Budo no Nayami

Simon Pujol, incarnation du shoshin

12 Septembre 2013 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Il y a deux ans un jeune homme souriant est venu me demander poliment s'il pouvait participer au cours que je donnais. Il s'est excusé de ne pas avoir une tenue d'Aïkido mais un keïkogi noir. Bien que découvrant un travail avec lequel il n'était pas familier, il a pratiqué avec enthousiasme et bonne volonté.

Quelque temps plus tard, il me contactait pour savoir s'il pouvait se joindre au Masters tour. C'était Simon Pujol.

 

 

Simon Pujol 01

 

 

Un parcours éclectique

Simon pratique les arts martiaux depuis l'âge de seize ans. Investi dans le Goshinkaï Ju-jutsu, une école de self-défense moderne aux racines variées, il n'a jamais eu de cesse d'enrichir sa pratique aux sources les plus diverses. Je crois que je n'ai jamais rencontré un pratiquant ayant rencontré autant d'experts de tant de disciplines. Mais surtout, c'est à chaque fois l'esprit totalement ouvert et sans préconception que Simon fait cette démarche. Il incarne, plus qu'aucun autre adepte que je connaisse, l'esprit de shoshin.

 

Un choix courageux

Après sa venue à mon cours, Simon m'a raconté qu'il avait vécu des moments difficiles, tant ce que l'on travaillait était différent de ce qu'il avait vu jusqu'à présent. Mais il a eu le courage et la volonté de s'investir dans quelque chose qui avait de la valeur à ses yeux, même si cela signifiait redevenir un débutant.

Aujourd'hui Simon suit mon enseignement, mais surtout il fait maintenant partie du Shinbukan de Kuroda senseï, et suit aussi les maîtres Hino et Kono. Tout en travaillant avec nous, il ne manque toujours aucune occasion d'aller rencontrer des adeptes susceptibles d'enrichir son savoir.

 

En moins de deux ans, son travail, sa réflexion et ses efforts font qu'il est, dans le travail que je propose, l'un des pratiquants que j'estime les plus intéressants. Sa connaissance du répertoire de l'Aïkido est loin d'être parfaite, mais sur l'essentiel, la compréhension des principes et leur intégration, il est l'un des meilleurs.

 

 

Simon Pujol 02

Avec Simon à Talence (Bordeaux)

 

 

Une réflexion en profondeur

Non seulement Simon pratique énormément, quels que soient les sacrifices en temps et argent que cela lui demande, mais surtout il le fait avec une démarche réfléchie. Ses choix sont le fruit d'une réflexion poussée, et chaque cours, stage, est l'occasion de l'enrichir encore plus. Il a d'ailleurs l'habitude prendre des notes comme… un autre Simon que j'aurai plaisir à lui présenter.

 

Aujourd'hui l'enseignant de Simon, Alain Guingois ne réside plus en France. Tout en lui restant fidèle et en continuant à pratiquer avec lui lorsque l'occasion se présente, il a fait la démarche d'aller chercher le savoir. Sa réflexion lui permet de faire évoluer son travail de façon cohérente, et je suis impatient de le voir continuer à évoluer.

Simon est par ailleurs un de ces hommes en qui on sent que l'on peut avoir confiance, et quelqu'un avec qui on apprécie de passer du temps. Conséquence naturelle, il est entouré de gens motivés, intéressants et bienveillants tels que Sylvain, Emmanuel et Stéphane.

 

Si vous avez l'occasion de croiser Simon sur un tatami, ne manquez pas la chance de travailler avec lui. Ce sera toujours un moment de plaisir, et si vous savez ouvrir les yeux, il est probable que vous apprendrez quelque chose.

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

antony 02/10/2013 13:45


Bel esprit et belle approche de la Vie. Humblement j'ai l'impression que l'esprit de shoshin est trop souvent absent des tatamis, et en dehors...

Léo Tamaki 02/10/2013 14:11



En effet. Un adepte comme Simon en est d'autant plus remarquable.


 


Léo