Budo no Nayami

Sentō à Nagasaki, un voyage dans le temps…

24 Août 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Japon

Les sentōs sont les bains publics japonais. Un article de Wikipédia présente de façon claire et détaillée ces établissements et je vous invite à y jeter un œil si le sujet vous intéresse.

 

 

Sento 03

Sentō, bain public japonais

 

 

Brève présentation des sentōs, bains publics japonais

Les sentōs actuels sont très proches de ceux de l'ère Meïji (1867/1912) et sont restés quasiment inchangés depuis l'époque Taisho (1912/26). Aujourd'hui ils consistent grossièrement en un ou deux bains et de quelques rangés de robinets proches du sol, généralement accompagnés de pommes de douches à hauteur de tête d'une personne assise.

 

 

Manazuru 06 77

Un ou deux bains, quelques rangés de robinets accompagnés de pommes de douches

 

 

Actuellement les sentōs sont divisés en deux parties, une pour les hommes et une pour les femmes. La séparation est occasionnellement faite d'un mur allant jusqu'au plafond, mais il fait souvent simplement 2m de hauteur (le plafond étant généralement situé à 3 ou 4m).

 

A 42° l'eau des bains japonais est considérée comme très chaude par la plupart des occidentaux.

 

 

Sento 04

 

 

Comment j'ai renoué avec les sentōs

Mes premiers contacts avec les sentōs ont eu lieu durant mon enfance lors des voyages que j'avais faits au Japon avec mes parents. Lorsque je suis retourné y vivre à 24 ans je n'avais pas de souvenirs précis et je ne pensais pas y remettre les pieds, les appartements actuels disposant tous, à de très rares exceptions, d'une salle de bains. C'était sans compter que, sans un sou, j'allais me retrouver à travailler sur des chantiers.

 

L'une des principales caractéristiques du Japon est la mutation permanente et rapide du pays. Certains métiers pourtant, gardent plus que d'autres le goût des traditions et un fonctionnement quasi archaïque. C'est le cas des métiers du bâtiment et c'est ainsi que je me suis retrouvé, après d'éprouvantes journées de travail, à aller au sentō avec mes collègues.

 

J'avoue que c'est sans comprendre la nécessité d'aller au bain public lorsqu'on dispose de tout le nécessaire chez soi que j'y suis retourné. Ma première visite m'a convaincu de la différence.

Tout d'abord les sentōs offrent de l'espace. Cela n'a l'air de rien mais dans un pays comme le Japon où la place est comptée cela est un véritable luxe. Mais il y a aussi et surtout l'aspect convivial. Le sentō est un lieu social où l'on peut nouer des liens dans une ambiance détendue et informelle. Même si dans l'archipel les conventions ne sont jamais très loin…

 

 

Sento 02

Devanture d'un sentō

 

 

Sentō à Nagasaki

Je termine actuellement mon séjour estival d'un mois au Japon par quelques jours chez mes beaux-parents à Nagasaki. L'occasion de respirer un peu après quatre semaines intenses et notamment de pouvoir réécrire à nouveau sur Budo no Nayami.

Malheureusement j'appris en arrivant que la douche et le bain ne fonctionnaient pas. Avec une température extérieure de 35° et plus de 70% d'humidité j'avoue que la nouvelle ne me réjouis pas particulièrement… C'est alors que mon beau-père me proposa d'aller au sentō.

 

 

Sento 05

Le sentō, un lieu populaire qui tend à disparaître

 

 

Voyage dans le temps

Contrairement à l'image d'Epinal je m'entends bien avec mes beaux-parents. Mais le moment que j'ai partagé avec mon beau-père au sentō restera pour moi un souvenir cher. Nous nous sommes rendus à un bain dans une ruelle obscure que je n'avais jamais remarqué, à quelques centaines de mètres de la maison. Ecoutant mon beau-père égrener ses souvenirs le long du trajet j'avais l'impression de remonter dans le temps. Cela faisait plus de trente ans qu'il n'était pas allé au sentō…

 

 

Sento 06

Photographie de Julia Baier qui a réalisé un projet sur les sentōs 

 

 

Pour moi cela faisait moins de cinq ans mais j'avais l'impression que cela faisait une éternité. Dans l'intervalle j'étais allé très souvent dans les onsens, sources thermales, mais même si j'adore ces endroits le plaisir y est autre car l'ambiance y est différente. Plus calme, propice à l'introspection mais moins populaire, moins chaleureuse.

 

J'ai vraiment apprécié ce voyage dans le temps, celui de mon beau-père, du Japon, le mien, et j'ai regretté d'apprendre que la salle de bains familiale fonctionnait à nouveau. Mais c'est certain, cette fois je ne laisserai pas cinq ans passer avant de retourner au sentō.

 

Allez, je vous laisse, je retourne au bain ;-)

 

 

 

Leo 0001

 

Partager cet article

Commenter cet article

Romu 10/10/2014 15:39


Sont-ce les sentos, les onsens, les salles de sport ou tout à la fois, qui sont interdits aux gens tatoués?


Ou peut-être que cela tend à diminuer (tel un reliquat du passé) ou ne concerne que certains établissements, si j'en
crois ta dernière photo...?


Besoin d'éclairaaaage...!!! ^^

Léo Tamaki 13/10/2014 12:47



Eh bien les tatouages peuvent être interdits dans de nombreux lieux, et effectivement c'est souvent le cas des piscines, sentos ou onsens. Dansels faits ces règlements sont rarementmis en
application. Et lorsqu'ils le sont c'est envers un jeune japonais lambda ou des étrangers. JAMAIS envers un véritable yakuza :D


 


Léo


 



celine 23/09/2011 18:39



au pire maintenant y a la nouvelle grande douche homme du Kinshinkan *sifflote*


je me demande combien il y a de "rangés de robinets" (comme tu dis) dans celle la *tousse*



Léo Tamaki 23/09/2011 22:44



:-))))


 


Léo


 



Alexandre 27/08/2011 15:47



Ah le plaisir d'un sentô ! Pour moi le souvenir est aussi associé à une pinte de bière et un bon bol de ramen avec les copains juste avant ou juste après le bain, les longues discussions en
barbottant, la petite grand même sympa à l'entrée, la surprise systématique des Japonais de voir des gaijins aprécier la chose ... merci pour ce petit moment de nostalgie !



Léo Tamaki 30/08/2011 22:53



Effectivement la bière et/ou les ramens vont souvent de paire avec les sentos :D


 


Léo


 



Guillaume 26/08/2011 15:19



De grands moments effectivement. J'ai beau avoir mon chez-moi à Tokyo à présent (et de l'eau chaude, contrairement à l'Aikikai), je retrourne toujours au sento de Maneki Dori une fois par moi
après l'entrainement pour 'm'immerger', au sens propre comme au figuré, dans cet incontournable culturel du Japon. Ce sento en particulier fut aussi ma premiere rencontre avec les yakuza; tout le
monde en tenue d'Adam, un souvenir qui marque a vie! :)



Léo Tamaki 26/08/2011 15:54



Ah les yakuzas des sentos :D


 


Je finissais souvent mes nuits de folie dans un "sento" du quartier "chaud" de Shinjuku (Kabukicho) au petit matin. Rencontre quasiment immanquable avec des yakuzas bien qu'histoire de il y ait
un panneau à l'entrée indiquant que l'établissement est interdit aux gens tatoués. Evidemment personne n'ose dire quoi que ce soit. J'y suis retourné l'an dernier lors du Masters tour et ça n'a
pas manqué, les yakuzas étaient au rendez-vous!


 


Léo


 



La Spirale 26/08/2011 13:41



Ablutions et robustesse !


Il y a les pub en Irlande et les sentos aux Japon ;-)


Et je constate que ta pratique d'été te donne un corps athlétique, hummm 42°, chaleuuur.


Heureux de pouvoir te relre, j'ai bien âte aux post sur les stages !


Allez je retourne à la douche bretonne.



Léo Tamaki 26/08/2011 14:00



Pub en Irlande... et izakayas au Japon!


http://fr.wikipedia.org/wiki/Izakaya


 


Heureux de te relire aussi ici et j'espère... bientôt sur ton blog ;-)


 


Et au plaisir de te revoir sur les tatamis :D


 


Léo