Budo no Nayami

Soul Asylum, "Runaway train"

24 Septembre 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Musique

"There are over one million youth lost on the Streets of America"

Le désir de liberté qui s'empare de chacun d'entre nous à l'adolescence pousse parfois à des actes aux conséquences dramatiques. Je ne peux imaginer plus grande inquiétude pour des parents que d'être sans nouvelles de leur enfant. J'ai causé bien des soucis aux miens mais j'ai eu la chance de ne pas trop mal tourner ;-)


Soul Asylum

Partager cet article

Commenter cet article

tevs 29/09/2010 11:37



http://www.youtube.com/watch?v=K-lXdnjsHtY&feature=related :)



Léo Tamaki 01/10/2010 12:03



Oh merci :D!!!


 


Léo


 



davy 25/09/2010 15:49



Cette chanson est vraiment super. A l'époque le clip m'avait vraiment bousculé, surtout la fin avec les noms et les photos de tous les enfants disparus ; étant papa aujourd'hui rien que d'y
penser ça m'effraie encore plus ... les enfants nous font découvrir une forme d'aamour nouvelle qu'on ne peut exprimer, il faut le ressentir c'est tout.


 


Entre deux posts de budo Léo t'as toujours le chic pour ressortir un vieux truc tout plein d'poussiere du style une chanson ou un extrait de film ... un truc du genre régressif ... je dois avoir
le cd single quelque part encore chez ma mere dans un vieux carton.


 


Bien à toi



Léo Tamaki 28/09/2010 09:22



Oui le clip était magnifique, dommage que je ne l'ai aps trouvé en version intégrable sur le net.


 


Concernant le choix à vrai dire c'est que ma culture musicale s'est arrêtée il y a une dizaine d'années car je n'ai rien acheté comme CD depuis ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Virginie 25/09/2010 12:02



C'est vrai que l'adolescence pousse à des actes de recherche de soi, de l'autonomie. Les parents s'inquiètent et comprennent qu'ils ne doivent pas trop étouffer leurs rejetons et les laisser
trouver leur propre limite. Biz



Léo Tamaki 28/09/2010 09:20



Etre parent est en effet un exercice qui peut être très délicat lorsque l'on arrive au moment où l'enfant a encore besoin de protection mais ne veut plus la sentir...


 


Bises,


 


Léo