Publié par Léo Tamaki

Le légendaire "roi des pianistes", Vladimir Horowitz, durant son célèbre concert à Moscou. Le maître avait alors 83 ans…






Commenter cet article

chocolat 11/12/2009


C'est très beau ce qu'il joue A son âge en plus o0


Steph 11/12/2009



Le maître des maîtres...



Yann 11/12/2009


Je ne connaissais pas ce virtuose. J'avoue qu'il m'impressionne par la vivacité et la puissance de son jeu à son âge. Splendide. Merci de partager ceci Léo.


Laurent 12/12/2009


Bonjour Léo,
Ce n'est plus le grand Horowitz certes mais il est tout de même impressionnant de le voir jouer à cet âge. Impressionnant et émouvant. Peu de musiciens ont cette chance souvent rattrapés par
l'arthrite et autres dégats du temps.
Il a enregistré le superbe 23è concerto de Mozart l'année d'après et a refait une tournée de concerts.
Dans la même veine il y a eut Rubinstein qui donna son dernier concert à près de 90 ans déjà atteint par la cécité mais Horowitz me semble plus authentique dans son jeu. Mais ma préférence parmis
ces monstres sacrés du piano va à Sviatoslav Richter trop méconnu dans ses interprétations de Chopin et Schubert.

Le musicien reste un passionné avant tout qui a totalement fusionné avec son art. Un peu comme un maître martial après tout ;-)
Tu rapportais ce que disait Suga Sensei sur Tamura Sensei en parlant du stade Ri de son évolution et cette réflexion pourrait s'appliquer à ces pianistes d'exeption mais in fine, il
n'y a pas tant de musiciens qui atteignent ce stade ;-)
Amicalement,
Laurent


Bruce 12/12/2009



Merci !!!

Svetlanov disait aux musiciens de son orchestre : "Vous devez jouer comme si votre vie en dépendait !".

Cela me laisse ....songeur !!!


 


Très
cordialement



Anas 13/12/2009



Horowitz, un grand parmi les grands.

En parlant de Chopin, ces amis intimes, notamment Franz Liszt, l'appelaient Chopinissimo, petit jeu de mot sur la nuance en musique appelee Pianissimo ou l'on joue tres doucement.

Jette un coup d'oeil si tu as le temps sur la Nocturne n 2  de Chopin jouee par Yundi Li, et aussi sur la Prelude n 15 (Raindrop) jouee par Alfredo Perl, il la joue avec une
delicatesse incroyable, tu me remercieras apres je te jure :P :D

Amicalement,
Anas



Margot 13/12/2009


Mortel !!


C. 13/12/2009


Merci :-)))

c'est pour moi une interprétation véritablement lumineuse!

J'aime quand le son "jaillit" de cette manière, pleine et directe, sans entrave... quand tout le superflu est tombé et qu'il ne reste que l'essence...
C'est aussi quand il est pratiqué dans cet esprit que j'aime l'aikido, sans tout ce que l'on peut y rajouter (malheureusement la plupart du temps en toute bonne foi).

Bonsoir :-)