Budo no Nayami

L'élégance de la discrétion

7 Février 2013 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Une qualité que j'apprécie particulièrement est la discrétion. S'il arrive à chacun d'être l'auteur d'actions louables, de faire preuve de gratitude ou de bienveillance, combien savent le faire dans l'ombre?

 

J'aime la discrétion parce que j'y vois une délicatesse d'âme…

Cela me fait penser à deux évènements récents.

 

 

Arnaud Lejeune 01

 

 

Un élégant remerciement

Il y a quelques mois j'ai mentionné le site de Lucie Roy, couturière professionnelle proposant keïkogis, housses et hakamas. Elle a eu la gentillesse de m'envoyer un bel étui en remerciement.

Son travail a fait des adeptes, qui semblent très satisfaits de ses créations.

 

 

Lucie Roy 02

 

 

Agir dans l'ombre, assumer et devancer

Si un budoka se fait un nom grâce à ses actions au grand jour, ses actes qui restent dans l'ombre révèlent souvent bien plus sa nature profonde.

 

J'ai connu Arnaud Lejeune il y a deux ans. Jeune pratiquant enthousiaste, il a décidé de partager mon chemin. Cela lui a coûté un certain nombre d'élèves et il a subi des pressions, mais jamais il ne s'est plaint. A l'inverse, il a toujours fait le nécessaire pour se rendre disponible et m'assister, sans jamais rien demander en retour.

 

 

 Arnaud Lejeune 02

 

 

La semaine passée Arnaud devait me conduire de Liège à Soignies où je donnais un stage. Malheureusement le matin même, Nathan, son fils de moins d'un an fit une chute d'un étage dans un escalier. Arnaud m'appela… après avoir pris ses dispositions pour qu'un de ses élèves et ami, Claude, ait la gentillesse de me conduire.

Lorsque j'ai entendu la voix d'Arnaud au téléphone, j'ai su qu'il s'était passé quelque chose de grave. Mais malgré l'accident effrayant qui venait d'avoir lieu, il avait pris sur lui de faire en sorte que ses engagements soient tenus. (Nathan va très bien et a prouvé une fois de plus l'extraordinaire souplesse des bébés.)

 

 

Nathan Lejeune 01

 

 

Ce week-end je donnai stage chez Daniel Bisinella, et Arnaud devait partir une heure avant la fin du cours pour l'anniversaire de son fils. Quelle ne fut pas ma surprise à la fin du stage, de voir à nouveau Claude. Arnaud avait pris sur lui de lui demander de me raccompagner à Liège.

 

Arnaud fait de grands progrès réguliers et je sais qu'il ira très loin, car il sait agir dans l'ombre, assumer et devancer. Trois qualités essentielles à un budoka.

 

 

Arnaud Lejeune 03

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Bertrand 18/03/2013 17:57


Bonjour, Léo un petit mot au sujet de Lucie Roy tout simplement pour dire qu elle fait un travail remarquable car suite à la publication sur ton blog, j ais tout de suite aimé ce qu elle fait et
j ais acheté un keikogi. Le travail est superbe solide resistant leger et elegant pour du made in France c est vraiment tres abordable. De plus c est quelqu un de serieux pour ma part j etais pas
sur de mes mensurations je lui est envoye le tout et hop confection realisation et envoi en a peine 15 jours. Je sais pas si c est le bon post pour en parler mais il me semblais juste de le dire.

Léo Tamaki 19/03/2013 18:12



Merci Bertrand pour le retour ;-)


 


Que des louanges donc pour le travail de Lucie :-)


 


Léo


 



Franck 06/03/2013 18:56


Bonsoir Léo,


 


Ton article me rappelle une petite anécdote...je joue aux échecs. Enfin, disons que je pousse le bois dans un petit club non loin de chez moi serait plus juste, eut égard à mon médiocre niveau.
bref.


 


Le jour où je m'inscris, j'apperçois un petit bonhomme, avec un imper sur le dos (alors qu'il faisait un chaleur...), le regard bleu perçant...il me voit, et me dit :


- Une partie ?


-oui, pourquoi pas...mais vous savez, j'ai niveau proche des pacrettes.


 


Il ne me répond pas, on s'installe, et là...je prends une raclée Léo...enfin jusqu'au 15ème coup environ, j'avais des illusions qui se sont évaporées 5 coups plus tard...K.O. Défense française.
je m'en souviens comme si c'était hier.


 


Et j'appris dans la soirée que cette partie m'avait été proposée par un des vices-champions de France dans les années 60...dans la plus grande simplicité Léo...


 


Je m'en suis ouvert le samedi suivant à un partenaire de jeu et lui dis :


 


- Pourquoi m'a t'il proposé de jouer contre lui ? je suis à des années lumières de son niveau...


- Ne pas te l'avoir proposé aurait relevé de la plus abjecte condéscendance et d'un manque de savoir-vivre. Et pourquoi se targuer d'un titre inutilement ? la discrétion avant tou jeune
homme.


 


Une grande leçon de vie que j'avais reçu Léo...

Léo Tamaki 06/03/2013 23:17



Merci pour cette magnifique anecdote,


 


Léo