Budo no Nayami

Entretien avec Tamura senseï (9): hakama

9 Septembre 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Le hakama était-il porté par tous les pratiquants dans le passé?
Oui. Le hakama est la tenue de pratique des arts martiaux traditionnels. Il est utilisé en Kendo, Kyudo, Iaïdo… Il était utilisé par tous indépendamment du niveau. Il était même interdit de pratiquer sans hakama.


Ueshiba Moriheï et un groupe de disciples


Il n'y avait donc pas de niveau minimum pour le porter?
Non. En fait c'est moi qui suis indirectement et involontairement à l'origine du fait que tout le monde ne le porte pas dès le début. (rires)

???
A l'époque où j'étais uchi-deshi j'étais aussi chargé de donner les cours dans les universités. Mais après la guerre, plus encore qu'aujourd'hui, les étudiants étaient souvent désargentés! (rires) A cause de cela certains ne pouvaient pas pratiquer et j'ai alors demandé à Kisshomaru senseï si il était possible qu'ils n'achètent le hakama que pour la seconde année de pratique. La question a été discutée et finalement les étudiants ont eu l'autorisation de pratiquer la première année sans hakama.
Finalement l'habitude s'est répandue. Au Japon les étudiants d'université pratiquaient généralement quotidiennement et ils atteignaient normalement le niveau de 2ème kyu au bout d'un an. C'est ainsi que cela s'est généralisé.

Lorsque je suis arrivé en France j'ai essayé de faire en sorte que tous les élèves portent le hakama mais cela n'a pas marché. Des professeurs pensaient que cela motivait les élèves à continuer à pratiquer. Je leur ai dit que si tout le monde le portait dès le début cela leur amènerait sans doute plus d'élèves mais ils n'ont pas été convaincus. (rires)


On entend parfois dire que les plis du hakama sont liés à telle ou telle vertu. Osenseï parlait-il de cela?

Non. Je ne l'ai jamais entendu parler de cela.
(Tamura senseï m'expliqua alors le lien entre les plis et une symbolique bouddhiste mais malheureusement j'ai oublié la teneur de ses explications…)

Pourquoi porte-t-on un pantalon sous le hakama?
Je pense que l'une des raisons était de ne pas user le hakama trop vite en suwari-waza.
(Note de l'auteur: le hakama est un pantalon et les pantalons que l'on porte en dessous ne sont pas des sous-vêtements. L'Aïkido est la seule discipline majeure où l'on porte un pantalon sous le hakama. Cela ne se fait ni en Kendo, ni en Kyudo, ni en Iaïdo, ni dans les jutsu traditionnels.)




Voici un court texte issu du livre de Tamura Nobuyoshi, "Aikido, étiquette et transmission":


Pour l'exercice (keiko), on porte un keikogi (pantalon et veste) sans aucun sous-vêtement (les femmes portent toutefois un maillot de corps). Après avoir serré la ceinture d'exercice (keiko-obi), on met le hakama d'exercice (keiko-bakama).
Cet ensemble est l'adaptation à la pratique des vêtements autrefois portés par les samouraïs. Il présente les qualités suivantes:
-confort, il n'entrave pas les mouvements
-solidité
-bonne absorption de la transpiration
Le point le plus notable est que, si cet ensemble est porté correctement, l'attitude en est améliorée, affermissant en conséquence le mental.



Tamura Nobuyoshi


Conclusions personnelles
Après avoir abordé la question du hakama avec de nombreux maîtres et fait quelques recherches je suis parvenu aux conclusions suivantes:
-Le hakama était porté par tous les pratiquants dans le passé et ce n'est que très récemment qu'il est devenu synonyme de niveau.
-La raison pour laquelle un pantalon est utilisé sous le hakama n'a pas été clairement élucidée. Je pense comme Tamura senseï que le travail à genoux en est une des raisons possibles et probable. Je crois aussi qu'il est possible que ce soit dû à… la frilosité d'Osenseï. Ce n'est là qu'une interprétation personnelle au regard de photos qui montrent maître Ueshiba avec un T-shirt à manches longues sous son keïkogi, des tabis et un caleçon long, mais lorsque je l'ai mentionné à plusieurs de ses élèves ils ont souri en convenant que cela était bien possible.
-Les plis du hakama ne sont pas liés à des vertus. A ma connaissance le seul maître qui mentionne ce point est Saotome senseï et je crains qu'il n'ait confondu les paroles de quelqu'un d'autre avec celles d'Osenseï.
Aucun écrit traditionnel ne mentionne ce lien et des pratiquants avancés et chercheurs renommés tels que Dave Lowry pensent de même qu'il s'agit d'une interprétation récente.
Pourquoi alors n'y a-t-il pas de symétrie dans les plis du hakama? Une explication que l'on m'a donnée qui est plausible sans m'apparaître évidente est le fait le hakama tombe mieux ainsi lorsqu'on se relève de la façon traditionnelle, avec la jambe droite en avant. Il me semble tout aussi probable de considérer que cela est lié à l'esthétique japonaise qui a peu de goût pour la symétrie et apprécie l' "imperfection".

J'ai décidé de laisser les élèves porter le hakama dès leur début. D'une part la notion de grade ou de "récompense" m'intéresse peu. D'autre part cela facilite le travail à genoux. Enfin, comme le dit Tamura senseï, si la tenue est portée correctement l'attitude est améliorée et le mental raffermi.
Il existe aujourd'hui encore des groupes d'Aïkido où le hakama est porté dès le début de la pratique. C'est le cas au Tendokan de Shimizu senseï. C'est aussi évidemment le cas des koryu comme le Shinbukan Kuroda ryugi et des disciplines telles que Kendo, Iaïdo ou Kyudo.




Notes: Au fil de mes rencontres avec les maîtres mes notes se sont accumulées. La plupart sont issues d'entretiens privés mais certaines viennent aussi de cours. Je n'ai pas enregistré ces entretiens et les écris généralement de mémoire ou sur la base de brèves notes. Il est donc possible que des erreurs se soient glissées dans ces retranscriptions mais j'ai pensé que l'intérêt des réponses dépassait le risque de mes erreurs. Je prie toutefois les lecteurs de ne prendre cela que comme une conversation rapportée qui pourrait nourrir des réflexions et non comme paroles d'évangiles.


Partager cet article

Commenter cet article

Dominique C. 26/08/2010 13:15



Bonjour Léo,


 


Un de mes souvenirs les plus forts en aikido c'est vers le 4ème ou 3ème kyu quand mon prof m'avait offert un de ses hakama qu'il ne mettait plus et qui lui avait été donné sur le même principe
par un de ses propres profs. Bon, c'était il y a plus de 20 ans, les hakamas coutaient chers et moi j'étais lycéen sans un sou. Mais je me souviens avec émotion de cet instant sans formalité que
j'ai vécu presque comme un adoubement.


 


Aujourd'hui j'y repense en souriant sans renier ma naïveté d'alors car je réalise maintenant que j'avais ressenti confusément quelque chose de l'ordre de la transmission qui me dépassait
complètement.


 


Et c'est dans cet ordre d'idée qu'il est émouvant pour moi de relire les mots de Me Tamura, a-t-il eu le temps de transmettre ce qu'il voulait transmettre, je ne sais pas, je l'espère, mais au
moins ce qui est sûr et rassurant c'est que les graines ont été semées et germent.


 


"Les plis du hakama ne sont pas liés à des vertus. [...].
Aucun écrit traditionnel ne mentionne ce lien et des pratiquants avancés et chercheurs renommés tels que Dave Lowry pensent de même qu'il s'agit d'une interprétation récente."


Je partage ton point de vue, si cette liste de vertus ne semble pas discutable, son association avec les plis
du hakama me laisse sceptique. En effet,cela me semble une association récente qui fait le buzz et se propage car je n'ai trouvé aucune source ancienne. De plus, je serai étonné que
quelque chose d'aussi important ait été passé sous silence alors qu'une large publicité ait été faite à l'aspect spirituel de la discipline et que les poèmes
ésotériques du fondateur soit largement diffusés.


 


"Pourquoi alors n'y a-t-il pas de symétrie dans les plis du hakama?"


En plus de tes raisons, j'ai trouvé une autre explication dans le bouquin "In the dojo: the
rituals and etiquette of the Japanese martial arts" par Dave Lowry, 2007. Page 70


L'auteur y émet l'idée que cette asymétrie faciliterait les déplacements et l'usage du sabre.


(au passage il remet aussi en question l'idée plis/vertus).


Le livre est consultable à l'adresse suivante : :http://books.google.fr/books?id=-iWE8T2t4E0C&pg=PA62&dq=dave+lowry+hakama&hl=fr&ei=qHI0TKjjKcGlsQbm1q3OBA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CDYQ6AEwAA#v=onepage&q=dave%20lowry%20hakama&f=false


 


Allez c'était mes deux kopecks, désolé si j'ai été long.


 


Bonne rentrée.


 


D.



Léo Tamaki 02/09/2010 16:52



Bonjour Dominique,


 


Merci pour ton message. Cette transmission du hakama me rappelle celle du kesa. Je comprends que ce beau geste t'ai marqué.


 


Tamura senseï a-t-il eu le temps de transmettre ce qu'il voulait? Nous ne le saurons jamais je crois, mais comme tu le dis les graines ont été semées.


 


Concernant les plis du hakama en effet les vertus sont indiscutables et la liaison est même belle. Cela ne le rend malheureusement pas historiquement vraie pour autant. Merci pour le lien et
l'explication dont je ne me souvenais plus.


 


Très bonne rentrée,


 


Léo


 



Wally 03/08/2010 10:35



Quelques compléments personnels.


Sur la signification des 7 plis, j'ai également lu que les 2 "grands" plis arrières correspondaient aux 2 vertus qui s'écrivent avec 2 kanji, et les 5 "petits" plis avants aux vertus qui
s'écrivent avec 1 kanji.


Sur la qualité de la posture avec le hakama : le port en Iaido, avec un obi plus rigide qu'en Aikido renforce la posture et le bon placement des hanches. D'ailleurs je pratique régulièrement
l'Aikido avec un obi d'Iaido et je trouve que le positionnement s'en trouve amélioré, même si l'été celà n'en fait que plus chaud !


Pour ma part, je porte le hakama de façon traditionnelle, même en Aikido et c'est vrai que celà ne me permet pas de pratiquer le cérémonial du pliage sur le tatami, avec les autres pratiquants en
fin de séance.


A noter que si c'est une pratique occidentale très répandue, dans d'autres Budo, celà peut être rare voir non toléré... Mon Sensei en Iaido interdit de se déshabiller dans le Dojo, même aux
Aikidoka qui ont un pantalon dessous. Nous avons du d'ailleurs apprendre le pliage debout, car nous n'avons pas toujours une table ou un banc assez large dans le vestiaire pour plier le hakama.
En fait, celà permet de l'étendre chez soi et ensuite de le plier une fois qu'il est totalement sec.


NB : Le port du pantalon de keikogi sous le hakama permet effectivement de ne pas voir les jambes lors des ukemi.


Enfin, une remarque sur "la délivrance" du hakama, comme "récompense" : pour pratiquer dans des Clubs des 2 "principales" fédérations, il me semble que la "règle" est de délivrer le hakama "quand
l'élève a montré son aptitude dans les déplacements et les chutes et son engagement dans la pratique", l'utilisation généralisée de la délivrance au 3ème kyu est aussi une facilité pour les
enseignants car c'est une étape formelle qui ne souffre d'aucun commentaire alors que "l'aptitude aux déplacements" ou "l'engagement dans la pratique" peuvent être très subjectives.


Je rejoins ce qui a été dis sur le fait que dans les stages, "on fait attention avec ceux qui sont tout en blanc" car synonyme de débutant. Je crois que la relation Sempai - Kohai,
préservée dans les kobudo (Kendo, Iaido, Kyudo, etc.), s'est perdue en Aikido. Je pense que le travail martial doit être un échange et qu'un pratiquant plus avancé à autant à apprendre d'un
débutant que l'inverse.


Ceci dit la préservation du uke est une des valeurs fondamentales de notre pratique et même en pratiquant avec un yudansha, je ne lui imposerai pas une chute claquée sur le 1er kotegaeshi !!!


Merci pour tous ces articles et les conversations qu'ils induisent.



Léo Tamaki 25/08/2010 10:44



Bonjour,


 


En effet le pliage du hakama dans le dojo est une pratique courante aujourd'hui mais reste relativement rare au Japon. Et c'est évidemment impossible lorsqu'il est porté à l'ancienne sans
pantalon en-dessous.


 


Le hakama est effectivement souvent aujourd'hui le signe d'un ivestissement dans la pratique et généralement d'une maîtrise des "réflexes" de base.


 


La relation sempaï / kohaï est malheureusement assez négligée dans les dojos d'Aïkido. Il est vrai qu'il n'est pas toujorus évident de transposer cette pratique culturelle même si j'estime à
titre personnel qu'elle est très importante.


 


Merci pour votre lecture.


 


Léo


 



william 12/09/2009 13:45

Bonsoir Léo,Pour revenir sur le port du pantalon sous le hakama, j'imagine que dans les jutsu traditionnels on ne plie pas son hakama sur le tatami. On m'avait expliqué qu'il n'était pas correct de le faire, puisque comme le hakama est un vêtement, il ne fallait pas se déshabiller devant tout le monde. Est ce le cas dans les dojos japonais ?merci

Léo Tamaki 12/09/2009 14:57



Bonjour William,

En effet dans les écoles traditionnelles, comme apr exemple au Shinbukan de Kuroda senseï, personne ne portant de pantalon sous le hakama il ne convient pas de le plier au dojo ;-)
En revanche dans les dojos d'Aïkido cela est variable. A l'Aïkikaï la plupart des gens le plient sur place.

Léo



yuta 11/09/2009 17:53

Bonjour,J'ai toujours entendu dire que le port du hakama était réservé aux samouraî et était un signe distinctif de cette caste, de ce fait, je conçois aisément que ce soit le vêtement de base dans les budo*(aikido, kendo, iaido...).En kendo, j'ai aussi entendu dire que les 5 plis à l'avant été symbolique des cinq principales relation du confucianisme régissant la société et que le pli unique visible  à l'arrière symbolisait la sincérité (cf. article cité plus haut dans l'un des commentaires). Mais ces significations ont surement été rajoutées plus tard.Peut-être le fait qu'il y aie 5 plis est lié à un simple aspect pratique? Etant donné  que par superstition le chiffre 4 est plutot evité au Japon et que comme l'a dit Léo il s'agit surement d'un choix esthétique.Mes deux sous.Cordialement et merci pour ces articles de qualité! *bu comme dans bushi=samourai

Léo Tamaki 11/09/2009 20:06



Bonjour,

Le hakama n'était pas réservé aux samouraïs. Il était aussi porté par les nobles, les prêtres et les gens de classe aisée me semble-t-il.

Je ne saurai dire si les plis en Kendo ont acquis leur symbolique avec le temps mais je suis tenté de le penser. D'autant qu'il existe même des hakamas qui sont parfois sans plis comme les
nobakama (Kuroda Tetsuzan en utilise à l'occasion).

Merci pour la lecture et bonne pratique!

Léo



zuljin 10/09/2009 17:52

Bonjour,Mon professeur m'a toujours dit que le port du hakama n'avait rien à voir avec le niveau. A notre club, dès qu'une personne fait preuve de "sérieux" et d'investissement dans la pratique et ce de manière régulière, elle peut porter le hakama (certes, après un petit examen au cours duquel l'élève est prié de "montrer de l'Aikidô" ; mais ça n'a rien de difficile). C'est ainsi que j'ai vu des gens porter le hakama dès le 4ème kyu, voir dès la ceinture blanche (mais il s'agit de quelqu'un qui avait pratiqué pendant des années le Shorinji Kempo, ce qui se voyait à son attitude et à son respect de l'étiquette ; cela "prouvait" qu'il était "digne" de porter le hakama).Sinon, merci beaucoup Léo, de tordre le coup à toutes ces légendes sur le Hakama. Cela faisait un moment que je soupçonnais les vestes traditionnelles d'avoir des pans beaucoup plusd longs que celles des keikogi. Merci d'avoir confirmé cela.Concernant le fait de porter le hakama dès le départ, je ne vois pas en quoi ça pose problème. Car, quel que soit son niveau lorsqu'on se met à le porter, on a une période d'adaptation plus ou moins longue.Bref.Encore merci pour tes articles.Cordialement.

Léo Tamaki 10/09/2009 22:49



Bonjour,

Pourquoi pas en effet décerner le hakama en reconnaissance d'un investissement C'est aussi une possibilité.

Merci pour la lecture ;-)

Cordialement,

Léo



DG 10/09/2009 14:15

J'ose une explication au port du pantalon sous le hakama : sans ce pantalon, on peut apercevoir le caleçon, comme j'au pu le voir pour un prof dans un stage récent . Ce qui amène une question : est-ce aussi le cas pour la tenue traditionnelle ou est-ce du à une modification récente du keikogi ?Quant à la broderie, mon point de vue personnel : ce n'est pas tant la broderie qui est vue en occident comme une forme de "prétention", mais plutôt le fait pour un nom occidental d'écrire cette broderie en caractères japonais, quand même les japonais lisent les caractères latins (mais peut-être me trompès-je sur ce point)

Léo Tamaki 10/09/2009 16:17



Je reprends ma réponse car elle est partie trop vite :D Je vois maintenant de qui tu parles pour le stage récent :-)))

Le kimono traditionnel a des pans beaucoup plus longs aussi on ne voit  ni caleçon ni cuisse sur le côté.

Sinon c'est en effet une justification qui existe mais elle est aussi faite... à postériori. Surtout que les notions de pudeur n'étaient pas les mêmes au Japon avant l'arrivée des occidentaux
(mais là on remonte loin :D).
D'autant que s'il s'agit de chute normalement celles-ci sont courtes, les grandes spectaculaires sont modernes et n'existaient pas dans les arts traditionnels, quand à l'exécution d'une
technique, elle ne peut permettre de voir le caleçon que par les côtés si le keïkogi est de type Judo ou Karaté (je t'accorde qu'aujourd'hui il s'agit de la très large majorité).

Pour la broderie il y a le fait que le pratiquant peut aller en stage avec des experts japonais qui ne sauront pas prononcer le nom correctement pour la plupart s'il est écrit en caractères
latins :D
Il est possible de le faire broder ainsi mais cela prend aussi généralement beaucoup plus de place (Jean-Philippe, Alexandre, Christophe... :D).
Il est indéniable que le plaisir esthétique est en partie présent de toute façon. Mais on n'est pas loin du débat consistant à se demander si on ne pourrait pas pratiquer dans une autre tenue,
quels traits culturels il convient de préserver, etc...

Léo



Steph 10/09/2009 08:06

Bonjour,J'avais déjà entendu ces paroles de Tamura Senseï. Mais en tant qu'enseignant, on reproduit souvent ce qui nous a été enseigné et le fait du port du hakama après une certaine période en faisait partie. Il;y aussi les diktats fédéraux qui ne sont pas trop pour le port du hakama dès le début de la pratique, du moins en Belgique. Personnellement, je trouve celà assez bien, le fait de porter le hakama signifiant une forme d'engagement envers un art et certaines valeurs. Je prône celà dans mes petits cours mais c'est juste mon avis =DA bientôt

Léo Tamaki 10/09/2009 11:55



Bonjour Stéphane,

Il n'y a pas qu'une façon de faire en effet. Porter le hakama à partir du 2nd kyu, du shodan, du yodan, etc... sont toutes des solutions parfaitement valables.
L'essentiel est pour moi de faire les choses consciemment. Ce qui est ton cas ;-)

Amicalement,

Léo



Affane Mohamed 10/09/2009 05:00

Bonjour,
Je pratique l’Aïkido en Algérie (Ville d’Oran), et dans mon pays, les instructeurs ont coutume (comme dans beaucoup de Dojo’s dans le monde) d’autorisé le port du HAKAMA qu’a un certain niveau.
Notre  instructeur nous a expliqué que c’est pour protéger l’intégrité physique des débutants, et cela particulièrement dans les Stages, ou ils peuvent être confondue avec des gradées, ou tombent avec certains pratiquants à l’esprit mal sain. Je donne l’exemple d’un ami qui a faillit voir son épaule mutilé (il porte le HAKAMA depuis peux car il a moins d’un an de pratique), il a travaillé avec un partenaire peut soucieux de son UKE. Résultat 6 mois d’arrêt Maladie.
Dans le Dojo tout le monde ce connais, mais dans un stage on ne sait jamais sur qui on tombe : D

Léo Tamaki 10/09/2009 12:00



Bonjour,

Oui je crois en effet que la "tradition moderne" compte de plus en plus d'adeptes et que le hakama n'est souvent porté qu'à partir d'un certain niveau. Ce qui est parfaitement acceptable
aussi.
Le soucis en stage est réel, bien que cela soit malheureusement dû à une attitude déplorable. Cela dit si c'est le seul et qu'un consensus se faisait, il suffirait que les profeseurs pendant
quelques mois à l'ouverture des stages expliquent qu'à présent tout le monde portant le hakama, celui-ci n'est pas une marque de niveau.
D'ailleurs généralement un niveau de 2nd kyu ne permet pas d'encaisser la majorité des techniques exécutées rapidement et/ou avec puissance. Dès lors qu'il y a un écart de niveau, celui étant le
plus expérimenté peut toujours blesser son partenaire.

Merci pour la lecture ;-)

Léo



Vico 09/09/2009 22:12

Merci senseï :)Mais sans hakama aussi je suis beau! hahahaBon je sors ...

Léo Tamaki 10/09/2009 00:35



Oui mais moins :D

Léo



rose 09/09/2009 20:17

Merci pour l'article Leo, bcp de reponses aux nombreuses questions que je me posais...Dommage qu'il y ait  tant de differentes idees sur le port du hakama, grade...nombres d'heures de cours...Cela est pourtant apparement bien plus simple selon Tamura Sensei...Bonne soireeRose

Léo Tamaki 09/09/2009 22:09



Les gens ont souvent tendance à compliquer les choses simples... ;-)

Léo