Budo no Nayami

Réveiller la bête qui sommeille en nous

17 Août 2019 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #STAGES, #Budo - Bujutsu

Au long de mon parcours j’ai pratiqué en mettant l’accent sur des points drastiquement différents, des qualités athlétiques au mental, en passant par la technique et la modification de l’utilisation du corps. Les allers-retours furent nombreux, mon intérêt pour tel ou tel élément se ranimant ou s’amenuisant en fonction de mes rencontres et expériences.

Aujourd’hui encore, après quatre décennies de pratique la cible de mes efforts varie d’ailleurs toujours. Toutefois après être passé par ces nombreuses étapes, un élément me semble à présent fondamental, la vitalité. La vitalité est un concept complexe qui recouvre des éléments divers. C’est la volonté bien sûr, l’énergie physique évidemment, mais surtout, la force de vie primale qui sommeille en nous. Qui sommeille car atrophié par une civilisation si allergique au danger, que ses tentatives de protection poussées à l’extrême nous laissent infantilisés et sans défense. Je ne pense d’ailleurs pas même aux agressions physiques d’autrui, mais simplement aux allergies que nous multiplions, aux microbes et virus que notre système immunitaire n’a plus la force de combattre ou aux micro-agressions qui nous laissent mentalement dévastés. Micro-agressions…

 

 

J’ai l’intime conviction qu’une personne se tournant vers la pratique martiale, consciemment ou pas, cherche à se renforcer. Certaines enseignants donneront des outils techniques efficaces, certaines disciplines renforceront le corps, mais rares sont les adeptes qui sauront réveiller une vitalité déficiente, atrophiée par le confort d’une société consumériste, et les peurs entretenues par les médias.

Pendant longtemps je me suis demandé si la vitalité pouvait être développée par la pratique. C’est une question que j’ai posée à nombre de maîtres et les réponses étaient peu enthousiasmantes, certains pensant que non, tandis que les plus optimistes me disaient « Parfois. » Aujourd’hui mon expérience me permet de dire que oui, la pratique peut réveiller la vitalité, éveiller la bête qui sommeille en nous. Sans doute le résultat dépend-il de la matière première, et il est possible que nous ne disposions pas tous du même potentiel. Mais ce que je sais, c’est qu’une amélioration est possible pour chacun.

 

 

Jean-Christophe Magoni est le parfait exemple d’un adepte qui a réveillé l’animal en lui. Lorsque je l’ai connu il était gentil, effacé. Pratiquant appliqué il manquait toutefois comme beaucoup de consistance. Puis l’un de mes sempaïs, Yann M., s’est installé à Nantes, et ils ont commencé à pratiquer ensemble en privé. Yann est l’une des personnes qui a le plus marqué mon parcours. Celui qui, à mes débuts, m’a fait entrevoir que l’Aïkido pouvait être un véritable art martial. Parce que sa pratique était sous-tendue par son extraordinaire vitalité. Et, comme je le supposais, la période où ils ont travaillé ensemble a permis à Jean-Christophe de libérer la sienne.

Aujourd’hui Jean-Christophe est l’un des adeptes les plus avancés de l’école. Toujours doux, discret et sympathique au quotidien, il a toutefois une présence impressionnante, et l’on peut entendre gronder l’animal en lui lorsqu’il lui laisse libre cours…

Je serai à Nantes chez lui les 14 et 15 septembre, et je me réjouis de retrouver la bête en action.

 

 

Léo Tamaki à Nantes, 14 et 15 septembre

Horaires

Samedi 14, de 10h00 à 12h30, et de 15h00 à 17h00

Dimanche 15, 10h00 à 12h30

 

Lieu

Kishinkaï Aïkido Nantes

Complexe Sportif Barboire

45 rue de la Bourgeonnière

44300 Nantes

 

Tarifs

Stage complet 50€

2 cours 35€

1 cours 20€

 

Contact

jc.magoni@laposte.net

 

Stage ouvert à tous les pratiquants d'arts martiaux, tous groupes, et tous niveaux.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article