Budo no Nayami

Entretien avec Hino Akira senseï (15): le combat vous apporterait-il encore aujourd'hui ?

5 Janvier 2015 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Entretiens

Cet entretien est issu d'une conversation entre Hino senseï, Y., un pratiquant, et moi-même.

 

(Y.) Vous avez pratiqué durant une période le combat sous diverses formes. Ce type de travail vous apporterait-il encore aujourd'hui ?

Non, je pense que ce n'est plus utile.

 

 

Hino-Akira_160.jpg

 

 

Hino senseï a eu de nombreuses expériences de combat, avec ou sans règles, sur les tatamis et dans la rue, avec ou sans armes. Il est même sans aucun doute le maître que je connais qui a la plus grande expérience pratique du combat, sous ses formes les plus variées. Mais si ce travail lui a sans aucun doute apporté beaucoup, il semble qu'il en ait retiré tout ce qui lui était nécessaire, et sa pratique est aujourd'hui centrée sur ce qu'il considère être l'essence du Budo. Un travail qui peut paraître anodin, et même futile à un regard non averti.

 

La question de savoir s'il est nécessaire qu'un enseignant d'art martial ait l'expérience du combat est sujette à débat. Mon sentiment personnel est que le strict minimum est d'avoir pratiqué en situation de très grand stress. Et il n'y a pas besoin pour cela d'être dans la rue, une cage ou sur un champ de bataille. Faire face à un expert qui sait vous attaquer avec une très forte intensité peut être suffisant. Mais je ne parle évidemment pas là d'un pratiquant qui attaque en grimaçant, les muscles tendus et en poussant des cris.

 

J'ai eu l'occasion de me battre dans la rue, mais mes plus grandes peurs ont été celles que j'ai ressenties face à un maître qui me sortait de ma zone de confort…

 

 

Hino-Akira_116.jpgHino-Akira_117.jpgHino-Akira_118.jpg

 

 

Hino Akira Paris jan 2015

 

 

Attention, fin des préinscriptions le 10 janvier !

 

 

 

Hino Akira Brest jan 2015

 

 

Hino Akira Bruxelles jan 2015

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Willy 15/01/2015 15:35


Bonjour Léo,


J'ai découvert le travail de Hino Akira au travers de ton site et je t'en remercie.


Ce qui me plait le plus est que, bien que les résultats soient déroutants, la méthode semble compréhensible et abordable. En le pratiquant par soit même, on peut même, assez rapidement, toucher
du doigt la réalité de la chose.


Et du coup, je me pose quelques questions...


La puissance que parviens à développer Hino Akira dans ses mouvements correspond elle à l'énergie interne, le fameux Ki, des arts martiaux? Si oui, c'est bien la première fois que celà est appris
librement au plus grand nombre.


Le Kokyu Ryokyu en Aikido est il une des applications des principes démontrés par Hino Akira ou est ce une  source de 'puissance' supplémentaire ? Je penche pour la première option, sans
quoi il va falloir augmenter la taille des dojos pour les projections :-)


Dans un interview, Hino Akira dit que les techniques ne sont rien. J'imagine qu'il faut comprendre qu'elles sont secondaires. Mais si 2 personnes qui s'affrontent ont le même niveau de maitrise
dans la modification de l'utilisation du corps, la différence ne pourra se faire qu'au niveau technique et au niveau physique. En ce sens, la modification de l'utilisation du corps n'est elle pas
'simplement' une technique (redoutable) pour faire la différence contre une personne plus physique?


Hino Akira a démontré qu'en initiant ses mouvements depuis un point situé à proximité du sternum (ou au travers.. je n'ai pas la prétention d'avoir tout saisi soyons clair...) on pouvait
développer une puissance décuplée. Depuis, je ne peux m'empêcher de percevoir ce mouvement chez d'autres maitres ou artistes martiaux:


- Bruce Lee lors de ses démonstrations de 'one-inch punch' donne bien l'impression de rentrer sa poitrine pendant la frappe.


- Shioda Sensei: on voit son épaule qui monte légèrement avant de transmettre la poussée


- Steven Seagal (heu, désolé..): bien que catalogué dans la rubrique grosses brutes, ses démonstrations d'antant en dojo sont convaincantes et efficaces. J'ai toujours noté que lorsqu'il entrait
ses fameux Irimi à assomer un taureau, sa posture était particulière et surtout le mouvement de son buste. A y regarder de plus près, à l'éclairage des explications de Hino Akira, il me semble
bien que le mouvement est initié au niveau du buste. Mais peut être souffre-je déjà de Hino-mania... :-)


Par contre, sur les vidéos de O Sensei, rien de m'a jamais semblé transparaitre de notable. L'imperceptible perfection ?


Merci encore de partager librement (et sans pub!!!) tes reflexions et nombreux interviews qui sont une aide précieuse pour apporter un recul indispensable sur notre pratique qui se limite pour la
plupart d'entre nous au dojo et stages du coin (aussi sympatiques et dynamiques soient ils).


Willy

Léo Tamaki 04/02/2015 09:56



Bonjour Willy,


 


Désolé pour le retard. La réponse est
ici.


 


Amicalement,


 


Léo