Budo no Nayami

Entretien avec Tamura senseï (3): Aïki-jo et Jo-do

18 Août 2008 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Comment doit-on frapper avec le jo?
Le travail du jo en Aïkido vient de la lance. Au départ, bien avant la naissance de l'Aïkido, c'est pour son habileté à la lance qu'Osenseï fut connu et invité à Tokyo. Je ne l'ai jamais vu faire mais on raconte qu'il était capable de déplacer des sacs de riz de soixante kilos avec la pointe de sa lance!
Dans sa jeunesse il utilisait de longues lances mais je l'ai surtout vu travailler avec des te-yari. Osenseï faisait généralement glisser le jo, c'est une façon de frapper très différente du Jodo.
Lorsque je frappe je vrille mes mains dans un sens opposé l'une à l'autre.


(Note: les te-yari sont des lances courtes avec lesquelles Osenseï a souvent été photographié ou filmé.)


Tamaki Isseï (photo Pierre Sivisay)


Doit-on pratiquer le jo d'un seul côté ou en alternant les gardes à gauche et à droite?
Les deux sont possibles. Mais généralement la garde au jo est l'opposé de celle du ken. Cela permet de développer notre corps de façon équilibrée et harmonieuse.


Sur le même sujet un extrait d'une interview de
Suga senseï:

Y a-t-il une différence entre le travail du jo de l’Aïkido et le Jodo ?
Absolument. En Jodo on dit souvent qu’il faut utiliser le jo comme un sabre, en Aïkido on l’utilise comme une lance.
L’étude du Jodo comme celle du Iaïdo ou de tout autre Budo est intéressante. Mais il ne faut pas faire d’amalgammes. Le travail du jo en Aïkido est particulier, comme celui du sabre. Ils sont différents des autres disciplines. Les postures, les déplacements, l’utilisation du corps avec le ken, le jo ou à mains nues en Aïkido sont semblables. Mais ils sont différents du Jodo, du Kendo ou du Iaïdo. Même si ces disciplines sont aussi passionantes.



Suga Toshiro et Julien Coup (photo Frédérick Carnet)


Pourquoi n’utilise t on pas finalement une lance au lieu du jo ?
(Rires). C’est une question de place ! Le Japon n’est pas si grand et les dojos non plus. Même un grand dojo comme l’Aïkikaï ne fait qu’environ 160m². C’est à peine suffisant pour quatre pratiquants de lance. Le jo est un bon compromis.
Personnellement lorsque je pratique le jo je garde toujours à l’esprit le fait qu’il s’agit à l’origine de techniques de lance. Ca m’oblige à rester vigilant sur l’utilisation du corps.


Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par là ?

Si on ne garde pas cela à l’esprit on peut utiliser le jo comme un bâton léger et le manier en utilisant surtout les bras, de manière très statique. Mais si on prend conscience qu’il s’agit à l’origine d’une lance dont de nombreux types faisaient 3m60 et allaient même jusqu’à plus de 6m, et qu’on imagine son poids, on utilise alors tout son corps et les déplacements pour le manier.
Cela est très important dans l’Aïkido où la mobilité et la rapidité des déplacements sont essentielles.



Ueshiba Moriheï


Note: Je n'ai pas enregistré ces entretiens et les écris de mémoire. Il est donc possible que des erreurs se soient glissées dans ces retranscriptions mais j'ai pensé que l'intérêt des réponses dépassait le risque de mes erreurs. Je prie toutefois les lecteurs de ne prendre cela que comme une conversation rapportée qui pourrait nourrir des réflexions et non comme paroles d'évangiles.


Partager cet article

Commenter cet article

benoit bertin 20/08/2008 22:22

ah ok , merci de ces infos. Benoit

Léo Tamaki 22/08/2008 10:22


Doitashimashite ;-)

Léo


benoit bertin 19/08/2008 21:30

ah le Jo.... j'aime beaucoup cette arme, le fait qu'on puisse s'en servir par les deux bouts... je connais pas la lance mais j'imagine qu'elle aussi permet cela, enfin je suppose.  Le sens de la coupe me semble difficile a trouver au bokken, et comme j'ai jamais touché un iai... Si  le jo c'est l'image de la lance , ca veut dire que le principe de "tsuki" est ou devrait être assez prépondérant en fait? Benoit 

Léo Tamaki 20/08/2008 18:08



La lance est surtout utilisée en pique. Le naginata est une arme longu qui est utilisée en mouvements de coupes.

Le sens de la coupe n'est pas plus clair aux pratiquants de iaï... Kuroda senseï m'expliquait l'enseignement qu'il reçut de son grand-père qui combattit plusieurs fois au sabre et trancha des
gens... Notamment le fait que la coupe de botte de paille ne reflétait en rien celle d'un membre. Les seules coupes autorisées au Shinbukan étaient celles de vieux shinaïs jetés en l'air.

Léo




Stéohane (Belgium) 19/08/2008 19:14

Un peu de pub ;o))Chers amis français et autres,Tamura Senseï donnera plusieurs  jours de stage en Belgique en septembre. Plus d'infos sur : http://www.aikikai-belgium.org/Bienvenue à toutes et à tous.

Stéohane (Belgium) 19/08/2008 19:10

Bonjour,Article très éclairant sur les différences entre ces 2 arts (Aikijo et Jodo). J'ai pratiqué un peu de Jodo et je me souviens que le travail ne se faisait que défense Jo contre Attaque Bokken, assez différents des mouvements repris en Aïkido.Ces retranscriptions des entretiens avec Tamura Senseï sont vraiment enrichissantes même si, je l'imagine, il est difficile de faire ressortir ces instants précieux glanés au contact de ce maître d'exception.

Léo Tamaki 20/08/2008 17:53



Merci Stéphane.

Pour les entretiens je les avais retranscrits immédiatement après qu'ils aient eu lieu mais il est certain que j'ai regretté de ne pas les avoir enregistrés!

Amicalement,

Léo