Budo no Nayami

Dernier au revoir à Tamura senseï

14 Juillet 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Arrivé à Saint Maximin lundi soir, c'est hier matin que j'ai retrouvé Mickaël. Le soleil brillait déjà haut dans le ciel et nous avons pris le temps de prendre un petit déjeuner en terrasse. Comme de coutume notre conversation aborda rapidement le sujet de l'Aïkido puis plus précisément celui de Tamura senseï et de ses derniers instants qu'il vécut comme il l'avait voulu, debout.



Tamura Nobuyoshi 20 (Bruno Germain)

Tamura Nobuyoshi

(photo Bruno Germain)



Nous sommes ensuite partis faire les courses du pot qui aurait lieu après l'enterrement en compagnie de Jean-Pierre qui réside et travaille au dojo. Arrivés à Bras, le temps de nous changer et nous étions en route pour aller voir Tamura senseï.

Au funérarium
Les alentours du funérarium étaient occupés par les nombreux véhicules des pratiquants venus se recueillir auprès de senseï. En nous frayant un chemin parmi les visiteurs je reconnus un grand nombre de fidèles de maître Tamura. Par chance Mickaël et moi avons eu l'occasion de nous recueillir seul avec Tamura senseï. Malgré son corps et son visage émaciés par la maladie, senseï reposait le visage paisible. Il était revêtu d'un keïkogi dont les revers étaient croisés à l'envers comme il est de coutume de le faire pour les décédés au Japon.
Aussi étrange que cela puisse paraître je m'attendais à le voir ouvrir les yeux, se tourner vers moi avec son sourire qui était si souvent bienveillant et narquois à la fois et me tendre la main pour que je le saisisse une fois de plus. Je me voyais à nouveau projeté avec douceur de façon inexorable…
Mais Tamura senseï resta immobile. Il avait déjà tant donné et se reposait à présent. Genou à terre je posai pour la dernière fois ma main sur la sienne, le remerciant pour sa constante générosité.



Tamura Nobuyoshi 03 avec Léo Tamaki (Marc Le Tissier)

(photo Marc Le Tissier)



Au crématorium
C'est un long cortège de voiture qui partit du funérarium, mais c'est une foule encore plus immense qui attendait senseï au crématorium. Son cercueil posé au centre d'une salle de cérémonie ce sont des centaines de proches, amis, élèves qui prirent place autour de lui. L'affluence était telle que nombre d'entre eux ne purent assister à la cérémonie que de l'extérieur.

 

 

TAMURA-NOBUYOSHI 0263

 

 

C'est Pierre Grimaldi, président de la Fédération Française d'Aïkido et de Budo qui prit le premier la parole pour remercier chacun et honorer maître Tamura. Ses mots furent brefs et engagés. Il évoqua senseï:

"C'était quelqu'un sur qui je savais pouvoir compter et que j'ai été honoré de servir."

Et l'avenir de son enseignement et de la Fédération:

"Rien n'est fini, tout recommence."

Visiblement ému il avait été à l'essentiel et se retira pour laisser la place à la famille de Tamura senseï. C'est son fils aîné, Nobumichi qui commença par prendre la parole:

"Parmi ses dernières paroles il nous a dit surtout de ne pas nous en faire. Que ce qui doit arriver arrivera."

"Il nous a dit que chaque épreuve de la vie contient une leçon précieuse qu'il faut savoir en retirer."

"Mon père nous a quitté physiquement mais il continue à vivre en chacun de nous. (…) Vous êtes chacun à votre manière les héritiers directs de son enseignement."



Tamura-sense--stage-enseignants-Paris-01.jpg

Stage enseignants



C'est ensuite madame Rumiko Tamura qui vint lire certains des poèmes que son mari avait écrits ces derniers mois. Chaque poème lu en japonais fut suivi par sa traduction en français par l'un de ses fils.


Mois d'avril

Je quitte ce monde
En laissant ma famille
Au printemps sous un ciel clair



Tamura Nobuyoshi 12 (Christoph Stoebich)

(photo Christoph Stoebich)



Mois de mai

Shinpai suru na
Nantoka naru


Ne vous faites pas de soucis,
Tout ira bien



Tamura Nobuyoshi 10 (Christoph Stoebich)

(photo Christoph Stoebich)



Mois de juin

A la souffrance au petit matin,
J'entends le cri des corbeaux.
J'ai le privilège de pouvoir enfin comprendre le sens de ce poème du grand maître Yamaoka Tesshu.



Tamura-Nobuyoshi-001.jpg

(photo Christoph Stoebich)



Vint alors le moment du dernier hommage et chaque membre de l'assistance vint saluer senseï et sa famille. Malgré la période estivale et la rapidité de la mise en place de la cérémonie ce ne sont pas moins de 500 personnes qui avaient fait le déplacement venant des quatres coins de la France mais aussi de Belgique, Italie, Espagne, Portugal, Luxembourg, Slovaquie, Hollande, etc…
Qu'ils soient connus ou inconnus, la plupart des fidèles amis et élèves de senseï se retrouvaient autour de lui. Dans le désordre et sans être exhaustif je vis entre autres, Yamada Yoshimitsu, Gilbert Millat, Stéphane Bénedetti, Michel Bécart, Jacques Bardet, Nébi Vural, Michel Bénard, Pierre Charrié, Jean-Paul Avy, Robert Le Vour'ch, Jacques Bonnemaison, Claude Pellerin, Michel Prouvèze, Henri Avril, Tiki Shewan, Bruno Germain, Daniel Toutain…
Bien que chacun ne passa que quelques secondes le long défilé dura environ une heure et demie. Madame Tamura et sa famille saluèrent avec dignité chacune des personnes venues rendre hommage à leur mari, père, grand-père.

Au dojo
Tandis qu'une grande partie des personnes venues se recueillir repartait immédiatement vers leur lieu, qui de travail, qui de pratique, près de deux cent personnes se rendirent au Shumeïkan afin de partager quelques instants ensembles. L'ambiance était douce et détendue comme je crois que l'aurait voulu senseï.



Tamura Nobuyoshi 19 (Bruno Germain)

(photo Bruno Germain)



Le jour se lève à l'heure où je termine le récit de ce dernier au revoir à Tamura senseï. La journée fut longue et intense comme sa vie et je fus vraiment heureux de voir à quel point il s'était réalisé. Maître Tamura était un mari heureux, un père comblé, un enseignant reconnu et admiré. Il ne vécu pas la triste fin de certains grands maîtres qui meurent seuls et oubliés.


Relisant ce texte je suis triste de constater à quel point il est plat et sans saveur. Sans doute est-il est encore trop tôt pour que j'arrive à écrire sur ce sujet, sans doute n'en suis-je simplement pas capable. Je poste toutefois ces quelques lignes car je sais que certains qui n'ont pu se déplacer malgré leur désir préfèreront partager cela que rien.


"Vous êtes chacun à votre manière les héritiers directs de son enseignement."



Tamura-Nobuyoshi-164.jpg

(photo Christoph Stoebich)



Un merci tout particulier à Mickaël dont la présence chaleureuse et la force de caractère m'aidèrent à faire de cette journée une célébration à notre maître.



Note:

Je poste une liste des présents que j'actualiserai en fonction des messages que je reçois:

Micheline Tissier, Jean-François Riondet, Luc Bouchareu, Roberto Arnulfo, Jean Llaveria, Martin Jerez, Mohamed Belayachi.



Partager cet article

Commenter cet article

Dussarrat Dominique 26/09/2010 18:25



Je viens d'apprendre le décès de Tamura Sensei...j'ai quitté les tatamis depuis plus de 20 ans et je m'étais éloignée de l'univers de l'Aïkido...Cet après midi je pars faire une promenade et je
rencontre un ancien ami des tatamis...et il m'apprend le décès de mon ancien professeur, de la personne grâce à qui un jour, j'ai décidé de monter sur un tatamis...Il faisait une démonstration à
Lyon où j'habitais alors, lors d'un gala d'Arts Martiaux à Gerland. Je vois un petit Monsieur faire une démonstration magistrale et le choc est immédiat...
Je trouve un club dont le professeur est un élève de Tamura Sensei. Rapidement je pars en stage et je rencontre mon "idole". Je décide de le suivre dès que je peux. Je travaille souvent avec sa
femme, ses enfants.
Grâce à lui j'ai rencontré le père de mes fils, j'ai changé de vie...
La vie m'a éloigné des tatamis, contre mon gré.
Aujourd'hui je ne peux plus pratiquer, mon corps est usé, mais la nuit je suis encore sur les tatamis...
En cherchant des infos sur le net je découvre que Sugano Sensei nous a également quitté cet été...sâle après midi...
Merci pour votre hommage si touchant...



Marc 06/09/2010 23:08



Merci Léo pour ton témoignage et pour l'hommage publié dans Samourai. Un peu éloigné de la FFAB ces dernières années, je suis resté tétanisé devant l'affiche de ce magazine. Je ne savais pas...
Je ne pensais pas que les quelques stages que j'avais suivis avec Sensei Tamura avaient laissé une telle marque en moi. J'éprouve une grande tristesse et une grande nostalgie.


Merci pour avoir su nous faire connaitre un peu mieux cet homme extraordinaire et avoir su nous faire partager le recueillement que sa disparition a suscité.


Marc



Léo Tamaki 07/09/2010 08:18



Merci pour la lecture Marc.


 


Il est parfois des gens qui nous marquent malgré la brièveté de la rencontre. Je crois que pour beaucoup il en fut ainsi de Tamura senseï.


 


Léo


 



Pierre et Armand 28/08/2010 16:23



MERCI Léo pour cette page,


Merci Maître.


Longue vie à l'ENA


Pierre et Armand


 


 



bertrand 23/08/2010 10:17



bonjour a tous je suis tomber sur ce site par hasard j ais apris la mort de Tamura Senseï debut aout sur le site de mon club (trop pris par le travail) je ne sais pas par ou commencer je suis un
tres jeune pratiquant a peine quelues semaines de pratique mias je te remerci Lèo pour ces mots et je dois avoué que j en ais les larmes aux yeux apres avoir lu ce recit.Je n ais jamais eu le
privilège de rencontré Tamura Senseï chose que je regrette mais grace à toi j ais pu entrevoir la grandeur de cet homme merci a toi et toutes mes condoleances à la famille de Tamura Senseï



berthome gilles 21/08/2010 18:41



merci de ce touchant hommage et de nous avoir fait partager cette journée,a la quelle je n'ai pas pu participer. Je suit tamura Sensei depuis 32 ans... difficile de croire que l'on en verra plus
son sourire,bon courage a tous



pascal graffeuil 02/08/2010 14:56



bonjour,


merci beaucoup, le souvenir sera dans le faire juste.



olry 30/07/2010 12:25



bonjour leo,


bonjour à tous.


je suis un humble pratiquant de ju jutsu, je n'ai même jamais pratiqué l'aikido, et encore moins n'ai effleuré l'idée de pouvoir croiser M Tamura.


pourtant, depuis que j'ai découvert les arts martiaux, depuis que je m'y suis intéressé, non seulement sur la technique, les techniques, mais aussi sur l'esprit du budoka, j'ai dès le début eu la
chance de voir des vidéos, des témoignages, sur cet Homme qui pouvait sembler frêle, mais qui dégage toujours une telle énergie au point de rassembler tant de personnes.


léo, vous dites qu'il était un pere, un mari, un enseignant comblé et respecté... Combien sont capables d'atteindre une telle régularité et une telle simplicité dans autant de domaines?


la réalisation de soi ne touche pas qu'un domaine on dirait.


Et pour moi, qui n'ai pas eu l'immense honneur de pratiquer avec un maitre tel que lui, c'est une référence tangible de l'intangible que nous venons de perdre.


l'image dégagée par cet homme est faite de tous ces gens admirables qui peuvent peupler la terre aussi humblement que possible pour apporter le maximum de choses sans attendre de retour.


les larmes coulent, les frissons traversent mon corps quand j'apprends cette terrible nouvelle, les larmes coulent, en esperant que le budo, l'aikido n'en perdra pas pour autant ses ailes...


beaucoup sont morts depuis sa création il est vrai. mais aucun dont le plus petit pratiquant français pouvait se sentir si proche sans même le connaître, aucun avec une aura aussi puissante et
impalpable à la fois...


enfin bref, je m'envole comme d'habitude, et vous aurez certainement un petit moment avant d'écrire cet hommage dont vous rêvez tant léo.


certaines choses dont on a l'habitude, ne sont pas forcément automatiques... le KOKORO aussi a ses pertes de vitesse... mais il n'en demeure pas moins présent, et peut ressurgir à tout instant...


paix.


olry.



Montfort 26/07/2010 19:20



bonsoir Léo,


merci d'avoir transmis ces derniers instants qui donnent la possibilité aux milliers de pratiquants de partager le deuil d'une famille, de proches de Tamura Senseï." Nyu Mon" prend un
sens particulier en ce moment.


Pensées sincères à Mme Tamura et ses enfants. Tamura Senseï représente l'universalité de l'Aïkido, la finesse d'un mouvement, la justesse d'une technique.


Thierry.



Alain MOTY 26/07/2010 13:09



Merci infiniment !



Gilbert 24/07/2010 22:37



Salut Léo,


Tu diras à Issei que j'attends toujours son coup de fil. Depuis le 9 juillet, je suis en vacances à 30 km de Bras et j'aurais aimé venir assister à la cérémonie . A bientôt.


Gilbert.