement des similitudes et des divergences entre vos pratiques. Dans les
similitudes qui nous font réfléchir (et, je l'espère, avancer), la précision, la rapidité, l'exigence et la recherche d'un geste "juste".
L'influence du sabre, en arrière-plan, est également présente dans les deux cas.
Bon, à part le fait qu'il me faut maintenant 48h pour m'en remettre (merci l'âge !!)... Vivement le prochain !
A ce soir su rle tapis,

Sandra 


Léo Tamaki 29/03/2010 12:17



Limites de la technologie ou... des utilisateurs :D

Merci à toi en tout cas d'être passée ;-)

A ce soir!

Léo